Tornar sus la ventòria

11 06 2010

Comme chacun de nos articles, vous pouvez retrouver la version française après la version occitane.

Los vents violents de la nuèit deu 27 au 28 de heurèr passat an hèit un gran domau en Occitània occidentau e sustot detzenas de morts en Peiteu Santonja e en Vendée. A pena un chic mei d’una annada après la ventòria Klaus, la Gironda es estada tocada per un navèth eveniment climatic a las consequéncias pró pesantas.

LIBERTAT, movement de l’esquèrra revolucionaria occitana, perpausa una analisi d’aquèsta situacion dont las consequéncias aurén poscut èster limitadas de beth tròç en Occitània, en Peiteu Santonja e en Vendée. Pensam aquí particularement aus villatges de La Faute e de l’Aiguillon on la peguessa umana permetó de bastir milierats d’abitacions dens zònas que non deurén pas jamei èster constructiblas.

S’es estada poderosa, la ventòria Xynthia non estó pas tant suberviolenta que lo monde ic volhan créder.

Fenomèns atau se son dejà produisits mei d’un còp. Los coeficients de mareja n’èran pas los mei importants de la sason mes dab l’ajuda deu vent, an inondat abitacions situadas en zònas negaderas shens provocar de victima.

Mes dens situacions atau, es de constatar que los domaus poirén èster mei limitats se l’òme evitava de construsir que que sia on que sia.

Mantuns sègles a de rang los de l’estuari an tostemps pres en compte la problematica de l’aigat, vivent au quotidian dab aquèra constrenta, bastissent maisons dab solèrs en prenent suenh de non pas demorar au baish particularament pendent las granas periodas d’aigat de la fin de l’ivèrn. Uèi se pensent a sauva de tots risques, los baishs son venguts lòcs de vida. De mei las abitations en zònas inondablas se son multiplicadas au cors deu sègle XXau en provocar dramas umans per cada gran aigat.

Entà lutar contre aquèths fenomèns, l’Estat francés com la màger part deus estats europèus an integrat los problèmas d’inondacion per lo biais des Plans de Prevencions deus Risques contre las Inondacions (PPRI) dens los documents d’urbanisme com lo Plan Locau d’Urbanisme (PLU) o l’Esquèma de Coeréncia Territoriau (SCOT) reglamentan las zònas constructiblas.

Per aquò despuish una quinzena d’annadas, l’elaboracion deus (PPRI) es guidada per los tres objectius generaus seguents :

  • prohibir las implantacions umanas dens las zònas las mei dangerosas on, quaus que sian los amainatjaments, la securitat de las personas non pòt èster garantida integraument,
  • las limitar dens las autas zònas inondablas,
  • preservar las capacitats d’escorrement e d’expandiment deus aigats per non pas agravar los risques per las zònas situadas en capsús e en capvath.

De còps avant l’aplication deus PPRI, nombrós màgers, pensatius de la lor reeleccion e au nom deu desvolopament economic, an hèit bastir lotiments o zònas d’activitats sus terrens bon mercat, aqueste vadent inconstructibles après aprobacion deu PPRI per risc d’inondacion.

Aquèras maisoetas o lotjaments sociaus an principaument patit deus efèits dirèctes de las inondacions tau com a Macau. Per las vielhas maisons, los qu’an oblidats las leçons deu passat que demoravan au baish ont mis los pès dens l’aiga pendant quauques jorns, los qu’èran au solèr an avut paur e an passat la nuèit a la candèla, lo purmèr solèr estent bastit hòra d’aiga.

Víver au bòrd de l’aiga hè hrèita d’una atencion particulara. Sus Gironda existeishen mei de 400 km de pashèiras. A la lor construccion, sovent aus sègles XVIIIau e XIXau aquèras pashèiras protegivan principaument los terrens agricòlas. Uèi, s’ageish tanben d’emparar la populacion e « enjòcs economics » hòrts.

Un flumi viu au quotidian. Ren n’ic pòt estancar. Quan un empach bloca lo passatge de l’aiga, aquesta trobarà una solucion entà passar autrament capsús o capvath e lhèu per dessús. Es impossible e dangerós de bastir proteccions sus l’estuari sancèr. Las pashèiras non permeten de’s protegir de cada eveniment mes es largament possible d’en limitar los domaus. Es quitament mei utile de deishar casièrs d’expandiment d’aigats entà permeter l’escorrement de las aigas meilèu que de voler absoludament jugular lo son passatge.

