25 de noveme, jornada internacionau au contra de las violéncias cap a las hemnas

25 11 2010

(La version française en italique.)

25 de noveme, Jornada internacionau au contra de las violéncias cap a las hemnas : un jorn n’es pas pro, lutam cada dia au contra deu patriarcat !

Aquesta annada lo 25 de noveme qu’es marcat dens l’estat francés per la mesa en plaça d’ua campanha au contra deu forçament. Qu’encoratjam plan evidentament aquesta iniciativa e que la consideram com estar de las bonas.
Totun nosautes, hemnas occitanas, militantas de Libertat que volem brembar que la violéncia de genre ne s’estanca pas aus hèits de violéncia fisica enqüèra malurosament plan tròp numerós. La violéncia de genre que pren numerosas fòrmas en començar per premuda psicologica, dinc a la mòrt, en tot passar tanben per l’imposicion d’un estereotip feminin dens los mèdias, la vita publica, eca. Çò que deploram es qu’aquesta violéncia quotidiana qu’es totaument minimizada, normalizada e quitament orquestrada per la societat capitalista.

Nosautas de Libertat, ne pensam pas que portar ua jupa lo 25 de noveme cambiarà qué que sia (accion perpausa per « Ni puta ni sosmesa », collectiu « feminista” francés e « PS-isant”). D’en prumèr pr’amor l’iniciativa que ns’apareish com reductora tau feminisme e la vision de la feminitat que hè virar (estar hemna que’s redusiré donc a portar jupa ?). De mei, tà nosautas tot aqueste genre de campanha (quitament si, ac brembam, que sostenem aquesta campanha au contra deu forçament) ne son pas LA responsa a TOTAS las violéncias. Tant que demoraram dens ua societat capitalista qui pòrta suu pitèr los òmis en tot descridar las hemnas e en las acantonar dens lo lor ròtle mairau, lo problèma que contunharà.

Que contunham de ns’opausar ad aqueste sistèma qu’encoratja lo sentit de superioritat e de tota poténcia de l’òmi, qu’entraina un rapòrt de dominacion cap tà l’aute, qui ne hè pas qu’espandir aquesta imatge caricaturau d’ua hemna manejadera a las mensuracions sia-disent ideaus.

Ua jornada dens l’annada n’es pas pro. Qu’èm hartas de la discriminacion positiva, que’s sia cap a las hemnas o cap aus estrangèrs. Aquesta via n’es pas la solucion, que’ns cau un cambiament sociau radicau.

Hemnas d’Occitània e d’alhors, juntetz-nos ! Lutem cada dia entà har arrecular lo masclisme, lo sexisme, lo patriarcat e lo capitalisme dens la soa globalitat.

Lo 25 de noveme que deu estar lo parat de miar accions e de har conéisher la nosta luta, drin com ua veirina deu noste combat. Mes que son plan cada violéncia e cada crimi sexista que deven estar castigat !

Qu’es cada dia que’s basteish ua Occitània libra e justa, shens cap inegalitat o violéncia pr’amor deu sèxe o de qué qué sia d’aute !

Las hemnas que deven aver la loa plaça dens lo cambiament ! Ne’ns trencam pas d’aquò ! N’ajam pas mei paur de díser qu’èm hartas d’estar estremadas !

Nosautas, hemnas de Libertat, qu’avem decidit d’apitar un collectiu feminista e antipatriarcau suu territòri occitan dens aquesta mira, entà organizà’s, formà’s, caminar e replicar amassas !

Entà que la nosta paraula sia liberada de la tutèla patriarcau ! Juntetz-nos !

CAP AGRESSION SHENS RESPONSA !!

 

25 novembre, Journée internationale contre les violences faites aux femmes : un jour ce n’est pas assez, luttons chaque jour contre le patriarcat !

 

Cette année, le 25 novembre est marqué dans l’état français par la mise en place d’une campagne contre le viol. Nous encourageons bien évidemment cette très bonne initiative.

Cependant, nous, femmes occitanes et militantes de Libertat, voulons rappeler que la violence de genre ne s’arrête pas aux faits de violence physique, encore malheureusement trop nombreux.

