Comunicat First Aquitaine Industrie

15 04 2010

(Comme pour chacun de nos articles, la version française en italique suit la version occitane.)

Libertat, movement de l’esquèrra revolucionaria d’Occitània, se tesica tostemps de la situacion deu site industriau de Blancafòrt e tanben de la responsabilitat de nombrós “decididors” politics e économics.

A la prima de 2009, nos chepicavam de l’optimisme generau davant la manca de visibilitat deu projècte de represa deu site industriau per HZ e deu son compair màger lo grop industriau Johann Hay. La division deus crompadors dens aquesta sòrta d’ahar n’es pas jamei encoratjanta. A l’epoca, l’escanacòth a l’emplec e a l’estatut precaire eran dejà aviats.

Çò de mei escandalós per nosautes èra de véder que los politics tau com Alain Rousset, president de la region Aquitània, s’engloriavan deu « ròtle capitau deus elegits politics e sindicaus que dens una union sacrada an sabut botar la pression entà que’s bastisse una solucion ». La vertat èra mei que detestabla. La societat HZ Holding devèva arrecrompar lo site per une soma simbolica. E una prima de 12 milions d’euros èra auhèrta per l’Estat francés dab, en demei l’implicacion financèra de la region e de la CUB.

Uèi aprenem oficiaument çò que sabèvam despuish nombrós més, las bancas son pas tròp motivadas entà finançar lo projècte de transformacion deu site per la fabricacion de granas coronas eolianas.

Despuish l’agòr pas cap d’acòrd estó trobat e lo mantenimen de mei de 1500 emplecs per 2011 sembla compromés.

Es de crànher que dens 10 ans, degun non se bremberà deu sòrt que serà reservat aus 1600 emplegats-adas. Que mei de 12 milions d’euros de moneda publica seran estats balhats a grops especializats entà liquidar una de la enterpresas màger de Gironda.

Acò es tant mei irritant que son d’esquèmas que’s tornan har. Pensam aquí particularament a Sony dens la region Aquitània.

Uèi, s’escotam los politics francés que s’en saben grat de dilapidar la moneda publica au profèit deus mei poderós, doman l’Occitània e precisament la Gasconha seran dedicats unicament au torisme de massa dab granas zònas de construccion suu litorau, e una agricultura productivista ligada a la « maïscultura ».

Aqueth fenomèn data pas de uèi. Tota una industria permetant a milions d’Occitans de tribalhar au país es estada destrusida chic a chic per lo capitalisme e l’ajuda plan adobaira deu poder jacobin. Despuish quauquas decennias, Occitània se desindustrializa balhant atau una man d’òbra de corvada au capitalisme. S’ageish d’un sistèma de colonisacion interiora que non dit pas lo son nom.

Mei que jamei, am de’ns opausar a las causidas politicas e economicas actuaus.

L’actitud deu Conselh regionau es interessanta a mei d’un títol. D’ageish aquí de la colectivitat territoriau la mei poderosa au niveu financèr, a la quau agrada mei de colaborar e cogerir la barrada d’enterpresas que de menar una refleccion economica coratjosa.

A l’òra on se parla deu projècte de restructuracion de las colectivitats, am de soscar a la creacion d’una colectivitat territoriau occitana unica capabla de defener lo pòple occitan e de perpausar investiments economics solides.

Seram çò que bastiram !

________________

Libertat, mouvement de la gauche révolutionnaire d’Occitanie, s’inquiète toujours autant de la situation du site industriel de Blanquefort et également de la responsabilité de nombreux « décideurs » politiques et économiques.

Au printemps 2009 nous nous inquiétions de l’optimisme général devant le manque de visibilité du projet de reprise du site industriel par HZ et de son principal partenaire le groupe industriel Johann Hay. La division des repreneurs dans ce genre d’affaire n’est jamais encourageante. A l’époque le chantage à l’emploi et au statut précaire étaient déjà lancé.

Le plus scandaleux à nos yeux était de voir que des politiques comme Alain Rousset, président de la région Aquitaine se glorifiaient du « rôle capital des élus politiques et syndicaux qui dans une union sacrée ont su mettre la pression pour que se construise une solution». La vérité était bien plus détestable. La société HZ Holding devait racheter le site pour une somme symbolique. Et une prime de 12 millions d’euros était offerte par l’État français avec en surplus l’implication financière de la région et la CUB.

Aujourd’hui nous apprenons officiellement ce que nous savions depuis de nombreux mois, les banques ne sont pas très motivées pour financer le projet de transformation du site pour la fabrication de grandes couronnes éoliennes.

Depuis l’automne aucun accord n’a vu le jour et le maintien de plus de 1500 emplois à l’horizon 2011 semble compromis.

Il est à craindre que dans 10 ans, plus personne ne se souviendra du sort qui va être réservé aux 1600 employé(e)s. Que plus de 12 millions d’euros d’argent public auront été donnés à des groupes spécialisés pour liquider l’une des entreprises les plus importantes de Gironde.

Cela est d’autant plus irritant que ce sont des schémas qui se répètent.Nous penserons ici en particulier à Sony dans la région Aquitaine.