Una paishèra lo long deu flumi non dèu permeter de’s balhar bona consciénsa entà construsir d’abitacions a l’endarrèr d’aquesta. Aquò sembla èster deu bon sens, lo jorn on aquestas paishèras ceden son milierats de mòrts.

L’amainatjament deu territòri non es compatible dab lo profèit a tot hòrt que sacatja essenciaument de zònas naturaus fragilas, ricas e indispensablas per totas e tots.

Les promotors immobiliaris, dab lo sosten d’uns elegits locaus hican en causa los casièrs de zònas inondablas inscrivuts dens los PPRI entà modificar los PLU, de bastir sus terrens verges.

Dens la medisha dralha, dens una volontat descabestrada de construccion d’abitacion o de zònas d’activitats, las comunas desirarén desvolopar la lor vila o vilatje en urbanisar espacis que n’ec son pas estats despuish sègles. Es aisit d’oblidar las leçons deu passat. Aquèstas terras son demoradas verges per rasons de las bonas. Los flumis, los rius, los varats viven tot au long de l’annada e se cargan per cada eveniment pluviós o fluviau brutau.

Uèi, aquèths terrens son atacats, los varats, los adaiguèrs naturaus son desformats, deviats e lhèu boçats per l’òme dab consequéncias que podem apercéber regularament. Per exemple suu bec d’Ambès, per eishagatada de ploja, lotiments sancérs son inondats deu quite interior, la problematica inondacion n’estó pas presa en compte per lo constructor ahamiat de profèit.

Aquèths eveniments pausan la question de la gestion de tot aquestas òbras idraulicas qu’an com prètzhèit de regular au miélher los eveniments. Es evident que cadun non pòt har çò que vòu. Sovent los arriberans de paishèra en apèran a l’Estat entà ec entertiéner. Mes l’Estat, d’un biais generau, se desgatja d’aquestas obligacions de proteccion. Com Occitans am de préner lo nòste aviéner en man, e am de perpausar una reflexion per l’amainatjament deu territòri e esvitar dramas umans e permeter a la natura de’s desvolopar normaument.

Los mejans non son pas los medishs que los d’aute còps. Es evident que quan se balhan los mejans, lo seguit deus obratges idraulics es de qualitat melhora. Tant que lo pòple occitan non serà pas independant, èm dens l’obligacion de soscar au nivèu de las colectivitats o de l’autonòmia per lo seguit e l’entertien de las paishèras. Tot un trabalh hè mestièr. A l’entrada de Bordèu d’uas pashèiras protegen milierats de personas.

Nos cau lutar contre l’especulacion fonsièra on au nom de la rentabilitat, se crea grans centres comerciaus en zòna inondabla tau com a Beglas. Entà esvitar d’èster inondat, lo site sancér es estat pleat de terra. Dinc adara, pas nat drama es arribat, mes mesfisam-nos.

Am de lutar per un servici public de qualitat dens lo seguit deus obratges idraulics.

Retour sur la tempête.

Les vents violents de la nuit du 27 au 28 février dernier ont provoqué des dégâts importants en Occitanie occidentale et surtout des dizaines de morts en Poitou Saintonge et en Vendée. A peine un peu plus d’un après la tempête Klaus, la Gironde a été touchée par un nouvel événement climatique aux conséquences assez lourdes.

LIBERTAT, mouvement de la gauche révolutionnaire occitane, propose une analyse de cette situation dont les les conséquences auraient pu être largement limitées en Occitanie, en Poitou Saintonge et en Vendée. Nous pensons ici en particulier aux villages de La Faute et l’Aiguillon où la bêtise humaine a permis de construire des milliers d’habitations dans des zones qui ne devraient jamais être constructibles.

Bien que puissante, la tempête Xynthia n’a pas été si extraordinairement violente que tout le monde veuille bien le croire.

Des phénomènes comme celle-ci se sont déjà produites des milliers de fois. Les coefficients de marée n’étaient pas les plus importants de la saison mais avec l’aide du vent ont inondé des habitations situées en zones inondables en ne provoquant aucune victime.