La violence de genre prend de nombreuses formes en commençant par la pression psychologique, jusqu’à la mort, en passant aussi par l’imposition d’un stéréotype féminin dans les médias, la vie publique, etc.

Nous déplorons le fait que cette violence quotidienne soit totalement minimisée, normalisée et même orchestrée par la société patriarcale et capitaliste.

Nous à Libertat, nous ne pensons pas que porter une jupe le 25 novembre changera quoi que se soit (action proposée par « Ni pute Ni soumise », collectif féministe français et socialisant). D’une part l’initiative nous apparaît être réductrice pour le féminisme et la vision de la féminité qu’elle propage (être femme se réduirait donc à porter une jupe ?). De plus pour nous, toutes ces campagnes (même si nous le rappelons nous soutenons la campagne contre le viol) ne sont pas LA réponse à TOUTES les violences sexistes. Tant que nous demeurerons dans une société capitaliste, qui met sur un piédestal les hommes en dénigrant les femmes et en les cantonnant dans leur rôle maternel, le problème subsistera.

Nous continuons à nous opposer à ce système qui encourage le sentiment de supériorité et de toute puissance chez les hommes, qui entraine un rapport de domination à l’autre, qui ne fait que propager cette image caricaturale d’une femme docile aux mensurations soit disant idéales.

Une journée dans l’année n’est pas suffisante. Nous en avons assez de la discrimination positive, qu’elle s’applique aux femmes ou aux étrangers. Cette voie n’est pas la solution, il nous faut un changement social radical.

Femmes d’Occitanie et d’ailleurs unissons-nous ! Luttons chaque jour pour faire reculer le machisme, le sexisme, le patriarcat et le capitalisme dans sa globalité !

Le 25 novembre doit être l’occasion de mener des actions et de faire connaître notre lutte, comme une sorte de vitrine de ce même combat. Mais ce sont bien chaque violence et chaque crime sexiste qui doivent être punis !

C’est chaque jour que se construit une Occitanie libre et juste socialement, sans aucune inégalités ou violences à cause du sexe ou quoi que se soit d’autre !

Les femmes doivent avoir leur place dans le changement ! Ne nous coupons pas de cela ! N’ayons plus peur de dire que nous en avons assez d’être mise à l’écart ! Nous les femmes de Libertat, avons décidé de créer dans ce but un collectif de femmes sur le territoire occitan, afin de s’organiser, de se former, de riposter et d’avancer ensemble !

Pour que notre parole soit libérée de la tutelle patriarcale ! Rejoignez-nous !

 

Cap agression shens responsa !!

Advertisements




Solidaritat dab los militants bascos arrestats !

28 09 2010

Solidaritat dab los militants bascos arrestats !

Version occitana :

Libertat, esquèrra revolucionària d’Occitània, que denoncia las arrestacions deus militants, internacionalistas socís d’Askapena. Aqueras navèras atacas contra representacions de l’esquèrra independentista qui, aqueste còp, visa lo movement de solidaritat basc dab los pòbles en luta, que pròva un còp mei, la natura totalitària de l’Estat espanhòl. Libertat que ditz lo son inquietèr cap a l’integritat e la santat de tots aqueths militants uei lo dia au secret e que’s solidariza dab Askapena e las iniciativas qui seràn organizadas entà denonciar aqueth hèits.

Libertat que torna afirmar la soa solidaritat dab lo pòble basc en luta taus sons drets e dab Askapena. Que denonciam los empachs que son hèits au processus entamenat en País Basc e la criminalizacion deus qui lutan tau dret a l’autodeterminacion e la solidaritat.

Version basca :

Libertat-ek, Okzitaniako ezker iraultzak, Askapena-ren ekinkide internazionalisten arrestua salatzen dugu. Euskal Herriko mugimendu solidarioa atakatzen den, esker independentistaren errepresentazioaren aurka, atake hori berriro frogatzen da Estatu Espainarra totalitarioa dela.

