RETORN SUS l’enquista socio-lenguistica en aquitània (2)

22 10 2009

Comme pour chacun de nos articles, le texte en version occitane est suivi de la version française (en italique).

RETORN SUS l’enquista socio-lenguistica en aquitània (2)

En mai pareishè l’enquista socio-lenguistica d’Aquitània (las resultas completas son disponibles suu siti de la region). Aquí la dusau partida d’una comunicacion d’un enquistaire, simpatizant de Libertat, que la purmèira partida n’èra estada publicada dens lo numerò precedent de A Huèc ! Que’vs podetz trapar la version integrau en escríver a gasconha.nord@libertat.org o suu blòg http://ahuec.wordpress.org

E tà los qui dobten, que’us seré estat pro d’escotar aqueths vielhs, qu’avèvan benlèu pas jamei passat las termièras deu lor despartament, díser que òc, en Dordonha e en Biarn qu’avèvan la medisha lenga (mes pas los bascos, è !), que’s comprenèva plan, que, suspresa, un viatge de vacanças en Daufinat, en Lengadòc, en Avairon, en Auvernha avèva permes de véder que alhors tanben, se comprenèvan, dab quauquas diferéncias, evidentament, mas pensatz, tant lunh, qu’es normau…

Tot aquò es vertat, e es enregistrat, cau demandar aqueras bandas a la Region (parièr, se ne volètz har present a l’Institut Biarnes…).

Après l’ahar sus la pratica de la lenga, vienèva la partida sus la percepcion de la lenga e son futur.

Es aquiu que s’esconen lo mei de causas viciosas au nivèu de las questions mes atencion, non cau pas díser qu’aquò era volontari, benlèu era sonque devut au trencat normau entre los qui hén las questions (un comitat d’occitanistas, ac rapelam, pas la Region directament) e lo terrenh efectiu.

Aquí lo detalh e lo comentari de la seria de frasas, per las qualas calèva respóner se, òc o non, la persona era d’acòrd o pas.

1.La disparition des langues régionales serait une perte culturelle pour la France et ses régions.

N’i a pas grand causa de díser aquiu, d’alhors, tots son d’acòrd, a 90% e, en generau, los que n’ac son pas es que n’an pas compres la question…

2.L’occitan fait partie du patrimoine de la France.

Ah, purmèr trebuc. Cau soslinhar lo hèit que lo questionari estó elaborat justament pendent la discutida de l’amassada nacionau sus lo famós article 75-1 de la constitucion, que, lunh de sauvar la lenga, contribueish a l’embarrar dens un musèu. Que pòt pareisher estonent venent d’un comitat d’occitanistas, aquera vision un chic reductriça, sus que tot que se trobè monde qui parlavan la lenga, qu’eran per totas las accions, respóner non còp-sec. Motiu ? « L’Occitan hé partida deu patrimòni d’Occitània, la França n’a pas arren de foter de nosautes ! » Es vertat (enregistraments tàd ac apiejar). E i auré ua consciéncia occitana politica en çò deu populò aquitan ? Pecaire, avèm pas aprestat las questions com cau ! Non, son 90% a díser que òc, aquò es ben la pròva que tot lo monde es plan sosmes a França e d’acòrdi dab las decisions de l’Amassada Nacionau…

3.Aujourd’hui, je trouve inutile de mettre en place des actions pour maintenir l’occitan.

Enquera uèi non comprèni pas aqueth besonh qu’an ajut (se pòt comprener per la question 5,e enquera) de formular negativament quauquas questions. Volontat d’ « objectivisar » un questionari benlèu tròp en favor de l’occitan ? De jogar sus estereòtipes e las frasas totas hèitas tà har reagir lo monde ? En tot cas, hòrt de monde estón trucat e responón a costat. Un petit 71% (contra, donc, s’avètz seguit…).

4.La culture occitane fait partie de mon identité.

Aquera qu’es plan interessenta. Que hé la soma de la conscientisacion deu monde, de lor coneishença deu país, etc… mes lo mot d’ « identitat » hadó puisheu a mei d’un (per sa conotacion nacionala francesa, e aquò se pòt compréner). 41%. Mes bon, d’aquò podem tirar los qui n’an jamei avut nat rapòrt dab la lenga, lo monde vadut de l’imigracion, que n’an efectivament pas nada rason d’aver aquera lenga dens lor cultura.

5.Pour moi, l’occitan n’est plus que du folklore.

Enquera ua negativa. Mes aquera hadó reagir lo monde, e plan com cau (a grands còps de « los que disen aquò son de cons ! »). 60% contra. Mes la opinions negativas sus aqueras son sovent devudas a un pessimisme sus l’avenidor de la lenga. La pròva : lo nombre es pas mei haut en çò deus locutors.

6.On se demande pourquoi des gens apprennent aujourd’hui l’occitan.

Una error aquera question, clarament. A completament perdut los enquistats. Los 77% de responsa negativa deisha imaginar çò qu’auré pòdut estar autrament formulada.

7. Parler une langue régionale dès le plus jeune âge permet d’apprendre ensuite plus facilement d’autres langues.

69% òc. Enquera un còp, dens los locutors, que trobam los vergonhós pessimistas e los plens d’esper.

8.L’occitan est une richesse d’un point de vue économique, notamment pour le tourisme.

E ben aquí i sem, après aver hèit de l’occitan ua peça de musèu, lo vòlen véner aus toristas. Perqué la segonda partida de la frasa ? Se diré qu’an paur de perpausar ua vertadèra socialisacion de la lenga, e un vertadèr tornar a l’economia locau. La question auré pòdut estar tornada formular d’un aute biais, seré estat mei aisit de compréner. 56%

9.Pour moi, l’occitan est associé à des moments de convivialité et de festivité.

Estonant. E particularament viciós. Après aver damandat se l’occitan era de folclòre, pausen ua question qu’auré tendéncia a díser que òc, l’occitan es de folclòre, puish que associat a las hèstas (çò que hòrt de vielhs, de Dordonha notadament, auràn lèu tradusit per « es qu’ets dijà anats a ua Felibrejada ? »). Hòrt de monde an reagit a la question en díser que òc, evidentament, l’occitan era associat a de moments de hèstas, mes pas sonque (dijà que adara n’i a que lo parlen sonque aus enterraments…), e coma, cada lenga, se podèva parlar dens cada ocasion de la vita, com avant. Cau se demandar perqué aquera question. N’es pas tant importanta qu’aquò en era-medisha, ne balha pas nada vision de que que sia sus la lenga, ne hé pas que reciclar un vejaire fosc sus las lengas regionaus en generau. Totun, mauaisit de díser non (en tot saber que la responsa « òc, mas pas sonque » existava pas…). Òc a 80%

10. Parler occitan me donne le sentiment d’appartenir à une région.

Las responsas estón mei susprenentas que previst. Citi : « Ua totun plan beròia region qui haré casi la mitat de França ! ». La nocion de region, deishada a l’apreciacion de l’enquistat, hadó paréisher, a còps, quauquas consciéncias d’ua grana Occitània, quauquas volontats d’autonomia, benlèu l’expression d’un nacionalisma timidòt… 88%

11.Parler occitan me permet de rencontrer des gens avec qui je partage des affinités.