Mais dans de telles situations il est à constater que les dégâts pourraient être bien plus limités si l’Homme évitait de construire n’importe quoi et n’importe où.

Pendant plusieurs siècles les estuairien(e)s ont toujours pris en compte la problématique de l’inondation, vivaient au quotidien avec cette contrainte, construisaient des maisons à étage en prenant bien soin de ne pas vivre au rez de chaussée en particulier pendant les grandes périodes de crues de la fin de l’hiver. Aujourd’hui se croyant à l’abri de tous les risques, les rez de chaussée sont devenus des lieux de vie. De plus les habitations en zone inondables se sont multipliées au cours du XXème siècle provoquant ainsi des drames humains à chaque grande crue.

Pour lutter contre ces phénomènes, l’état français comme la plupart des états européens ont intégré les problèmes d’inondation par le biais des Plans de Préventions des Risques contre les Inondations (PPRI) dans les documents d’urbanisme comme comme le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ou le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) réglementant les zones constructibles.

Pour cela depuis une quinzaine d’années, l’élaboration des (PPRI) est guidée par les trois objectifs généraux suivants:

  • interdire les implantations humaines dans les zones les plus dangereuses où, quels que soient les aménagements, la sécurité des personnes ne peut être garantie intégralement,
  • les limiter dans les autres zones inondables,
  • préserver les capacités d’écoulement et d’expansion des crues pour ne pas aggraver les risques pour les zones situées en amont et en aval.

Parfois juste avant l’application des PPRI, de nombreux maires, soucieux de leur réélection et au nom du développement économique, ont fait construire des lotissements ou des zones d’activité sur des terrains bon marchés, ces derniers devenant inconstructibles après approbation du PPRI pour risque d’inondation.

Ces pavillons ou logements sociaux ont principalement subi les effets directs des inondations comme à Macau. Pour les maisons anciennes, ceux qui ont oublié les leçons du passé qui logeaient au rez de chaussée ont mis les pieds dans l’eau pendant quelques jours, ceux qui se trouvaient à l’étage en ont été pour une bonne frayeur et une nuit au chandelle leur premier étage ayant été construit par les « anciens » hors d’eau.

Vivre au bord de l’eau nécessite une attention particulière. Sur la Gironde il existe plus de 400 km de digues. A leur construction, souvent au XVIII et XIXème siècle ces digues protégeaient principalement les terrains agricoles. Aujourd’hui il s’agit également de protéger la population et des « enjeux économiques » forts.

Un fleuve vit au quotidien. Rien ne l’arrête. Lorsqu’un obstacle empêche le passage de l’eau, celle-ci trouvera une solution pour passer autrement en amont ou en aval voire par dessus l’obstacle. Il est impossible et dangereux de construire des protections sur l’ensemble de l’estuaire. Les digues ne permettent pas de se protéger de tous les événements mais il est largement possible d’en limiter les dégats. Il est même plus utile de laisser des casiers d’expansion des crues pour permettre l’écoulement des eaux plutot que de vouloir à tout prix juguler son passage.

Une digue le long du fleuve ne doit pas permettre de se donner bonne conscience pour construire des habitations en arrière de ces digues. Cela semble du bon sens, le jour où ces digues cèdent ce sont des milliers de morts.

L’aménagement du territoire n’est pas compatible avec le profit à tout prix qui saccage essentiellement des zones naturelles fragiles, riches et indispensables pour toutes et tous.

Les promoteurs immobiliers avec l’appui de certains élus locaux remettent en cause les casiers de zones inondables inscrits dans les PPRI afin de modifier les PLU, de construire sur des terrains vierges.

Du même ordre toujours dans une volonté effrénée de construction d’habitation ou de zones d’activités, les communes souhaiteraient développer leur ville ou village en urbanisant des espaces qui ne l’ont pas été pendant des siècles.Il est facile d’oublier rapidement les leçons du passé. Ces terres sont restes vierges pour de bonnes raisons. Les fleuves, les rivières, les fossés vivent tout au long de l’année et se mettent en charge à chaque événement pluvieux ou fluvial fort.

Aujourd’hui, ces terrains sont attaqués, les fossés les irrigations naturelles sont déformées, déviées voire bouchées par l’Homme avec des conséquences que l’on peut apercevoir régulièrement. Par exemple sur le Bec d’Ambès, lors des fortes pluies des lotissements entiers sont inondés de l’intérieur même du lotissement, cette problématique inondation n’ayant pas été prise en compte par le constructeur avide de profit.

