Occitània antifascista !!

2 04 2012

Communiqué de Libertat! (Òc e fr)
La manifestacion de Tolosa qu’estó ua escaduda sus numerós punts. Totun, d’autas hèitas vienen ennegrir aquera jornada e un còp mei los identitaris nos muishèn la lor cara e la lor vision sectària e retrograda de l’Occitània qu’emparan ! Atau, a maugrat de l’arrefús de l’organizacion de’us véder dens lo cortègi, los identitaris ne s’estanquèn pas d’ensajar d’i accedir, en van !

Benlèu decebuts pr’amor de l’unitat deus occitans dens la volontat de deféner ua Occitania obèrta, mestissa e toleranta, los identitaris que volón har mòstra de la lor violéncia e de la lor hasti en tot atacar lo barri cosmopolita de Naut Bernard. Mes la resisténcia sus plaça èra plan presenta, e los identitaris e lor ideologia pudenta qu’estón hòrabandits deu barri e “menats” dinc au lor repèra.

Totun, la polícia, aparelh de l’estat francés, a causit, un còp mei, de préner partit peus identitaris, e çò a maugrat de las numerosas provocacions d’aqueths : que son plan militants antifascistas qu’estón contraròtlats e per daubuns interpellats, l’un d’entre eths sorteish d’aulhors a pena de guarda a vista, e çò a maugrat deu hèit que los identitaris ajan deishat un òmi a tèrra (es totjorn a l’espitau) dens lo barri Naut Bernart.

Brembam que l’Occitània es e serà totjorn mestissa. Pr’amor de son istòria, pr’amor de sa situacion actuau, Occitània ne’s pòt pas conjugar dab valors racistas e demorarà ua tèrra d’arcuelh e de paratge ! Ne deisharam pas los identitaris raubar los sons simbèus, la soa identitat, ni desvirar las soas valors.

A LIBERTAT !denonciam donc aqueth faus-semblant de « justícia ».

Tanben, LIBERTAT ! que crida clarament la soa solidaritat dab l’Union Antifascista tolosana , los companhs vienuts d’Occitània tota e mei enqüèra dab lo companh arrestat ! Que pensam hòrt ad eth uei, e que’u portam tot lo nòste sosten en tot esperar ua fin melhora, mes sustot mei logica ad aquera situacion completament capvirada cap a las hèitas atau com estón viscudas !

La manifestation de Toulouse a été une réussite sur de nombreux points. Cependant, d’autres faits viennent noircir le tableau puisqu’une fois de plus les identitaires nous ont prouvé la vision sectaire et rétrograde de l’Occitanie qu’ils défendent ! Ainsi, malgré le refus de l’organisation de les voir intégrer le cortège, les identitaires n’ont eu de cesse d’essayer de l’intégrer, en vain !

Certainement déçus face à l’unité des occitans dans la volonté de défendre une Occitanie ouverte, métisse et tolérante, les identitaires ont voulu faire preuve de leur violence et de leur haine en attaquant le quartier cosmopolite d’Arnaud Bernard. Mais la résistance sur place était bien présente, et les identitaires et leur idéologie nauséabonde ont été chassés du quartier et “raccompagnés” jusqu’à leur repère. Pourtant, la police, appareil de l’état français, a choisi, une fois de plus, de prendre parti pour les identitaires et ce malgré les nombreuses provocations de ces derniers : ce sont bien des militants antifascistes qui ont été contrôlés et pour certains interpellés, l’un d’entre eux sort d’ailleurs à peine de garde à vue, et ce malgré le fait que les identitaires aient laissé un homme à terre (il est toujours à l’hôpital) dans le quartier Arnaud Bernard.

Nous rappelons que l’Occitanie est et sera toujours métisse. De part son histoire et sa situation actuelle, l’Occitanie ne peut pas se conjuguer avec des valeurs racistes et restera une terre d’accueil et de parage ! Nous ne laisserons pas les identitaires voler ses symboles et son identité, ni détourner ses valeurs.

A LIBERTAT ! nous dénonçons donc ce faux-semblant de “justice”.

Aussi, LIBERTAT! affirme clairement sa solidarité avec l’Union Antifasciste Toulousaine, les camarades venus de toute l’Occitanie et plus encore avec le camarade arrêté ! Aujourd’hui, nous pensons fort à lui, et nous lui apportons tout notre soutien, en espérant une fin meilleure, mais surtout plus logique à cette situation complètement renversée par rapport aux faits tels qu’ils ont été vécus !