69%. Es un pauc mensh qu’a las questions d’avant, mes hòrt de monde son a pèrder los sols locutors qu’avèvan. Pendent l’enquista, que son caduts dens un vilatjòt de 200 estatjants sus ua hèmna de mei de 80 ans, que parlava, que plorava pr’amor de parlar dab un joen la lenga de son enfança e qu’i hidè que sa darrèra paur, mei que la mòrt, era que la vesia d’en fàcia, la sola auta darrèra locutriça que coneishèva, morisquesse abans era…

12.Connaître l’occitan me permet de mieux comprendre ma région et son histoire.

Aquera es mei interessenta qu’i pareish, puish que junta un chic la question de l’aprentissatge de las lengas rendut mei aisit per la pratica d’ua lenga regionau, o l’espandiment de la cultura generau balhat per la dubertura d’esperit portada per la pratica d’ua lenga minorisada. 78%

13.Connaître l’occitan me conduit à m’impliquer pour la défense de la diversité linguistique et culturelle.

Aquera question qu’es lunh d’estar evidenta tà la majoritat deus aquitans, sustot quand ne sabem pas se se parla d’un investiment materiau o sonque psicologic. 74%

Vedem plan dab tot aquò que la vision qu’an la gent sus l’occitan es lunh d’estar catastrofica, seré quitament lo contrari : au finau, son 74% de las personas interrogadas que pensan que parlar occitan es una dubertura. Aquò ne deisharà pas gaire d’electors potenciaus au sénher Mélenchon…

Logicament, après la percepcion de la lenga vienen los espers en valorisacion de la lenga (n’i a pas arren de díser sus la progression deu questionari, mauaisit de har melhor).

Aquiu, i avó causas estonantas. A començar per la question « A votre avis, l’occitan dans votre région est en diminution ou en progression ? », perduda dens aquera partida deu questionnari, e a la quau 60% an respondut que l’occitan era en diminucion. 60% ? Sonque ? Mes, m’avèvan dit a l’escòla qu’era ua lenga mòrta, e haré résisténcia ? Enquera mei estranh, tà 10% que seré shens discutida possibla en progression. Excès d’optimisma, capitada deu moviment occitanista ? Un chic de tot benlèu, e tà melhor.

Enfin, enfin, vienèva LA question, la qu’era vienuda cercar la Region, sabetz, tàd estar segura que n’anava pas despensar sa moneda en quimèras.

« Etes-vous favorables à des actions conduites par les collectivités publiques pour maintenir ou développer la langue occitane ? »

82% òc. Har mei favorable seré estat de negacionisma de cap au jacobinisma…

Aquò ne s’estanca pas aquiu e lo comitat d’experts avèvan previst un detalh de las accions a menar, accions plan debatudas dens los corredors e las salas de l’Amassada, plan consensuaus, es vertat, mes necessarias. Anam véder que las responsas, eras non son pas tostemps consensuaus…

Aquiu las ideias sosmetudas aus aquitans (au passatge, que n’es pas tant sovent que lo noste vejaire nos es demandat d’un biais democratic, tant vau en profieitar…) :

1.Mettre en place des panneaux de signalisation bilingues français et occitan.

60%. Es pas gaire, per rapòrt au rèsta, mes lo tèrmi fosc de « panèus bilingues » deishè créder au monde que ne’s parlava pas sonque de l’intrada deus vilatges e eventualament de carrièras (lo sol doble afichatge previst en hèit per la Region) , mes tanben de TOTS los panèus de la securitat rotièra (stop, cédez-le-passage, etc…). Que’s trobè monde tà díser : « Perqué lo deishar en frances ? ». E un aute : « A noste, passam la nèit tà botar de negre sus los panèus en frances, e après que l’ajan enlevat l’endeman matin, que passam darrèr tà los traucar dab lo fusilh… ». Era un còrse. Podem malurosament pas tòrcer lo còth a TOTS los estereòtipes…

2.Développer les pratiques bilingues dans les lieux publics (brochures ou annonces bilingues…).

65%. Medisha remarca que mei naut, la nocion de lòc public era mei que fosca. Notaram totun, e aquò pòt har plasér, que la Region s’investeish dins lo processus de socialisacion de la lenga, son utilisacion dens la vita vitanta, segurament una de las causas que manquen lo mei, e qui estona lo mei lo monde, hòrt n’avèvan jamei vist tant lunh e « oficiau » tà la lora lenga.

3.Développer l’enseignement dans les écoles.

80%. Mes aquò baisha tà los qui volerén i botar los lors mainats, shens estar catastrofic totun : 69%.

4.Proposer davantage de formations pour adultes sous la forme de cours du soir ou de stages.

80%, mes parier, autanlèu que damandam se la persona seré interessada personaument, n’i a pas mei digun (31%). Es pauc, mes coma un « non, malurosament n’ei pas lo temps » (la responsa majoritaria en hèit) compta com un « non, ne m’interessa pas », es tanben a botar en perspectiva.

5.Etoffer l’offre culturelle en occitan.

81%. La cultura es vertadèirament LA causa que bota tot lo monde d’acòrd, cadun dab las soas envejas (teatre, cinemà, literatura, musica, fèstas divèrsas, es hòu tot çò que pòt amassar aqueth tèrmi de « cultura »). Mes sonque 62% de la gent frequentarén mei aqueths programas culturaus. Enquera un còp, un « non, n’èi pas lo temps », un « non, ne m’interessa pas » e un « puish pas los frequentar mei que los frequenti a l’ora d’ara » comptan parièr.

6.Renforcer la présence de l’occitan dans les médias (Tv, presse, radio).

63%. Çò estonant, es de notar que i avó hòrt de monde tà respóner non, tot simplament pr’amor que que ne pensavan pas que sia possible…

La question de l’ensenhament en estar una de las mei importantas avó dret a un chic de recèrca mei avant. Conclusion : 71% deus aquitans son favorables a l’ensenhament, desempuish l’escòla mairau o primària, e mei d’un biais opcionau (83%) que bilingue (15%). L’ensenhament en imersion bilingue, que hé meravilhas en çò de Calandreta en dens país vesins qu’a enquera causas de probar suu territòri frances…

Tà acabar (ah, avèvi benlèu doblidat de vos previéner : lo questionnari era long, plan long, tròp long…), duas questions, menas de conclusion, de sintèsi de tot. La purmèra, sus l’estacament a la lenga, reculhó 47% d’opinion positiva. Com sus la consideracion de l’aparténencia de la cultura a l’identitat, cau aver creishut dehens tà i estar estacat plan com cau. Mes dab sonque 10% de locutors, n’es pas tròp mau.

E la darrèra de totas, un QCM dab quate perpausicions a causir :

1. Je souhaiterais que l’occitan retrouve une place dans la vie de tous les jours. 16,5%

2. Je trouve intéressant de maintenir l’occitan, mais ce n’est pas une priorité selon moi.71,5%

3. Si l’occitan venait à disparaître, cela ne me gênerait pas beaucoup.10%

4. Je suis contre le développement de l’occitan. 1%

Aquera question era particularament viciosa, çò qu’estó relevat per mantuns enquistats.

Com respóner a la purmèra, menter que la majoritat deus enquistats non parlan pas la lenga, e n’an pas coneishut d’espòca ont l’occitan era parlat pertot per carrèiras ? Com respóner la segonda shens definir çò qu’es ua prioritat (en senhalar que l’enquista se debanè en octobre de 2009, quand començavan de parlar de la « Crisi ») ? En qué lo hèit de causir la tresena empacharé de tanben pensar coma la purmèra o la segonda ? Mei d’un enquistat an desclarat que mancava ua responsa intermediaria enter la 1 (qu’anava « tròp lunh » segon quauques uns) e la 2 (pas pro hòrta), qu’auré estat, tot simplament : que voi que l’occitan sia mantienut.