Ces événements posent la question de la gestion de tous ces ouvrages hydrauliques qui ont pour objectif de réguler au mieux les événements. Il est évident que chacun ne peut faire ce qu’il veut. Souvent les riverains de digue en appelle à l’état pour entretenir les digues. Mais l’état de manière générale se dégage de ces obligations de protection. En tant qu’Occitans nous devons prendre notre avenir en main et nous devons proposer une réflexion pour l’aménagement du territoire et éviter des drames humains et permettre à la nature de se développer normalement.

Les moyens ne sont plus les mêmes que ceux d’autrefois. Il est évident que lorsque l’on s’en donne les moyens le suivi de ces ouvrages hydrauliques est de bien meilleure qualité. Tant que le peuple occitan ne sera pas indépendant, nous sommes dans l’obligation de réfléchir au niveau des collectivités ou de l’autonomie pour le suivi et l’entretien des digues. Tout un travail est nécessaire. A l’entrée de Bordeaux certaines digue protègent des milliers de personnes.

Il nous faut lutter contre la spéculation foncière où au nom de la rentabilité, se crée des grands centres commerciaux en zone inondable comme à Bègles. Pour éviter d’être inondé tout le site a été remblayé pour éviter tout problème d’inondation tout aussi bien du fleuve que des esteys.Pour l’instant aucun drame mais méfions nous.

Nous nous devons d’être pour un service public de qualité pour le suivi de tous ces ouvrages hydrauliques qui ont une utilité majeure.

Advertisements




GRAVA E PROFITS CAPITALISTAS

14 05 2010

GRAVA E PROFITS CAPITALISTAS

Dempuish segles que non gaudís pas mei de poders economics e politics pròpis, Occitània patís una dominacion dont pòrta sus mantun maines. Çò mei evident, e mei plan coneishut uèi-lo-dia, es la dominacion culturau : la lenga occitana es negada, sepelida, e non pòt pas que suberviver a pro penas. Mès podem concéber l’ensèm de la situacion en l’espaci occitan com marcat per mantuna dominacions mei pregondas : principaument una dominacion politica –estant que los poders de decisions non se tròban pas suu territòri occitan– e una dominacion economica. Daubuns cercaires e analistes occitans parlèren atau d’una situacion de colonialisme que caracteriza los rapòrts entre los tribalhadors occitans e los poders que’us mestrejan.

Am dejà tractat dens aqueras paginas d’aquesta situacion, per exèmple au parat d’una descripcion de l’accion de las Autoroutes du Sud de la France suu territòri occitan e suus poblants (A Huèc #25, junh de 2009). Un aute cas, benlèu mei caracteristic encara de la situacion que patissem, es lo de l’espleitacion de gravèiras drin pertot dens lo nòrd de Gasconha.

graviera1-2De hèit, sabem que dens la màger part deus cas de colonialisme, las riquessas naturaus deus territòris colonizats constituiren una de las rasons principaus de la dominacion (la fruta de las Antilhas, la husta e lo sucre deu Brasiu, lo gas e lo petròle d’Argelia…). La semblança deu nòste cas, atau, que truca : am aqui un gran grop horastèir qu’espleita la riquessa d’un parçan, shens gaire se chepicar per las poblacions locaus.

GSM, l’espleitant principau dens lo nòrd de Gasconha es un grop eishit d’Italcementi, grop italian que tanben possedis lo cimentèir Calcia, lo fabricant de beton Unibeton e mantuna enterpresas encara. Aqueste grop es donc, ic vedem, un gigant dens lo son sector, çò qu’es confirmat per las chifras. Per l’estat francés e Belgica, GSM qu’emplega 880 salariats, dens 90 gravèiras o espleitacions, e que vend 31 milions de tònas de granulats per una chifra d’ahar de 370 milions d’euròs. E son repartits los beneficis entre tots los salariats ? La responsa que’s tròba dens la question… Mei grand encara, Italcementi, grop multinacionau implantat dens 22 estats, emplega 22000 salariats per una chifra d’ahar de 6 miliards d’euròs. Que vedem donc l’importància d’aquestas enterpresas, e los beneficis que tiran de l’espleitacion de las matèiras purmèiras.