Libertat-ek gure artegatasuna sekretuan dauden ekinkide guztien osasun eta osotasunaren gainean mintzatzen dugu eta Askapena-rekin, baita ere gertakari horiek salatzeko ekimenekin, solidarizatzen gara.

Libertat-ek gure solidaritatea euren eskubiengatik borrokan dagoen euskal herriarekin solidarizatzen dugu, baita ere Askapena-rekin. Euskal Herriaren aribidearen kontra eragozpenak eta euren autodeterminazio eta solidaritatearentzat borrokan daudenen aurka salatzen dugu.

Version francesa :

Libertat, mouvement de la gauche révolutionnaire d’Occitanie, dénonce les arrestations des militants, internationalistes, membres d’Askapena. Ces nouvelles attaques contre les représentations de la gauche indépendantiste qui, cette fois-ci, vise le mouvement de solidarité basque avec les peuples en lutte, prouve une fois de plus la nature totalitaire de l’état espagnol.

Libertat manifeste son inquiétude quant à l’intégrité et la santé de tous ces militants aujourd’hui au secret, et se solidarise avec Askapena et les initiatives qui seront organisées pour dénoncer ces faits.

Libertat réaffirme sa solidarité avec le peuple basque en lutte pour ses droits et avec Askapena. Nous dénonçons les attaques portées au processus entamé au Pays Basque, ainsi que la criminalisation de ceux qui luttent pour le droit à l’autodétermination et la solidarité.

Version castelhana :

Desde Libertat, la izquierda revolucionaria de Occitania, denunciamos el arresto de los militantes internacionalistas, miembros de Askapena. Este nuevo ataque contra representantes de la izquierda independentista, más concretamente contra el movimiento vasco de solidaridad hacia otros pueblos en lucha, es otra prueba más de la naturaleza totalitaria del estado español.

Libertat manifesta su inquietud hacia la integridad y la salud de estos militantes, hoy bajo secreto, y se solidariza con Askapena y con las iniciativas que se organicen para denunciar estos hechos.

Libertat afirma de nuevo su solidaridad con el pueblo vasco en lucha por sus derechos i con Askapena. Denunciamos los impedimentos hacia el proceso en el País Vasco y la criminalización de los que luchan por el derecho a la autodeterminación y por la solidaridad.





Comunicat First Aquitaine Industrie

15 04 2010

(Comme pour chacun de nos articles, la version française en italique suit la version occitane.)

Libertat, movement de l’esquèrra revolucionaria d’Occitània, se tesica tostemps de la situacion deu site industriau de Blancafòrt e tanben de la responsabilitat de nombrós “decididors” politics e économics.

A la prima de 2009, nos chepicavam de l’optimisme generau davant la manca de visibilitat deu projècte de represa deu site industriau per HZ e deu son compair màger lo grop industriau Johann Hay. La division deus crompadors dens aquesta sòrta d’ahar n’es pas jamei encoratjanta. A l’epoca, l’escanacòth a l’emplec e a l’estatut precaire eran dejà aviats.

Çò de mei escandalós per nosautes èra de véder que los politics tau com Alain Rousset, president de la region Aquitània, s’engloriavan deu « ròtle capitau deus elegits politics e sindicaus que dens una union sacrada an sabut botar la pression entà que’s bastisse una solucion ». La vertat èra mei que detestabla. La societat HZ Holding devèva arrecrompar lo site per une soma simbolica. E una prima de 12 milions d’euros èra auhèrta per l’Estat francés dab, en demei l’implicacion financèra de la region e de la CUB.

Uèi aprenem oficiaument çò que sabèvam despuish nombrós més, las bancas son pas tròp motivadas entà finançar lo projècte de transformacion deu site per la fabricacion de granas coronas eolianas.

Despuish l’agòr pas cap d’acòrd estó trobat e lo mantenimen de mei de 1500 emplecs per 2011 sembla compromés.

Es de crànher que dens 10 ans, degun non se bremberà deu sòrt que serà reservat aus 1600 emplegats-adas. Que mei de 12 milions d’euros de moneda publica seran estats balhats a grops especializats entà liquidar una de la enterpresas màger de Gironda.