Ac vedem plan, demorava quauques feblèrs dens lo questionari, pas forçadament grèus, pas forçadament hèits a l’exprès (e esperam que non), mes totun pro viciós tà poder, en teoria, faussar lo quite sens de l’enquista. Dab marrida fe, se espiam aquèra darrèra question per exemple, çò qu’empacha la Region de díser : « Va plan, son 71% a díser que l’occitan dèu estar mantienut, shens qu’aquò ne sia ua prioritat. Peu moment, qu’avèm causas seriosas de tractar, vederam aquò dens 5, 10… ans » ? Non. Es çò que tot, associatius, militants, occitanistas/ofònas/òfilas devem díser autanlèu. La lenga es en dangièr e non cau pas esperar tà la sauvar. Alavetz a tots, e a cadun, dens las soas accions de brandir aqueths resultats que apartenen au pòble occitan. Qu’avem darrèr nosautes la maquina lançada per las institucions, las envejas, las espèras deu pòble aquitan e occitan e enquera los mejans umans d’ac har. Es aquiu que tot se jòga. Aquitània montrarà lo camin a Occitània ?

Retour sur l’enquête socio-linguistique en Aquitaine (2)

En mai paraissait l’enquête socio-linguistique d’Aquitaine (les résultats complets sont disponibles sur le site). Voici la seconde partie d’une communication d’un enquêteur, sympathisant de Libertat, dont la première partie avait été publié dans le numéro précédent de A Huèc!. Vous pouvez toujours vous procurer la version intégrale en écrivant à gasconha-nord@libertat.org ou sur le blog http://ahuec.wordpress.org

Et à ceux qui doutent, il leur aurait suffit d’écouter ces personnes âgées, qui sans doute n’avaient jamais franchi les frontières de leur propre département, dire que oui, les Périgourdins et les Béarnais parlent la même langue (mais pas les basques, hein !), que l’on se comprend bien, que, surprise, un voyage de vacances en Dauphiné, en Languedoc, dans l’Aveyron ou en Auvergne avait permis de voir qu’ailleurs aussi, l’on se comprend, avec quelques différences, évidemment, mais pensez donc, compte tenu de la distance cela va de soi…

Tout cela est véridique, et enregistré, et doit déjà dormir paisiblement dans quelque tiroir de la Région (encore une fois, on ne saurait trop conseiller d’en faire présent à L’Institut Béarnais).

Après la pratique de la langue venait la partie sur sa perception et son futur.

C’est ici que se dissimulent les pièges les plus vicieux au niveau des questions, mais attention, nous nous garderons bien de dire que cela était volontaire, peut-être était-ce seulement dû au fossé normal existant entre ceux qui font les questions et ceux qui y répondent. Difficile de prévoir toutes les réactions…

Voici donc le détail et le commentaire de la série de phrases, pour lesquelles il fallait répondre si, oui ou non, l’enquêté était d’accord ou pas.

1.La disparition des langues régionales serait une perte culturelle pour la France et ses régions.

Il y a peu à dire, et d’ailleurs tout le monde s’accorde sur un « oui » franc et massif (90%, presque un score de président africain). Ceux qui ne le sont pas n’ont, en général, pas compris la question…

2.L’occitan fait partie du patrimoine de la France.

Premier piège. Il faut souligner le fait que le questionnaire était justement élaboré lors du débat parlementaire autour du fameux article 75-1 de la Constitution, qui, au lieu de faire vivre les langues régionales, les empaille, les vernit et les remise dans une vitrine poussiéreuse.

Cette vision réductrice peut paraître étonnante venant d’un comité d’occitanistes, surtout qu’il se trouva des gens parlant la langue, en accord avec toutes les actions proposées, répondre non du tac au tac. Motif ? « L’Occitan fait partie du patrimoine de l’Occitanie. La France n’en a rien à foutre de nous ! » Cela est, encore une fois, véridique (enregistrements à l’appui). Y aurait-il une conscience politique chez le populo aquitain ? Mince, voilà que nous n’avons pas préparé les questions comme il le fallait ! Mais non, fausse alerte, ils sont quand même 90% à répondre que oui, voilà bien la preuve que tout le monde est soumis à l’État Français et en accord avec l’Assemblée Nationale.

3.Aujourd’hui, je trouve inutile de mettre en place des actions pour maintenir l’occitan.

Aujourd’hui encore je ne comprends pas le besoin ressenti de formuler négativement quelques questions. Volonté d’ « objectiviser » un questionnaire trop en faveur de l’occitan ? De jouer sur les stéréotypes et les phrases consacrées pour faire réagir ? En tout cas, beaucoup furent gênés et répondirent à côté. Un petit 71% (contre, donc, si vous avez suivi…).

4.La culture occitane fait partie de mon identité.

Celle-ci est intéressante. Elle fait la somme de la conscientisation des enquêtés, de leur connaissance du pays, etc…seulement voilà : le mot d’ « identité » en refroidit plus d’un (par sa connotation nationalo-française, et, ma foi, cela se comprend). 41%. C’est peu, mais après tout, si l’on ôte ceux qui n’ont jamais eu aucun rapport avec la langue, les personnes issues de l’immigration, qui n’ont effectivement aucune raison d’avoir cette langue dans leur culture, le score augmente.

5.Pour moi, l’occitan n’est plus que du folklore.

Encore une formule négative. Sauf que celle-ci fit réagir, et assez violemment (à coups de « ceux qui disent ça sont des cons ! »). 60% contre. A relativiser, les opinions négatives sur la question étant le plus souvent dues à un certain pessimisme quant à l’avenir de la langue. La preuve : les chiffres ne sont pas plus élevés chez les locuteurs, pourtant à même de connaître quel rapport sociétal ils ont avec leur langue, loin de toute folklorisation.

6.On se demande pourquoi des gens apprennent aujourd’hui l’occitan.

Cette question était clairement une erreur. Elle a perdu les enquêtés, les enquêteurs, et me perd aujourd’hui encore en tant qu’observateur extérieur. Les 77% de réponses négatives laissent imaginer quelles hauteurs aurait pu atteindre les chiffres avec une formulation différente.

7.Parler une langue régionale dès le plus jeune âge permet d’apprendre ensuite plus facilement d’autres langues.

69% oui. Encore une fois, chez les locuteurs, nous trouvons les honteux-pessimistes et les pleins d’espoir.

8.L’occitan est une richesse d’un point de vue économique, notamment pour le tourisme.

Nous y sommes, après avoir fait de l’occitan une pièce de musée, ils le veulent vendre aux touristes. Que peut bien justifier la seconde partie de la phrase ? On flaire la peur de proposer une vraie socialisation de la langue, et un vrai retour à l’économie locale. 56%

9.Pour moi, l’occitan est associé à des moments de convivialité et de festivité.

Étonnant. Et particulièrement vicieux. Après avoir demandé si l’occitan était du folklore, on pose une question qui tendrait à penser que oui, l’occitan est bien du folklore, puisqu’associé aux fêtes (les périgourdins auront bien sûr traduit par : « Êtes-vous déjà allé-e à la Félibrée ? »).