Advertisements




NON A LA LGV

27 11 2011

Comunicat de Libertat! Tolosa (Òc e fr)

Yolanda Barcina, presidenta de la Comunautat Forau de Navarra, qu’esto entartada tà protestar contra la LGV/TAV/AHT a l’encastre de la sisa de la CTP (Comunautat de Tribalh deus Pirenencs) lo 27 d’octobre de 2011 au Conselh Regionau Midi Pirenenc. Seguida a aquesta accion de dus militants de Libertat! (Esquèrra Revolucionària d’Occitània) que son convoquats au commissariat centrau de Tolosa, lo 28 de noveme qu’arrriva, a partir de 9h. Que raperam que los tres entartaires, deu movement d’insosmission basco Mugitu, qu’estón convocats a l’Audiencia Nacionau (lo tribunau suprème de l’Estat espanhòu). Lo procuror qu’a demandat entre 4 e 6 anadas de preson. Tad moment, que son en libertat susvelhada dab interdiccion de quitar lo territòri.

Libertat!, que torna afirmar la soa oposicion fèrma taus projectes deus LGV/TAV/AHT e a totas suber-infrastructura(TCP, E7, etc.), ne servan sonque las interès deus capitalistas. Qu’assegurar tanben lo noste sostien inconditionau taus camaradas de Mugitu.

Qu’aperam a un acamp davant lo comissariat centrau de Tolosa, lors de l’audicion deus militants de Libertat! aqueste diluns lo 28 de noveme a partir de 9h. Que sera l’occasion d’assolidar la nosta oposicion tad aquestas infrastructuras e projects de Grand Tolosa, inutiles et costós. Que pensam aquestas milliards que devan servir a las classas popularas tocadas per la crisi deu capitalisme. NON A LA GRANDA VERGONHA! NON AUX LGVs

Yolanda Barcina, présidente de la Communauté Forale de Navarre, a été entartée pour protester contre la LGV/TAV lors de la séance plénière de la CTP (communauté de travail des Pyrénées) le 27 octobre 2011 au conseil régional. Suite à cette action deux militants de Libertat! (gauche révolutionnaire d’Occitanie) sont convoqués au commissariat central de Toulouse le 28 novembre prochain à partir de 9h. Nous rappelons que les trois entarteurs du mouvement d’insoumission basque Mugitu ont été convoqués à l’Audiençia Nacional (le tribunal suprême de l’État espagnol). Le procureur demande entre 4 et 6 ans de prison. Pour le moment ils sont en liberté surveillée avec interdiction de quitter le territoire.

Libertat! rappelle son opposition ferme au projet des LGV/TAV et à toute super-infrastructure(TCP, E7, etc.) ne servant que les intérêts des capitalistes et rappelle son soutien inconditionnel aux camarades de Mugitu.

Nous appelons à un rassemblement devant le commissariat central de Toulouse lors de l’audition des militants de Libertat! ce 28 novembre à partir de 9h. Ce rassemblement sera l’occasion de réaffirmer notre opposition à ces infrastructures et aux projets tel que le Grand Toulouse, inutiles et coûteux. Nous pensons que ces milliards devraient servir aux classes populaires touchées de plein fouet par la crise du capitalisme.

NON A LA GRANDA VERGONHA!





La revista n°7

8 11 2011

Lo numerò 7 de la Revista qu’ei sortit. Lo voletz recéber e vos abonar ? Enviatz un chèc a l’òrdi de « Los amics de Libertat » a : 2 carrèra de la Hont, 64000 Pau. Abonament d’1 an (6 numeròs) per 25€ o mei tà sostiéner !





Occitània contra lo nuclear

27 09 2011

Bordèu lo 15 de octobre de 2011 a 14 oras a Pey-Berland

Manifestacion « STOP NUCLEAIRE »





Comunicat de Libertat : Solidaritat dab EH !

21 09 2011

L’Audiéncia Nacionala, tribunal d’excepcion de l’estat espanhòl, sentencièt lo passat 16 de setembre a dètz ans de preson l’ex-pòrtaparaula de Batasuna Arnaldo Otegi. La senténcia del tribunal espanhòl prevei tanben las meteissas penas per l’ex-dirigent del sindicat LAB, Rafael Díaz Usabiaga, e d’autras penas de preson per tres autres militants abertzales. Lo tribunal especial espanhòl los acusa d’agir coma integrants d’ETA en ensajar de rebastir la formacion illegalizada Batasuna, a travèrs del projècte Bateragune. Aital, la senténcia impausa tanben penas d’uèch ans de preson per Sonia Jacinto, Gardan Zabaleta (filha del cap d’Aralar, Patxi Zabaleta) e Arkaitz Rodríguez. Txelui Moreno, Mañel Serra e Amaia Esnal son estats absolguts.