Acò es tant mei irritant que son d’esquèmas que’s tornan har. Pensam aquí particularament a Sony dens la region Aquitània.

Uèi, s’escotam los politics francés que s’en saben grat de dilapidar la moneda publica au profèit deus mei poderós, doman l’Occitània e precisament la Gasconha seran dedicats unicament au torisme de massa dab granas zònas de construccion suu litorau, e una agricultura productivista ligada a la « maïscultura ».

Aqueth fenomèn data pas de uèi. Tota una industria permetant a milions d’Occitans de tribalhar au país es estada destrusida chic a chic per lo capitalisme e l’ajuda plan adobaira deu poder jacobin. Despuish quauquas decennias, Occitània se desindustrializa balhant atau una man d’òbra de corvada au capitalisme. S’ageish d’un sistèma de colonisacion interiora que non dit pas lo son nom.

Mei que jamei, am de’ns opausar a las causidas politicas e economicas actuaus.

L’actitud deu Conselh regionau es interessanta a mei d’un títol. D’ageish aquí de la colectivitat territoriau la mei poderosa au niveu financèr, a la quau agrada mei de colaborar e cogerir la barrada d’enterpresas que de menar una refleccion economica coratjosa.

A l’òra on se parla deu projècte de restructuracion de las colectivitats, am de soscar a la creacion d’una colectivitat territoriau occitana unica capabla de defener lo pòple occitan e de perpausar investiments economics solides.

Seram çò que bastiram !

________________

Libertat, mouvement de la gauche révolutionnaire d’Occitanie, s’inquiète toujours autant de la situation du site industriel de Blanquefort et également de la responsabilité de nombreux « décideurs » politiques et économiques.

Au printemps 2009 nous nous inquiétions de l’optimisme général devant le manque de visibilité du projet de reprise du site industriel par HZ et de son principal partenaire le groupe industriel Johann Hay. La division des repreneurs dans ce genre d’affaire n’est jamais encourageante. A l’époque le chantage à l’emploi et au statut précaire étaient déjà lancé.

Le plus scandaleux à nos yeux était de voir que des politiques comme Alain Rousset, président de la région Aquitaine se glorifiaient du « rôle capital des élus politiques et syndicaux qui dans une union sacrée ont su mettre la pression pour que se construise une solution». La vérité était bien plus détestable. La société HZ Holding devait racheter le site pour une somme symbolique. Et une prime de 12 millions d’euros était offerte par l’État français avec en surplus l’implication financière de la région et la CUB.

Aujourd’hui nous apprenons officiellement ce que nous savions depuis de nombreux mois, les banques ne sont pas très motivées pour financer le projet de transformation du site pour la fabrication de grandes couronnes éoliennes.

Depuis l’automne aucun accord n’a vu le jour et le maintien de plus de 1500 emplois à l’horizon 2011 semble compromis.

Il est à craindre que dans 10 ans, plus personne ne se souviendra du sort qui va être réservé aux 1600 employé(e)s. Que plus de 12 millions d’euros d’argent public auront été donnés à des groupes spécialisés pour liquider l’une des entreprises les plus importantes de Gironde.

Cela est d’autant plus irritant que ce sont des schémas qui se répètent.Nous penserons ici en particulier à Sony dans la région Aquitaine.

Si aujourd’hui nous écoutons les politiques français qui se félicitent de dilapider l’argent public au profit des plus puissants, demain l’Occitanie et précisément la Gascogne seront dédiées uniquement au tourisme de masse avec des grandes zones de construction le long du littoral malgré les derniers événements, et une agriculture productiviste liée à la maïsiculture.

Ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui. Toute une industrie permettant à des millions d’occitans de travailler au pays a été détruite petit à petit par le capitalisme et l’aide bien conciliante du pouvoir jacobin. Depuis plus des décennies, l’Occitanie se désindustrialise offrant ainsi aux capitalismes une main d’œuvre corvéable. Il s’agit d’un système de colonisation intérieure qui ne dit pas son nom.