Beaucoup ont répondu que oui, évidemment, l’occitan est associé à des moments de fête, mais pas seulement (quelques uns avouèrent ne plus le parler désormais qu’aux enterrements de leurs amis…), et, comme chaque langue, elle se pouvait employer à toute occasion, comme ce fut le cas autrefois.

On se demande pourquoi cette question était posée. Elle n’est pas si important que cela en elle-même, elle ne donne aucune vision d’aucune sorte sur la langue, elle ne fait que recycler une idée reçue sur les langues régionales en général. Enfin, il est difficile de répondre par la négative, surtout lorsque la réponse « oui, mais pas seulement » n’es pas proposée… oui à 80%.

10.Parler occitan me donne le sentiment d’appartenir à une région.

Les réponses furent plus surprenantes que prévu. Je cite : « Une bien belle région qui ferait la moitié de la France ! ». La notion de région, laissée à l’appréciation de l’enquêté, fit paraître, ponctuellement, quelques émergences de la conscience d’appartenance à une grande Occitanie, quelques volontés d’autonomie, peut-être l’expression d’un nationalisme timide…88%

11.Parler occitan me permet de rencontrer des gens avec qui je partage des affinités.

69%. C’est un eu moins qu’aux questions précédentes, mais beaucoup sont en train de perdre les seuls interlocuteurs qu’ils côtoyaient. Pendant l’enquête, on appela une occitanophone de plus de 80 ans, dans un village de 200 habitants, en pleurs de parler avec un jeune la langue de son enfance. Elle lui confia que sa dernière peur, plus que la mort elle-même, était que sa voisine d’en face, la seule autre locutrice qu’elle connaissait, meure avant elle. Elle aurait ainsi eu l’impression d’être la dernière personne au monde à parler occitan, et ce sentiment elle n’en voulait pour rien au monde.

12.Connaître l’occitan me permet de mieux comprendre ma région et son histoire.

En voici une plus intéressante qu’il n’y paraît de prime abord, puisqu’elle rejoint la question de l’apprentissage des langues facilité par la pratique d’une langue régionale, ou la culture générale amenée par l’ouverture d’esprit inhérente à toute pratique d’une langue (minorisée ou pas). 78%

13.Connaître l’occitan me conduit à m’impliquer pour la défense de la diversité linguistique et culturelle.

Cette question est loin d’être évidente pour la majorité des aquitains, surtout lorsqu’on ne sait pas s’il s’agit d’un investissement matériel ou seulement d’un « soutien psychologique ». 74%

Nous voyons bien que la vision du monde sur l’occitan est loin d’être catastrophique, cela serait même plutôt le contraire : au final, ce sont 74% des enquêtés qui pensent que parler occitan est une ouverture d’esprit. Voilà qui ne devrait pas laisser beaucoup d’électeurs potentiels à Monsieur Mélenchon.

Logiquement, à la suite de la perception de la langue viennent les espoirs en matière de valorisation de la langue (il n’y a rien à dire sur la progression du questionnaire, difficile de faire mieux).

Ici, il y eut des choses étonnantes. A commencer par la question « A votre avis, l’occitan dans votre région est en diminution ou en progression ? », perdue dans cette partie du questionnaire, et à laquelle 60% des interrogés répondirent que l’occitan était en diminution. 60% ? Seulement ? On m’avait pourtant bien dit à l’école que cette langue était morte, ferait-elle de la résistance ?Encore plus étrange, pour 10% elle serait sans conteste en progression. Excès d’optimisme, réussite du mouvement occitaniste ? Un peu de tout, qui sait, et tant mieux.

Enfin, enfin, venait LA question, celle menée sur un plateau d’argent par la Région (offerte à ceux qui avaient eu le courage de tenir jusque là sans raccrocher), vous savez bien, histoire d’être bien sûr qu’on ne va pas dilapider le budget culture en vaine chimères.

« Êtes-vous favorables à des actions conduites par les collectivités publiques pour maintenir ou développer la langue occitane ? »

82% oui. Faire plus favorable eut été une négation pure et simple de l’existence du jacobinisme…

Nous ne nous arrêtons pas là, et le comité d’experts avaient prévu un détail des actions à mener, actions débattues dans les couloirs et les salles de l’Amassada, très consensuelles, c’est vrai, mais nécessaires. Les réponses données, elles, n’étaient pas toujours si consensuelles que ça…

Voilà donc les idées soumises au aquitains (on notera au passage que ce n’est pas si souvent que notre point de vue nous est demandé d’une manière si démocratique, alors autant en profiter…) :

1.Mettre en place des panneaux de signalisation bilingues français et occitan.

60%. C’est peu, par rapport au reste, mais le terme flou de « panneaux bilingues » laissait croire que l’on ne parlait pas seulement de l’entrée-sortie des villages et éventuellement des rues (le seul double affichage en réalité prévu par la Région), mais aussi de TOUS les panneaux de la Sécurité Routière (Stop, Cédez-le-passage, etc…). Il s’en trouva pour dire « Pourquoi le laisser en français ? ». Et un autre : « Chez nous, on passe la nuit à mettre du noir sur les panneaux en français, et si le lendemain ils l’ont enlevé, on revient les trouer au fusil ». C’était un corse. On ne peut malheureusement pas tordre le cou à TOUS les stéréotypes…

2.Développer les pratiques bilingues dans les lieux publics (brochures ou annonces bilingues…).

65%. Même remarque que plus haut, la notion de lieu public était très obscure. On notera cependant, et cela peut faire plaisir, que la Région s’investit dans le processus de socialisation de la langue, son utilisation dans la vie de tous les jours, certainement un des plus gros manques à l’heure actuelle. Les gens furent très étonnés, beaucoup n’avaient jamais vu si loin et si « officiel » pour leur langue.

3.Développer l’enseignement dans les écoles.

80%. Mais cela baisse lorsqu’on demande si l’enquêté y mettrait lui-même ses enfants, sans être catastrophique : 69%. Des raisons à cette différence ? Oui. De bonnes raisons ? Pas vraiment. On se dit simplement que les mentalités ont toujours besoin d’évoluer.

4.Proposer davantage de formations pour adultes sous la forme de cours du soir ou de stages.

80%, mais encore une fois, aussitôt que nous demandons à la personne si elle serait personnellement intéressée, il n’y a plus personne (31%)? C’est peu, mais comme un « non, malheureusement je n’ai pas le temps » (la réponse majoritaire dans les faits) vaut autant qu’un « non, ça ne m’intéresse pas », c’est à remettre en perspective.

5.Étoffer l’offre culturelle en occitan.

81%. La culture est vraiment ce qui met tout le monde d’accord, chacun avec ses propres goûts et envies (théâtre, cinéma, littérature, musique, fêtes diverses, c’est fou tout ce que l’on peut rassembler par ce seul mot de « culture »). Mais seulement 62% fréquenteraient plus ces programmes culturels. Encore une fois, un « non, je n’ai pas le temps », un « non, cela ne m’intéresse pas » et un « je les fréquente déjà beaucoup, je ne peux pas faire plus » sont égaux.

6.Renforcer la présence de l’occitan dans les médias (Tv, presse, radio).

63%. L’étonnant est de noter qu’il y eut beaucoup de monde pour répondre « non », tout simplement parce qu’ils ne pensaient pas que cela soit possible…

La question de l’enseignement, en étant une plus cruciales avait droit à une investigation plus poussée.