Atau, la grava occitana n’aprofita pas briga aus occitans. L’argument qu’emplegan sovent per justificar taus accions es coneishut : crean emplecs, e los proprietaris deus terrenhs son contents de’us vénder. Mès vedem dens lo cas de GSM quau es la realitat : son 880 emplegats per 90 carrèiras, es dider mensh de 10 salariats per cada siti. Crean emplecs, òc, mès quantes ? Egau, per vénder terrenh a GSM, que cau estar proprietari, e dens la màger part deus cas non son pas las comunas dont son proprietàrias. Los beneficis de las ventas n’aprofitan pas donc tanpauc a la poblacion sancèira, sinon a gents isolats dont n’avèn generaument pas grand besunh d’aquestes dinèirs.

Mei d’aquò, que sabem plan l’argument deus salaris non ten pas jamei lo còp entà justificar l’implantacion o la preséncia d’una enterpresa capitalista. Entà percéber la realitat economica mei precisament, se cau pausar la question de la mei-valua que realiza l’enterpresa, un còp sortit los costs umans (los salaris) e tecnics (las maquinas). Justament, vedem qu’es aquesta mei-valua çò mei important, lo factor determinant per las enterpresas capitalistas. La mei-valua organiza lo sistèmi liberau, e motiva los investissors a se desplaçar per viner panar las riquessas deus autes. E dens lo cas de las gravèiras de Gasconha, aquesta mei-valua que hugis hòra d’Occitània, entà beneficiar aus accionaris deu grop Italcementi (l’accionari majoritari n’es Italmobiliare, holding financèira italiana, que sons interests non semblan pas gaire comuns aus d’Occitània). Los beneficis efectuats gràcias aus tribalhadors e susquetot gràcias a las riquèssas naturaus deu parçan ne serviràn pas briga ad aqueste parçan, mès a accionaris que tornaràn investir dens çò que volen, o deisharàn dromir aquestes dinèirs sus comptes dejà harts.

La poblacion autoctòna, per contre, que pòt percéber los cambiaments terribles que GSM impausa au territòri. Sèuva destraucada per detzenas d’annadas (un còp la grava es estada panada tota, GSM se’n va, e que deisha traucs de milions de mètres-cubes que la vegetacion non s’i torna pas pravar avant pausa), camions que passan shens s’arrestar e que destraucan las rotas – ne parlam pas aqui deus problèmas de brut dens los vilatges… Cau véder tanben qu’aqueste processus d’espleitacion intensiva de la grava n’es pas un problèma navèth en Gasconha. Sabem dejà los efèits deu dragatge de Garona sus la fauna pissicòla, e la soa implicacion dens lo despoplament de las espécias istoricas de Garòna (anguilas, alòsas, creacs…). Dempuish cincanta ans, las errors hèitas dens lo cas de Garòna se son a tornar har dens la sèuva vesina. Shens digun, poblacion o politics, pòsqui interviner fàcia aus interests deus capitalistas. La nòsta vutz non pòt pas estar carada mei, e s’organizar en tant qu’occitan es l’unic biais per acarar las violéncias que nòste pòble patis.

GRAVE ET PROFITS CAPITALISTES

Depuis des siècles qu’elle ne jouit plus de pouvoirs économiques et politiques propres, l’Occitanie subit une domination qui porte sur plusieurs secteurs. Le plus évident et le mieux connu aujourd’hui est la domination culturelle : la langue occitane est niée, enterrée et ne survit qu’à grande peine. Mais on peut concevoir l’ensemble de la situation dans l’espace occitan comme marqué par plusieurs dominations plus profondes, découlant principalement de la domination politique –puisque les pouvoirs de décision ne se trouvent pas sur notre territoire – et de la domination économique. Plusieurs chercheurs et analystes occitans ont ainsi pu parler d’une situation de colonialisme qui caractérise les rapports entre travailleurs occitans et les pouvoirs qui les gouvernent.

Nous avons déjà traité cette situation dans ces pages, par exemple à l’occasion d’une description de l’action des Autoroutes du Sud de la France sur le territoire occitan et sa population (A Huèc #25, juin 2009). Un autre cas, peut être plus caractéristique encore de la situation que nous vivons, est celui de l’exploitation de gravières un peu partout dans le nord Gascogne.