Plus que jamais, nous devons nous opposer aux choix politiques et économiques actuels.

L’attitude du Conseil régional est intéressante à plus d’un titre. Il s’agit là de la collectivité territoriale la plus puissante financièrement, qui au lieu de mener une réflexion économique courageuse préfère collaborer et cogérer la fermeture d’entreprises.

A l’heure où l’on nous parle du projet de restructuration des collectivités, nous devons réfléchir à la création d’une collectivité territoriale occitane unique capable de défendre le peuple occitan et de proposer des investissements économiques solides.

Nous serons ce que nous bâtirons !





LIBERTAT E LAS ELECCIONS REGIONAUS

10 03 2010

Los 14 e 21 de març que’s debanaràn las eleccions regionaus en Exagòne. Per rasons practicas, n’ei pas possible per nosauts de presentar nada lista en las regions on militam. Se amassam un bon nombre de simpatisants, lo movement noste qu’ei enqüèra tròp joen entà assumir aqueth tribalh.

Totun com estó precisat quan e’s creè a l’abòr de 2009, LIBERTAT non e’s vira pas de cuu a las eleccions. Per los ans a viéner, los escrutins locaus que seràn tà nosauts l’escadença de perpausar a la populacion un programa politic ambiciós e radicaument diferent de’us que coneishem au dia de uei.

Las nostas ideas d’autogestion, de revolucion sociau, de partatge deus riquèrs, tot com lo dret deus occitans a autoderterminà’s, non las arretrobam pas en las listas presentas per aqueras eleccions francesas.
Se tots los programas ne son pas de hicar suu medish plan per çò qui ei deu desvelopament de la diversitat culturau o de la critica deu sistèma capitalista en plaça, qu’arrefusam d’entrar en lo jòc deu « mensh piéger ». Aqueth vòte « per defaut » n’ei pas ua solucion e qu’a tostemps decebut peu passat.

Atau LIBERTAT non sostienerà pas nada lista entà d’aqueras eleccions regionaus, au purmèr com au segon torn. Aquera posicion n’ei pas la d’un mouvement « jusqu’au-boutiste » mes d’un movement qui arrefusa los compromès electoralistas shens vertadèr fondament politic.

Arron lo 21 de març, las regions que seràn shens nat dobte gavidadas un còp mei peus socialistas, ua situacion qui non portarà pas nat espèr de progrès sociau entà las classas mei praubas.
Delà de las escadenças politicas, LIBERTAT que luta entà bastir l’unitat populara de cap tà un cambiament de societat radicau e eficaç, e qu’incita tots los e las qui vòlen tribalhar dens aqheth sens a juntà’ns.

Los pòbles guadalopenc, grec … que ns’an amuishat lo camin, nosauts tanben en Occitània organizem la ripòsta contra aqueth sistèma injuste.

Volem víver e decidir au país !

Version française

Les 14 et 21 mars se dérouleront les élections régionales dans l’Etat français. Pour des raisons pratiques, il ne nous est pas possible de présenter de liste dans les régions où nous militons. Si nous réunissons un bon nombre de sympathisants, notre mouvement est encore trop jeune pour assumer ce travail.

Toutefois, comme cela a été précisé lors de la création de LIBERTAT à l’automne 2009, nous ne tournons pas le dos aux élections. Dans les années à venir, les scrutins locaux seront pour nous l’occasion de proposer à la population un programme politique ambitieux et radicalement différent de ceux qui sont présentés aujourd’hui.

Nos idées d’autogestion, de révolution sociale, de partage des richesses, tout comme le droit des occitans à l’autodétermination, nous ne les retrouvons pas dans les listes présentes à ces élections françaises.
Si tous les programmes ne sont pas à mettre sur le même plan pour ce qui est du développement de la diversité culturelle ou de la critique du système capitaliste en place, nous refusons d’entrer dans le jeu du « moins pire ». Ce vote par défaut n’est pas une solution et a toujours déçu par le passé.