Conclusion : 71% des aquitains sont favorables à l’enseignement de l’occitan, depuis l’école maternelle ou primaire, et ce plutôt d’une manière optionnelle (83%) que bilingue (15%). L’enseignement en immersion bilingue, qui fait des merveilles à Calandreta et chez certains de os voisins, a visiblement ses preuves à faire sur le territoire français…

Pour finir (vous avais-je dit que le questionnaire était long, très long, trop long… ?), deux questions, sortes de conclusion, de synthèse.

La première, sur l’attachement à la langue, recueillit 47% d’opinion positive. Comme pour les considérations sur l’appartenance à la culture et à l’identité, il faut avoir grandi dedans pour y être très attaché. Avec seulement 10% de locuteurs, ce n’est pas si mal.

Et la dernière de toutes, un QCM avec quatre propositions au choix :

1.Je souhaiterais que l’occitan retrouve une place dans la vie de tous les jours. 16,5%

2.Je trouve intéressant de maintenir l’occitan, mais ce n’est pas une priorité selon moi.71,5%

3.Si l’occitan venait à disparaître, cela ne me gênerait pas beaucoup.10%

4.Je suis contre le développement de l’occitan. 1%

Cette dernière question était particulièrement vicieuse, ce qui fut relevé par plusieurs enquêteurs. Comment choisir la première alors que la majorité des enquêtés ne parlent pas la langue, et n’ont pas connu d’époque où l’occitan habitait la rue ? Comment choisir la deuxième sans définir au préalable ce qu’est une priorité (en signalant que l’enquête se déroula en octobre 2009, au moment exact où l’on commençait à parler de la « Crise ») ? En quoi le fait de choisir la troisième empêcherait dans le même temps d’être d’accord avec la première ou la deuxième ? Beaucoup de personnes ont trouvé qu’il manquait une réponse intermédiaire entre la 1 (qui va « trop loin » pour certains) et la 2 (pas assez forte), qui aurait été, tout simplement : « je veux que l’occitan soit maintenu. »

Nous le voyons, il demeurait quelques faiblesses dans le questionnaire, pas forcément graves, pas forcément faites exprès (et nous espérons que non), mais toutefois bien assez vicieuses pour pouvoir, en théorie, fausser le sens même de l’enquête. Si l’on regarde cette dernière question l’esprit gorgé de mauvaise foi, on peut se faire la réflexion suivante : qu’est-ce qui empêche la Région de dire « Bien, ils sont 71% à dire que l’occitan doit être maintenu, sans que cela soit une priorité. Pour le moment, nous avons des affaires sérieuses à traiter, nous verrons cela dans 5, 10, 15, …ans » ? Non. Voilà ce que tous, associatifs, militants, occitanistes/ophones/ophiles devons dire tout de suite. La langue est en danger et il ne faut pas attendre pour la sauver. Ainsi, c’est à tous, et à chacun, dans ses actions, de brandir ces résultats qui appartiennent au peuple occitan. Nous avons derrière nous la machine lancée par les institutions, les attentes, les espoirs du peuple aquitain et occitan et encore les moyens humains de tout réaliser. C’est ici et maintenant que tout se joue. L’Aquitaine montrera-t-elle la voie à l’Occitanie ?





Contra tots los racismes

22 10 2009

CONTRA TOTS LOS RACISMES

L’informacion que deferlèt com un tsunami : lo 5 de seteme passat, Brice Hortefeux, ministre de l’interior de l’estat francés, que se’n prenè ad un militant UMP de las lanas dab una formula autantlèu immortalizada : « Quand il n’y en a qu’un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup que ça pose des problèmes ». Lo hons de l’afirmacion, e la vertat suu sens d’aqueras paraulas, n’estot pas coneishut : las versions que s’encadenèren, tantplan com los desmentits, e dens aquò l’opausicion pseudo-socialista se credot préner un ròtle de justicèir en crear e nèurir l’escandau. Quan n’an pas de hons politic, aquí çò dont preoccupa, aquí çò dont hè víver.

Lavetz bissè l’ahar non renvièva pas au racisme lo mei violent, e en tot cas pas a las fòrmas las mei dangeirosas e condamnablas de racisme. Milhor dit, ne n’èm pas aquí a l’agression racista practicada peus grops mei violents e mei actius (lo Blòc Identitari per exèmple); ne demoram a la fòrma la mei leugèira : la plasentaria racista, o xenofòbe, que constituís pertant lo punt de parténça de la sociabilizacion de las idèas racistas. Per aquò a daun d’estar analizada en prigondor, e d’un punt de vista occitan –que’s diferenciarà fondamentaument deu punt de vista francés sus la question.

Tots los racismes que son de condamnar e d’estar denonciats, shens excepcion. D’aquesta punt de vista la rectificacion causida per M. Hortefeux qu’es autant dolenta com la soa purmèira paraula. En destinar las soas paraulas aus auvernhats, M. Hortefeux –personalitat publica en carga d’un ministeri d’estat– non diminua pas la portada racista deus sons mòts, mès la dobla meilèu ! Qu’es donc deu nòste ròtle de’ns opausar ad aqueth mesprès dont nos pertoca regularament, en muishar que lo pòble occitan a tant de drets com los autes au respècte public.

De hèit, e encara que l’inconscient colectiu n’ic percebossi pas atau, las atacas cap aus arabes o aus negres que son tant dolentas e tant grèvas com las atacas cap aus auvernhats o aus marsilhés. Susquetot, quand una minoritat es atacada, estossi per sonques paraulas, totas las minoritats son atacadas. Entà tornar préner una formula celebra –e pas tostemps utilizada dab dignitat– : tots qu’èm auvernhats ! Mès aquí se pausa lo problèma de consciéncia de nosautes-medishes que patíssem : lo pòble occitan, inconscient de la soa existéncia e deus sons drets, que demòra quasi totaument apatic quand es atacat –e dens mantun cas, que s’arrid dab l’agressor, quand n’es pas eth-medish que s’auto-ataca (cf. Nicolau Cantalop o Patric Bòsso…)

Atau, se pòt eslargir aquera compreneson d’un racisme anti-occitan a la quasi integralitat deu tractament public d’Occitània : la vision deu país qu’es amuishada dens serias com Plus Belle la Vie o Section de Recherches (que los trets de las culturas occitanas, de la situacion sociau, de la lenga e quitament de l’accent occitan ne son absoludament absents), mès tanben l’imatge qu’es balhada deus occitans a travèrs la publicitat, la critica culturau de massa (si los talk-shows e las emissions chic o mic culturau deus mediàs francés se pòden qualificar de criticas), las caricaturas arridolentas e compatissantas, o encara dens los reportatges folclorizants dens lo milhor deus cas, tot aquò que participa ad un processus raciste de denegacion e de devalorizacion deus nòstes caractèrs. Ne’us podem pas acceptar mei !

L’opausicion a çò que’s revela donc estar un racisme com los autes, per tant inutila e superficiau poscossi semblar, es una necessitat per l’afirmacion de la nòsta existéncia. En tant qu’occitans, solide n’am pas mei de drets que los autes, pas mei que los francés o los kabiles, mès solide tanben que n’am pas mensh. De deishar passar shens reaccion las atacas de M. Hortefeux e deus autes, participam au processus creator de vergonha qu’empacha la nòsta poblacion de se pensar occitana. Si volem bastir lo país, am de lutar a tota fòrça contre tots los arguments que’ns pausicionin com inferiors. Am de préner la nòsta plaça demiei los autes pòbles, shens demandar mei de drets mès shens acceptar tanpauc mei de ralhau que non pas los autes.