Nous savons en effet que dans la plupart des cas de colonialisme, les ressources naturelles des territoires colonisés ont constitué une des raisons principales de la domination (les fruits des Antilles, le bois et le sucre du Brésil, le gaz et le pétrole d’Algérie…). La ressemblance avec le cas qui nous intéresse est frappante : nous avons ici un grand groupe étranger qui exploite la richesse d’un territoire, sans guère se préoccuper des populations locales.

gravièra2-2GSM, l’exploitant principal dans le nord Gascogne, est un groupe issu d’Italcementi, groupe italien qui possède également le cimentier Calcia, le fabricant de béton Unibeton, parmi bien d’autres entreprises. Ce groupe est donc, nous le voyons, un géant de son secteur, ce que les chiffres confirment : pour l’État français et la Belgique, GSM emploie 880 salariés, dans 90 gravières ou exploitations, et vend 31 millions de tonnes de granulés pour un chiffre d’affaire de 370 millions d’euros. Les bénéfices sont ils répartis entre les salariés ? La réponse est dans la question… Plus grand encore, Italcementi, groupe multinational implanté dans 22 états, emploie 22000 salariés pour un chiffre d’affaire de 6 milliards d’euros. On voit donc l’importance de ces entreprises, et les bénéfices qu’elles retirent de l’exploitation des matières premières.

Ainsi, la grave occitane ne profite pas le moins du monde aux Occitans. L’argument souvent employé pour justifier ces agissements est connu : des emplois seraient créés, et les propriétaires des terrains sont bien contents de les vendre. Mais nous voyons, dans le cas de GSM, quelle est la réalité : 880 employés pour 90 carrières, c’est à dire moins de 10 salariés par site. On crée des emplois, oui, mais combien ? De même, pour vendre du terrain ou louer des concessions à GSM, il faut être propriétaire, et dans la plupart des cas ce ne sont pas les communes qui le sont. Les bénéfices des ventes ne profitent donc pas non plus à la population dans son ensemble, mais plutôt à des personnes isolées qui n’ont généralement pas besoin de cet argent.

De plus, nous savons que l’argument des salaires ne tient pas le coup pour justifier l’implantation ou la présence d’une entreprise capitaliste. Pour percevoir la réalité économique plus précisément, il faut se poser la question de la plus-value réalisée par l’entreprise, une fois sortis les coûts humains (les salaires) et techniques (les machines). Justement, nous voyons que c’est bien cette plus-value l’important, le facteur déterminant pour les entreprises capitalistes. La plus-value organise le système libéral, et motive les investisseurs à voler les richesses des autres. Dans le cas des gravières gasconnes, cette plus-value file hors d’Occitanie, pour bénéficier aux actionnaires du groupe Italcementi (l’actionnaire majoritaire en est Italmobiliare, holding financière italienne, dont les intérêts ne semblent pas vraiment concorder avec ceux de la population occitane). Les bénéfices effectués grâce aux travailleurs, et surtout grâce aux richesses naturelles d’un territoire, ne serviront pas les populations de ce territoire, mais des actionnaires qui réinvestiront ensuite dans ce qu’ils voudront, ou bien laisseront dormir cette monnaie dans des comptes déjà bien pleins.

La population autochtone, par contre, peut percevoir les changements terribles que GSM impose au territoire. Une fois la forêt détruite pour des dizaines d’années, GSM s’en va en laissant des trous de millions de mètres cubes, où la végétation ne repousse pas avant un bon moment. Les camions y passent sans s’arrêter, détruisent les routes – et nous ne parlons pas des nuisances sonores dans les villages traversés… Il faut voir que le processus d’exploitation intensive de la grave n’est pas un problème nouveau en Gascogne. Nous connaissons déjà les effets désastreux du dragage de la Garonne sur la faune piscicole, et son lien avec le dépeuplement des espèces historiques du fleuve (anguilles, aloses, esturgeons…) Depuis cinquante ans, les erreurs faites dans le cas de la Garonne se reproduisent dans la forêt voisine. Sans que personne, population ou politiques, ne puisse intervenir face aux intérêts capitalistes. Notre voix ne peut plus être occultée, et s’organiser en tant qu’Occitans est l’unique façon de faire face aux violences que notre peuple subit.