Si aujourd’hui nous écoutons les politiques français qui se félicitent de dilapider l’argent public au profit des plus puissants, demain l’Occitanie et précisément la Gascogne seront dédiées uniquement au tourisme de masse avec des grandes zones de construction le long du littoral malgré les derniers événements, et une agriculture productiviste liée à la maïsiculture.

Ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui. Toute une industrie permettant à des millions d’occitans de travailler au pays a été détruite petit à petit par le capitalisme et l’aide bien conciliante du pouvoir jacobin. Depuis plus des décennies, l’Occitanie se désindustrialise offrant ainsi aux capitalismes une main d’œuvre corvéable. Il s’agit d’un système de colonisation intérieure qui ne dit pas son nom.

Plus que jamais, nous devons nous opposer aux choix politiques et économiques actuels.

L’attitude du Conseil régional est intéressante à plus d’un titre. Il s’agit là de la collectivité territoriale la plus puissante financièrement, qui au lieu de mener une réflexion économique courageuse préfère collaborer et cogérer la fermeture d’entreprises.

A l’heure où l’on nous parle du projet de restructuration des collectivités, nous devons réfléchir à la création d’une collectivité territoriale occitane unique capable de défendre le peuple occitan et de proposer des investissements économiques solides.

Nous serons ce que nous bâtirons !





LGV

8 11 2009

Lo projècte de la Linha a Grana Velocitat (LGV) que desfigurarà lèu ua granda partida de l’Occitania.

Uèi lo dia, l’objectiu de RFF es de presentar d’aquí la fin de l’annada los traçats preliminars de 1000m de larg de Bordèu a Baiona e Bordèu a Tolosa. Lo traçat Bordèu-Capsiuts que dèu èster presentat en deceme es amagat per un secret de polichinèla.

L’interés creish tostemps un chic mei au nivèu de la populacion. En Gasconha bastava de véder lo monde presents a las amassadas publicas dens las comunas deu Sud Gironda entà compréner lo chepic qu’es a nàisher dens lo pòple.

En Euskal Herria, que i avèva mei de 10 000 personas a Baiona en octobre per diser non a la LGV. Libertat qu’èra present dab ua banderola « Contra La Granda Vergonha, Que volem decidir au país ». Qu’es important adara de se mobilisar e de se har entener per lutar contra aqueth projecte.

Aqueste abòr qu’es important mei que mei de har enténer lo punt de vista de la poblacion deu parçan.

Dens las amassadas publicas deu 17 e deu 24 de seteme de Sent-Sèuva e Landirans, Libertat Gasconha Nòrd a perpausat de botar en plaça ua consultacion sus lo territori concernit per la linha grana velocitat. Qu’avem començat ua campanha per diser « Volem un referendum. » Ua luta contra ua estructura com RFF se dèu d’ester organizada dab ua estrategia ambiciosa.

Lo pòple que dèu préner l’iniciativa entà combàter aqueths projèctes d’infrastructuras e d’èster motor de luta. Ne podem pas deishar los elegits e las associacions s’encargar de l’oposicion a la LGV. Eths que son tostemps sosmes a lutas intestinas e non pòden perpausar nada responsa sufisenta tà combàter estructuras tau com RFF.

Que’vs aperam a partipar dab lo cortegi de Libertat a la manifestacion a Lengon lo 28 de noveme.

Que seram çò que bastiram !

Le projet de Ligne à Grance Vitesse (LGV) défigurera bientôt une grande partie de l’Occitanie.

Actuellement, l’objectif de RFF est de présenter d’ici la fin de l’année les tracés préliminaires de 1000 m de largeur de Bayonne à Bordeaux et de Bordeaux à Toulouse. Le tracé Bordeaux Captieux qui doit être présenté en décembre est un secret de polichinelle.

L’intérêt croit toujours un peu plus au niveau de la population. En Gascogne il suffisait de voir le monde présent aux réunions publiques dans les communes de Sud Gironde pour comprendre l’inquiétude naissante.

Au Pays Basque, il y avait plus de 10 000 personnes à Bayonne en octobre pour dire non à la LGV. Libertat était présent avec une banderole « Contra La Granda Vergonha, Que volem decidir au país » (Contre la grande honte, nous voulons décider au pays). Il est important maintenant de se mobiliser et de se faire entendre pour lutter contre ce projet.

Cet automne il est très important de faire entendre le point de vue de la population de la région.

Lors des réunions publiques du 17 et 24 septembre à Saint Selve et Landiras, Libertat Gasconha Nord a proposé de mettre en place un consultation sur le territoire concerné par la ligne grande vitesse. Nous avons commencé une campagne pour dire « Volem un referendum » (nous voulons un référendum). Une lutte contre une structure telle RFF se doit d’être organisée avec une stratégie ambitieuse.

Le peuple doit prendre l’initiative pour combattre ces projets d’infrastructures et être moteur de la lutte. Nous ne pouvons pas laisser les élus et les associations se charger de l’opposition à la LGV. Ceux ci sont tout le temps soumis à des luttes intestines et ne peuvent proposer aucune réponse suffisante pour combattre des structures telles que RFF.

Nous appelons à participer avec le cortège de Libertat à la manifestation de Langon le 28 novembre.

Nous serons ce que nous bâtirons !