Contre tous les racismes

L’information a deferlé comme un raz-de-marée : le 5 septembre dernier, Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur de l’État français, s’en prenait à un militant UMP des Landes, par une formule aussitôt immortalisée : « Quand il n’y en a qu’un, ça va. Ç’est quand il y en a beaucoup que ça pose des problèmes ». Le sens profond de cette affirmation et toute la vérité sur la portée de ces paroles ne sont toujours pas connus : les versions se sont enchaînées, entrecoupées de démentis, avec au milieu de tout cela l’opposition pseudo-socialiste, qui crut sans doute bon de se présenter comme justicier en faisant éclater et en alimentant le scandale. Voilà ce dont vivent les organisations dénuées de fond politique.

Bien entendu, l’affaire ne relevait pas du racisme le plus violent, en tout cas pas des formes les plus dangereuses et facilement condamnables de racisme. Mieux dit : nous n’avons pas affaire ici à une agression raciste du genre de celles pratiquées par les groupes les plus violents et les plus actifs (Bloc Identitaire et consorts) ; ici nous restons à la forme la plus légère : la plaisanterie raciste, ou xénophobe, qui constitue pourtant le point de départ, bien souvent, de la sociabilisation des idées racistes. En cela, cette agression doit être analysée en profondeur, et d’un point de vue occitan –qui se différencie fondamentalement du point de vue français sur la question.

Tous les racismes doivent être condamnés et dénoncés, sans exception. De ce point de vue la rectification choisie par M. Hortefeux est aussi douloureuse que ses premiers mots. En visant les Auvergnats, M. Hortefeux –personnalité publique en charge d’un ministère d’état– ne diminue pas la portée raciste de ses mots, mais la double plutôt ! Il est donc de notre rôle de nous opposer au mépris qui nous touche régulièrement, en montrant que le peuple occitan a autant le droit que les autres au respect public.

En fait, et bien que l’inconscient collectif ne le percoive pas ainsi, les attaques contre les Arabes ou les Noirs sont aussi violentes et graves que les attaques contre les Auvergnats ou les Marseillais. Surtout, lorsqu’une minorité est attaquée, même si ce ne sont que des paroles, toutes les minorités sont attaquées. Pour reprendre une formule célèbre –bien qu’utilisée parfois sans beaucoup de dignité– : nous sommes tous des Auvergnats ! Mais là se pose le problème de conscience de nous-mêmes dont nous souffrons : le peuple occitan, inconscient de son existence et de ses droits, reste la plupart du temps totalement apathique lorsqu’il est attaqué – et bien souvent, rit avec l’aggresseur quand il ne s’auto-attaque pas lui même (cf. Nicolas Canteloup ou Patrick Bosso).

Ainsi on peut élargir cette analyse du racisme anti-occitan à la quasi-intégralité du traitement public de l’Occitanie : la vision du pays que l’on montre dans des séries comme Plus Belle la Vie ou Section de Recherches (dans lesquelles les traits occitans, culturels, sociaux, linguistique et jusqu’à l’accent caractéristique de notre façon de parler sont totalement absents), mais également l’image des Occitans qui est présentée à travers la publicité, la critique culturelle de masse (si les talk-shows et les émissions plus ou moins culturelles des médias français peuvent être ainsi appelées), les caricatures comiques ou compatissantes, ou encore les reportages folklorisants dans le meilleur des cas, tout ceci participe à un processus raciste de dénégation et de dévalorisation de nos caractères. Nous ne pouvons plus l’accepter !

L’opposition à ce qui se révèle donc être un racisme comme les autres, bien qu’elle puisse paraître inutile et superficielle, est une nécessité pour l’affirmation de notre existence. En tant qu’Occitans, il est évident que nous n’avons pas plus de droits que les autres, pas plus que les Français ou les Kabyles, mais il est également évident que nous n’en avons pas moins. En laissant passer sans réaction les attaques de M. Hortefeux et des autres, nous participons aux processus créateur de honte qui empèche notre population de se penser occitane. Si nous voulons bâtir notre pays, nous devons à tout prix lutter contre tous les arguments qui nous présenteraient comme inférieurs. Nous devons prendre notre place parmi les autres peuples, sans demander plus de droits mais sans accepter non plus les moqueries et le racisme de ceux qui nous dominent.





Amenatjar lo territòri : volem víver, tribalhar e decidir au país !

22 10 2009

Amenatjar lo territòri : volem víver, tribalhar e decidir au país !

Lo projècte de l’Autorota A65 vad reau cad dia un chic mei taus que prenen regularament la rota Lengon Pau. La volontat politica e lo lobbying de quauques grans grops economics an escobat los chepics deus ciutadans concernits per la preséncia d’una autorota. La contestacion d’aqueth projecte non a pas sabut o podut se desvolopar de faiçon concrèta.

Uèi, qu’èm confrontats au projècte de la Linha a Grana Velocitat (LGV) que desfigurarà lèu lo Sud Gironda. L’interès creish tostemps un chic mei au nivèu de la populacion. Que sufiva de véder lo monde presents a las amassadas publicas a la prima passada dens las comunas tau com Sent Miquèu de Riufred entà compréner lo chepic neishent dens lo pòple deu Sud Gironda.

Uèi lo dia, l’objectiu de RFF (Réseau Ferré de France) es de presentar d’aquí la fin de l’annada los traçats preliminars de 1000 m de larg de Bordèu tà Baiona, e Bordèu tà Tolosa. Lo traçat Bordèu-Capsius, que dèu estar presentat en deceme, es amagat per un secret de quatorze.

Libertat Gasconha Nòrd non podèva pas ester absent d’aqueth debat locau. Politicament, qu’èra mauaisit d’estancar la nòsta analisi de la situacion a la sonque question de la LGV. Las questions de l’autorota, de la LGV, de las barraduras d’enterpresas e un fum d’autes punts son ligats. Que’ns es apareishut evident de perpausar la campanha « Amenatjar lo nòste territori : volem viver, tribalhar e decidir au país ».

Aqueth agòr, dens las amassadas publicas deu 17 e deu 24 de seteme de Sent Seuve e Landirans, Libertat Gasconha Nòrd a hèit conéisher la soa prumèra analisi de la LGV en Sud Gironda per lo biais deu tract ací après.

Lo public numerós qu’a podut constatar lo doble lengatge deus politics locaus que’s disen deu costat de la populacion mes que non desiran pas tanpauc véder lo pòple prener l’iniciativa entà combàter aqueths projèctes d’infraestructuras. Las associacions d’elegits son tostemps sosmesas a lutas intestinas e non pòden èster una responsa sufisenta tà combàter estructuras tau com RFF o Alienor.

Las associacions tau com Sepanso non son pas tanpauc dens la tòca de perméter au pòple d’èster motor de luta.

Es dens aquera amira que Libertat a pres la paraula dens aqueras duas amassadas publicas, entà aperar a la convergéncia de totas las lutas e a reïvendicar lo « Volem víver e decidir au país ». Qu’avem tanben aperat a organizar un referendum sus la LGV dens las comunas concernidas. Aplaudits per una partida deu public –daubuns an quitament repres la nòsta perpausicion– l’arcuelh deus elegits e de las associacions estó mei fred. Es a crànher que los notables locaus non vòlen pas d’una contestacion que riscaré de’us escapar au nivèth de l’analisi e de las reïvendicacions politicas.