Ainsi LIBERTAT ne soutiendra aucune liste pour ces élections régionales, au premier comme au second tour. Cette position n’est pas celle d’un mouvement jusqu’au-boutiste mais d’un mouvement qui refuse les compromis électoralistes sans réel fondement politique.

Après le 21 mars, les régions se retrouverons sans doute encore aux mains des socialistes, sans que cela n’apporte aucun espoir de progrès social pour les couches les plus pauvres.
Au delà des échéances politiques, LIBERTAT lutte pour construire l’unité populaire vers un changement de société radical et efficace, et incite toutes celles et ceux qui veulent travailler dans ce sens à nous rejoindre.
Les peuples guadeloupéen, grec .., nous ont récemment montré l’exemple, nous aussi en Occitanie organisons la riposte contre ce système injuste.

Nous voulons vivre et décider au pays !





Manifestacion contra la L.G.V. Sud-Euròpa-atlantica

21 01 2010

(La version française suit)

Manifestacion contra la L.G.V. Sud-Euròpa-atlantica

Dissabte lo 23 de genèr 2010 – 16ò a la gara SNCF de Hendàia

Lo moviment de l’esquèrra revolucionaria occitana Libertat ! serà present aqueth dissabte en Euskal Herria tà manifestar contra los projèctes destructors de LGV en Gasconha e Bascoat.

Que volem atau muishar lo noste engatjament contre totas las politicas de transpòrt costosas e inutilas que’s van estar apitadas d’un biais autoritari e antidemocratic. Aquestas linhas de camin de hèr seràn bastidas tà poblacions estrangèras aus parçans que crotzaràn, au detriment deus hilats locaus, totun de tornar amenatjar uei lo dia. Mes segur qu’ua navèra linha Paris – Madrid serà mei rentabla que la linha Baiona – Tolosa, mentre qu’aquesta sia hèra mei importanta au quotidian.

Tot aquò shens parlar de la critica nosta d’aquesta filosofia « de l’anar tostemps mei viste«  que’ns minjarà tots lèu-lèu ! Prenem lo temps de profièitar drin en anar passejà’s de Hendàia a Irun dissabte lo 23 de genèr.

Volem víver e decicir au paίs !

Libertat !


Manifestation contre la L.G.V. sud-Europe-atlantique

Samedi 23 janvier 2010 – 16h à la gare SNCF d’Hendaye

Le mouvement de la gauche révolutionnaire occitane Libertat ! sera présent ce samedi en Euskal Herria afin de manifester contre les projets destructeurs de L.G.V. en Gascogne et au Pays-Basque.

Nous tenons à montrer ainsi notre engagement contre toutes les politiques de transport coûteuses et inutiles qui sont aujourd’hui mises en œuvre de manière autoritaire et antidémocratique. Ces lignes ferroviaires seront construites pour des populations étrangères au pays qu’elles traverseront, et cela au détriment du réseau local, pourtant à rénover à l’heure actuelle. Mais il est certain qu’une ligne Paris – Madrid  sera plus rentable que la  ligne Bayonne – Toulouse, bien que celle-ci soit beaucoup plus importante au quotidien.

Tout cela sans parler de notre critique de cette philosophie du « aller toujours plus vite« , qui nous mangera tous très vite ! Prenons donc le temps d’aller manifester d’Hendaye à Irun samedi 23 janvier.

Volem víver e decidir au país !

Libertat !





LGV

8 11 2009

Lo projècte de la Linha a Grana Velocitat (LGV) que desfigurarà lèu ua granda partida de l’Occitania.

Uèi lo dia, l’objectiu de RFF es de presentar d’aquí la fin de l’annada los traçats preliminars de 1000m de larg de Bordèu a Baiona e Bordèu a Tolosa. Lo traçat Bordèu-Capsiuts que dèu èster presentat en deceme es amagat per un secret de polichinèla.

L’interés creish tostemps un chic mei au nivèu de la populacion. En Gasconha bastava de véder lo monde presents a las amassadas publicas dens las comunas deu Sud Gironda entà compréner lo chepic qu’es a nàisher dens lo pòple.