Cal remembrar qu’Arnaldo Otegi es estat empresonat preventivament dempuèi octòbre de 2009 pel « crimi » d’aver contribuit a la refondacion de la direccion del partit politic Batasuna, vengut ilegal per las autoritats de l’estat espanhòl que fa un usatge cinic de la paraula democracia.

En realitat çò que destorba lo govèrn de Madrid, es pas qu’Otegi, mas lo legitim del movement de desliurança del pòble Basc per lo sieu drech a l’autodeterminacion . En efièch la condemna d’Otegi s’inscriu dins lo meteis procès de criminalizacion de l’esquèrra abertzale que lo Mandat d’Arrèst Europèu (MAE) contra Aurore Martin o encara la detencion dins lo passat mes de julhet de Daniel Derguy a Caors.

Cal egalament remembrar la repression qu’exercís l’estat espanhòl contra lo movement basc (barrament de jornals, escòlas, tavèrnas, contraròtles, condemnas, MAE, torturas…), que se debana en un periòde ont ETA e l’esquèrra abertzale se son compromesas a resòlvre lo conflicte per la via democratica (lo cessament del fuòc unilateral d’ETA!). En aquela situacion la condemna d’Otegi pels tribunals d’excepcion es un atac de mai de las autoritats espanhòlas contra lo procès de patz en Euskal Herria.

Cal que condemnem amb fermetat, un còp de mai, la violéncia e l’acarnassiment de la justícia coloniala de l’estat espanhòl contra los militants independentistas basques.

Balham tot lo nòstre sosten incondicional a l’esquèrra abertzale e exigissèm lo desliurament immediat d’Arnaldo Otegi e los autres condemnats, l’arrèst de las torturas a Euskal Herria e la retirada de totes los MAE.





Pétition pour sauver la classe bilingue à Laroque Timbaut (47)

21 09 2011

http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2011N10933

La semaine passée la nouvelle Inspectrice d’Académie de Lot-et-Garonne a décidé de ne pas ouvrir de classe en occitan à Laroque, en dépit de la demande avérée des parents d’élèves, de la présence d’enseignants formés sur le secteur, du soutien de la municipalité, des promesses qui avaient été faites par les services de l’Inspection Académique de Lot et Garonne, et de la convention Rectorat -Région sur la structuration et le développement de l’enseignement bilingue en Aquitaine.
Sur les 4 projets viables de classes bilingues pour cette rentrée 2011 en Aquitaine, Laroque est le seul à ne pas aboutir quand Roquefort, Cussac Fort Médoc, Saint Martin de Seignanx ont ouvert normalement, aprés certes des atermoiements, et quelques frictions avec l’administration.

Pourquoi faut-il sauver cette classe bilingue à Laroque ?

  • Parce que ce projet a immédiatement suscité un fort intérêt enthousiaste chez les parents :  30 demandes d’inscriptions de parents  qui sont aujourd’hui KO debout par cette décision !
  • Parce que l’empreinte de la langue occitane est forte dans le village, les vers d’un poète occitan local (compagnon de Paul Froment) sont gravés sur un totem récemment installé devant l’école.
  • Parce que toutes les conditions de succés étaient réunies ;
  • Parce que surtout les arguments avancés pour ce refus sont fallacieux : nécessité de “garder ” des remplaçants en occitan, alors que ceux-ci sont effectivement envoyés en poste longue durée en français, voire volontairement écartés du poste à pourvoir ; le tout accompagné de rumeurs discréditant l’action des parents
  • parce que cela révèle, une fois de plus, que l’application de la convention et le développement de la politique linguistique se heurte sur le terrain à des agissements non conformes à l’esprit de la Convention, malgré l’attitude apparemment conciliante de Monsieur le Recteur
  • Parce que nous avons tous beaucoup à perdre : un projet de classe bilingue est souvent un projet de longue haleine (2 ans à Laroque) et mobilise beaucoup d’acteurs et d’énergie. Echouer si prés du but, sans raison valable, alors que les conditions sont optimales, reviendrait à décourager sciemment les parents et les élus qui se sont investis dans le projet et à écorner sérieusement la crédibilité des opérateurs locaux, du Conseil Général et de la Région sur cet élément stratégique de la reconquête linguistique.

Association OC BI Aquitaine pour l’enseignement en occitan





La Revista n°6

29 06 2011


 
Lo numerò 6 de la Revista qu’ei sortit. Lo voletz recéber e vos abonar ? Enviatz un chèc a l’òrdi de « Los amics de Libertat » a : 2 carrèra de la Hont, 64000 Pau. Abonament d’1 an (6

This slideshow requires JavaScript.

numeròs) per 25€ o mei tà sostiéner !