Dens las setmanas a viéner, que vam desvolopar la nòsta analisi e las nòstas perpausicions, mes qu’aperam a har conéisher la reïvendicacion inmediata « Volem un referendum ». Se uèi demoram muts, doman quan tot serà decidit, non seram escotats.

Gasconha, totparèir com la màger part d’Occitània, que’s ved a desenvelopà’s projectes d’eishs de comunicacion que l’utilitat n’es mei que contestadèira. Mantun vilatges deu Sud Gironda e de Gasconha tota que son afectats directament peu traçat de la Linha a Grana Velocitat (LGV), shens que los poblants poscossin exprimir lo son vejaire.

La construccion de l’autopista A65 entre Bordèu e Pau que’s hè tanben au dòu de la poblacion locau. Mei generaument, l’avenir deus transpòrts rotèirs, feroviaris o peus fluvis que pausa la question de la privatizacion deu nòste territòri. La societat d’autopista Alienòr, encargada de l’A65, se chepica chic deu pòble occitan. Lo sonque profit deus sons peatges que compta. L’avenir deu servici public feroviari, eth tanben, es mei qu’incert. Lo « tot TGV » que’s pausa contra lo desenvelopament de las linhas locaus que poirén pertant respóner mielhs aus besuns de proximitat deus utilisators.

Lo hons deu problèma que’s tròba dens la manca de possibilitats per tribalhar au país. La barradura de las enterpresas qu’a una consequéncia dirècta sus la vita de cadun, çò que’ns fòrça a deishar la nòsta tèrra per raisons economicas. Los decidaires economics que’ns vòlen apitar pòles regionaus, atau com Bordèu. Tot a l’entorn d’aqueth centre economic, los vilatges se perdràn l’activitat soa, entà vàder dromidèirs. L’amira d’aquera politica es d’auferir a tots un lotjament dens un rai de duas òras de transpòrts deu lòc de tribalh.

Fàcia ad aqueras politicas, mantuna lutas que s’organizan, la màger part deu temps esparvoladas e pauc unitaris. Libertat, movement de l’esquèrra occitana, que vòu includir e desenvelopar totas aqueras lutas dens la problematica globau de la mestresa de l’amenatjament deu nòste territòri.

Nosautes, occitans, qu’am d’estar los mèstes deu nòste avenir. Que’ns divem organizar entà víver, decidir e tribalhar au país. Aquí que perpausam daubuns eishs de reflexion qu’auram de desenvelopar los mes que venen. En tot organizà’ns, que poiram bastir lo nòste avenir.

Projèctes d’eishs de comunicacion : linhas grana velocitat, autopistas.

Tot purmèir, qu’es important d’analizar los arguments a favor de la LGV.

– desenclavar lo país : ne’s pòt pas díder seriosament que Gasconha sii enclavada especiaument, e los parçans mei eslunhats non beneficiaràn pas, de tota faiçon, de la navera linha.

– lutar contra los camions : l’idèa qu’es interessanta, mès nada politica europenca n’es estada apitada vertadèirament entà redusir la marèa de camions.

– milhorar la qualitat de vita deus ciutadans : que cau pausar una questioneta simpleta. De quins ciutadans ? Los d’Occitània, los de París, los de Madrid ?

– modernizar l’infraestrucura : darrèir aqueth argument que s’escon una vision de la modernitat com ligada au desenvelopament toristic, o a l’intensificacion de las comunicacions. Aquest vejaire n’es pas partatjat per tot lo monde, e tant ! Quina modernitat, per quins objectius ? Aquí la question de pausar democraticament avant d’enterpréner òbras d’una importància atau.

– arreviscolar l’economia : aquí encara, la question de quina economia volem que’s pausa. Una economia basada sus la consomacion d’energia, la mobilitat a tot prètz, la desapareishuda deus territòris au profit d’un espaci-monde shens limita nada. Mei d’aquò que cau plan véder las consequéncias possiblas entaus territòris concernits d’una LGV. E’s pòt créder seriosament que l’economia locau seré arreviscolada en transformar regions sancèiras en traversadas de LGV ?

Que cau plan sàber tanben que los projectes de LGV son finançats en larga part per institucion publicas : conselhs regionaus o generaus susquetot. Lo desbat democratic qu’a donc d’estat exigit e obtingut. Ne’s pòt pas decidir d’una tau enterpresa shens lo consentament de las poblacions e en utilisir lo dinèir public !

La question deu finançament public que’s pausa encara dens lo maine de las autopistas. Dens lo cas de l’A65 per exemple, que vedem que la deviacion d’Aire sus l’Adorn estot financiada per la màger part peu sòu public, e construsida per l’Estat francés (mei precisament per la Direccion Regionau de las Rotas). Acabadas las òbras, aqueth tròç de carrèira que serà concedit a la societat d’autopistas que gestionarà l’A65, au mespres deus contribuables e deus principis democratics.

Si se clinam suu fonccionament d’ASF, suus sons biais de har, que constatam lèu que l’interest deu pòble occitan es contrari aus interests deu grop Vinci (proprietari d’ASF). Dempuish la debuta de l’implantacion, sabem plan qu’ASF a espandit lo son hialat gris e tapatjós shens respectar briga la volontat deus pòbles concernits, e shens tenir compte de las soas protestacions -aquò sovent dab l’acòrd deus elegits locaus, sedusits per los enjòcs economics a cort tèrma que van dab la construccion d’una autopista. Atau que pòrta los sons detzenats d’expropriacions de proprietaris, la soa devastacion deu mitan naturau, los sons vilatges destrusits e nuisancias de tota mena (sonòras, visuaus, ecologicas).

Bastir l’alternativa a la desindustrializacion deu país.

Los grans eishs rotèirs o feroviaris qu’amiran a desenvelopar economicament los punts de partança e d’arribada. Daubuns sitis, uèi lo dia coneishuts com pòles regionaus, qu’aprofitaràn deus avantatges deu TGV o de las autopistas. Mès Occitània, es plan mei que non pas quate ou cinc megapòles. Fabricas o centres economics que’s crearàn bissè en banlèga de Bordèu, o au nivèu de daubuns nuds rotèirs estrategics. Mès cau plan concéber qu’aqueras industrias mudaràn en foncion de las ajudas publicas dont lor seràn balhadas. Pensam aquí aus exemples de Sony Dacs o Ford Blancafòrt. Son fabricas qu’estoren largament sostinguda peus dinèirs publics. Tantlèu lo profit tròp prim au gost deus decidaires d’aqueras enterpresas, que partíren alhors.

L’industrializacion ne’s diu pas miar contre los interests deu pòble. En Biarn, lo siti de Morens que’s ved per exemple arribar industrias mei anar mei poluidèiras, que non se pòden pas implantar alhors. E, de mei, sus sitis en reconversion, qu’i son vists com sauvaires lavetz que riscan tot juste de provocar drin mei de magrèira e de poluir l’environament per un periòde longàs. L’exemple recent deu pòrt metanèir deu Verdon que deisha muc. Nat estudi seriós n’estot hèit, e la causida que’s hadot entre lo Pòrt Autonòme de Bordèu e lo Ministèri de l’Environament shens deishar a la pòblacion nada possibilitat de causir democraticament.