En Euskal Herria, que i avèva mei de 10 000 personas a Baiona en octobre per diser non a la LGV. Libertat qu’èra present dab ua banderola « Contra La Granda Vergonha, Que volem decidir au país ». Qu’es important adara de se mobilisar e de se har entener per lutar contra aqueth projecte.

Aqueste abòr qu’es important mei que mei de har enténer lo punt de vista de la poblacion deu parçan.

Dens las amassadas publicas deu 17 e deu 24 de seteme de Sent-Sèuva e Landirans, Libertat Gasconha Nòrd a perpausat de botar en plaça ua consultacion sus lo territori concernit per la linha grana velocitat. Qu’avem començat ua campanha per diser « Volem un referendum. » Ua luta contra ua estructura com RFF se dèu d’ester organizada dab ua estrategia ambiciosa.

Lo pòple que dèu préner l’iniciativa entà combàter aqueths projèctes d’infrastructuras e d’èster motor de luta. Ne podem pas deishar los elegits e las associacions s’encargar de l’oposicion a la LGV. Eths que son tostemps sosmes a lutas intestinas e non pòden perpausar nada responsa sufisenta tà combàter estructuras tau com RFF.

Que’vs aperam a partipar dab lo cortegi de Libertat a la manifestacion a Lengon lo 28 de noveme.

Que seram çò que bastiram !

Le projet de Ligne à Grance Vitesse (LGV) défigurera bientôt une grande partie de l’Occitanie.

Actuellement, l’objectif de RFF est de présenter d’ici la fin de l’année les tracés préliminaires de 1000 m de largeur de Bayonne à Bordeaux et de Bordeaux à Toulouse. Le tracé Bordeaux Captieux qui doit être présenté en décembre est un secret de polichinelle.

L’intérêt croit toujours un peu plus au niveau de la population. En Gascogne il suffisait de voir le monde présent aux réunions publiques dans les communes de Sud Gironde pour comprendre l’inquiétude naissante.

Au Pays Basque, il y avait plus de 10 000 personnes à Bayonne en octobre pour dire non à la LGV. Libertat était présent avec une banderole « Contra La Granda Vergonha, Que volem decidir au país » (Contre la grande honte, nous voulons décider au pays). Il est important maintenant de se mobiliser et de se faire entendre pour lutter contre ce projet.

Cet automne il est très important de faire entendre le point de vue de la population de la région.

Lors des réunions publiques du 17 et 24 septembre à Saint Selve et Landiras, Libertat Gasconha Nord a proposé de mettre en place un consultation sur le territoire concerné par la ligne grande vitesse. Nous avons commencé une campagne pour dire « Volem un referendum » (nous voulons un référendum). Une lutte contre une structure telle RFF se doit d’être organisée avec une stratégie ambitieuse.

Le peuple doit prendre l’initiative pour combattre ces projets d’infrastructures et être moteur de la lutte. Nous ne pouvons pas laisser les élus et les associations se charger de l’opposition à la LGV. Ceux ci sont tout le temps soumis à des luttes intestines et ne peuvent proposer aucune réponse suffisante pour combattre des structures telles que RFF.

Nous appelons à participer avec le cortège de Libertat à la manifestation de Langon le 28 novembre.

Nous serons ce que nous bâtirons !





« Per quan l’oficializacion de l’occitan ? »

30 10 2009

« Per quan l’oficializacion de l’occitan ? »

Aquesta question, n’èm pas solets a la nos pausar, mantun mèdia regionau se’n hasèn la una l’endoman de la manifestacion de Carcassona deu 24 d’octobre.

Pe’u tresau còp en quate ans, lo pòble occitan a devarat per las carrèiras per defénder sons drets lingüistics : 10 000 a Carcassona en 2005, 20 000 a Besièrs en 2007, mei de 20 000 a Carcassona en 2009. Aqueras chifras demòstran clarament que la problematica occitana existís reaument.

Per aqueths rendetz-vos hestius e politics, las reïvindicacions son multiplas : una plaça digna e perenna de l’occitan dens los mediàs, un desvolopament de l’ensenhament de la lenga, atau comsa preséncia dens la vita publica. A maugrat d’aquò, la plaça de l’occitan dens los mèdias es tostemps febla e aleatòria, las òras de cors d’occitan son victimas de restriccions budgetàrias, çò qui va au contre de la demanda creishenta.

Despuish numerosas annadas, l’esquèrra revolucionària d’Occitània luta cada jorn per que lo pople occitan dont los drets elementaris son escarnits peus Estats francés, italian e espanhòu, sia enfin libre dens sas causidas.

Recentament creat, LIBERTAT, movement politic de l’esquèrra revolucionària d’Occitània, desfilè a Carcassona dab duas reïvindicacions majoras qui resumín la problematica occitana : « Sèm un pòble, Occitan Lenga Oficiala” e « Libertat per la lenga, per lo país !!« 

Per LIBERTAT, s’ageish pas mei de se contentar de promessas de modificacion minoras d’articles de las Constitucions estataus mes d’obtiéner l’aplicacion de nòstes drets elementaris.

Se lo movement culturau occitan solet pòt pas vertaderament portar reïvendicacions mei pregondas, lo desbat a l’entorn de l’occitan dèu adara anar delà de la problematica de la lenga e se dèu pausar la question de l’autonòmia politica. L’oficializacion de l’occitan ne representa pas qu’una estapa dens l’espelida possibla deus Occitans.

L’amenatjament deu territòri, la politica agricòla, los servicis publics son preocupacions majoras deu nòste quotidian. Las nos devem arrecaptar ende organizar la societat dens la quau volem víver.

Los Occitans an de drets, e los haràn vàler !

Seram çò que bastiram !

« A quand l’officialisation de l’occitan? »

Cette question, nous ne sommes pas les seuls à nous la poser, puisque des médias régionaux en faisaient leur une au lendemain de la manifestation de Carcasonne du 24 octobre 2009.

Pour la troisième fois en quatre ans, le peuple occitan est descendu dans la rue pour défendre ses droits linguistiques : 10 000 à Carcassonne en 2005, 20 000 à Béziers en 2007, plus de 20 000 à Carcassonne en 2009. Ces chiffres le démontrent clairement : la problématique occitane existe bel et bien.

Lors de ces rendez-vous festifs et politiques, les revendications sont multiples : une place digne et pérenne de l’occitan dans les médias, un développement de l’enseignement de la langue, ainsi que sa présence dans la vie publique. Malgré cela, la place de l’occitan dans les médias est toujours faible et aléatoire, les heures de cours d’occitan font toujours les frais des restrictions budgétaires et ce malgré une demande accrue.

Depuis de nombreuses années, la gauche révolutionnaire d’Occitanie lutte au quotidien pour que le peuple occitan, dont les droits élémentaires sont bafoués par les Etats français, italien et espagnol, soit enfin libre dans ses choix.

Récemment créé, LIBERTAT, mouvement politique de la gauche révolutionnaire d’Occitanie, a défilé à Carcassonne avec deux revendications majeures qui résument la problématique occitane : « Sèm un pòble, Occitan Lenga Oficiala » et « Libertat per la lenga, per lo país !! »

Pour LIBERTAT, il ne s’agit plus de se contenter de promesses de modifications mineures d’articles des Constitutions étatiques mais bien d’obtenir l’application de nos droits élémentaires.

Si le mouvement culturel occitan seul peut difficilement aller plus loin dans ses revendications, le débat autour de l’occitan doit maintenant dépasser la problématique de la langue et la question de l’autonomie politique doit se poser. L’officialisation de l’occitan ne représente qu’une étape dans l’épanouissement possible des Occitans.

L’aménagement du territoire, la politique agricole, les services publics sont des préoccupations majeures de notre quotidien. Nous devons nous les approprier pour organiser la société dans laquelle nous voulons vivre.

Une autonomie de l’Occitanie est aujourd’hui indispensable pour tout ce qui touche à notre vie quotidienne.

Les Occitans ont des droits, et ils les feront valoir !

Seram çò qui bastiram !