Dinamisar e desenclavar lo parçan, dens lo cas de Gasconha com d’Occitània tota, ne vòu pas díder facilitar la hugida de las fòrças cap a l’exterior. Que vòu díder meilèu estancar suu pic la desindustrializacion qu’ahortís cada dia la magrèira deus pòblants. Que vòu díder mantíner pertot los servicis publics de santat, de comunicacion, d’educacion dens tots los parçans siin los mei ruraus e mespresats o los mei urbans e desbrembats. Que vòu díder, per las institucions territoriaus locaus, préner lo contròle o la gestion d’aqueths servicis publics, shens esperar que París e deisha las brigalhas a monacas shens poder nat. Que vòu díder desenvelopar un hialat industriau solide shens esperar la vinguda d’investissors horastèirs interressats peu sonque profit shens préner en compte la realitat deu país. Que vòu díder trobar un biais d’avançar cap a l’avenir lo cap haut en tant qu’occitan, shens aver daun de s’escóner o de’s plegar a la volontat de decidaires eslunhats e mespresants de las nòstas especificitats. Que vòu díder organizar la societat de tau biais que sii possible peus occitans de víver, tribalhar e decidir au país.

Volem víver, tribalhar e decidir au país !

E per començar, que volem estudiar au país ! Conéisher la nòsta lenga, la nòsta istòria, la nòsta especificitat culturau e nacionau qu’es uèi-lo-dia primordiau. Mantuns biais qu’existíssen per aquò : desenvelopar aquera especificitat dens l’ensenhament public (e donc gahar una plaça reau e non pas simbolica sonque dens los programas de l’Educacion Nacionau) o ahortir lo sistèma Calandreta (escòlas immersivas occitanas, laicas e associativas, mès dens una situacion tròp minorizada per assegurar la subervita de la nòsta consciéncia ).

Aqueth patrimòni culturau es çò qu’am de mei car. Nos har « mobiles economicament, nos enviar a París o Valenciana entà ganhar lo nòste crostet, qu’es destrusir aqueth patrimòni e gitar au trauc la lenga occitana e totas las valors que carreja. Mei que jamei qu’am de’ns bàter contra aquera volontat jacobina.

Dens lo maine de l’ensenhament superior, l’abséncia d’universitat dens las Lanas que diu estar analisada, en tèrmi d’efècte suu territòri qu’aquera abséncia entraina. Lo joenn lanes que vòu estudiar aurà de mudar cap a Bordèu o Tolosa (quan n’es pas París). Mei grèu encara, se sap plan qu’un còp acabada l’universitat, aqueths joenns se trobaràn mei facilament tribalh suu lòc deus sons estudis, puslèu que dens la vila o lo vilatge d’ont venen. Estudiar, quan venem d’un parçan rurau d’Occitània, que vòu díder deishar lo parçan e desbrembar los sons radics. Aquera situacion n’es pas mei suportable : la hugida deus cervèths qu’es una causa de l’enclavament que patissem.

Mantíner e desenvelopar lo servici public d’ensenhament, aquí una clau. Mès aquera volontat de la preséncia publica que s’esten a tots los autes maines que son deu ròtle de l’Estat : santat, transpòrts publics, comunicacions e energias… La question de l’amenatjament deu territòri, mei lunh que las sonques creacions d’autopistas o de linhas a grana velocitat, que’s centra sus aqueras tematicas, e suu besunh de preséncia publica dens tots los parçans d’Occitània. Entà víver e tribalhar au país, qu’am daun d’aqueth encastre, d’aqueth hialat que balha l’unitat au territòri. Daun d’un hialat public vertadèir, e pas de linhas que juntan París e Madrid en cinc òras.

Mès entad apitar un tau hialat, ne’ns podem pas hidar aus poders parisencs. Víver e tribalhar au país que pausa la question de la democracia locau, e deu ròtle de las institucions territoriaus. Entad apitar un projecte vertadèir d’amenatjament deu territòri, que serviré shens chicanar los interests de las pòblacions autoctònas, qu’am besunh d’un cadre politic apropriat, besunh de poders publics consequents, qu’agin las competéncias, lo dret e los mejans de la soa politica. L’estat francés, que totjamei demorèt centrat suu interest parisenc, ne pòt pas constituir la referéncia deus nòstes espers. L’autonòmia per Occitània, e la possibilitat de decidir nosautes medishes deu nòste avenir, aquí la condicion necita entà poder desenvelopar un projècte ambiciós e respectuós de la nòsta volontat.

Amenatjar lo territòri : volem víver, tribalhar e decidir au país !

Le projet de l’Autoroute A 65 devient réalité un peu plus chaque jour surtout pour ceux qui utilisent la route actuelle entre Langon et Pau. La volonté politique et le lobbying de quelques grands goupes économiques a balayé les inquiétudes des citoyens concernés par la présence d’une autoroute. La contestation à ce projet n’a pas su ou n’a pas pu se développer de manière concrète.

Aujourd’hui se présente le projet de Ligne Grande Vitesse qui va également défigurer le territoire de sud Gironde.

L’interêt grandit toujours un peu plus au niveau de la population. Il suffisait de voir le monde présent aux réunions publiques au printemps dernier dans des villages comme Saint-Michel-de-Rieufret pour comprendre l’inquiétude naissante au sein du peuple sud girondin.

A l’heure actuelle, l’objectif de RFF est de présenter d’ici la fin de l’année le projet de LGV entre Bordeaux et le Pays Basque ainsi que le trajet entre Bordeaux et Toulouse. C’est un secret de polichinelle de dire que la bande de 1000m entre Bordeaux et Captieux est déjà décidée alors qu’elle doit être présentée publiquement en décembre prochain.

Libertat Gasconha Nord ne pouvait pas localement être absent de ce débat.

Politiquement,il était difficile d’arrêter notre analyse de la situation simplement à la question de la LGV. Les questions de l’autoroute, de la LGV, de la fermeture d’entreprises et biens d’autres points sont liées. Il nous est apparu évident de proposer la campagne « Aménatjar lo nòste territori: volem viver, tribalhar e decidir au país ».

Cet automne, lors des réunions publiques du 17 et 24 septembre respectivement à Saint-Selve et Landiras, Libertat Gasconha Nòrd a fait connaître sa première analyse de la LGV en Sud Gironde par le biais du tract publié ci-après.

Le public nombreux a pu constater le double langage des politiques locaux qui se disent du côté de la population mais qui ne souhaitent pas non plus voir le peuple prendre l’initiative pour combattre ces projets d’infrastructures. Les associations d’élus sont toujours soumises aux luttes intestines et ne peuvent être une réponse suffisante pour combattre des structure comme RFF ou Aliénor.

Les associations comme la Sepanso ne partent pas non plus dans l’objectif de permettre au peuple d’être le moteur de la lutte.

C’est dans ce sens que Libertat a pris la parole lors de ces deux réunions publiques pour appeler à la convergence de toutes les luttes et à revendiquer le « volem víver e decidir au país ». Nous avons également appelé à organiser un réferendum sur la LGV dans les communes concernées. Applaudis par une partie du public, certains reprenant même nos propositions, nous l’avons été moins par les élus et les associations. Il est bien à craindre que les notables locaux ne veuillent pas d’une contestation qui risquerait de leur échapper au niveau de l’analyse et des revendications politiques.

Dans les semaines à venir nous allons développer notre analyse et nos propositions, mais nous appelons à faire connaître la revendication immédiate « volem un referendum ». Si nous ne nous faisons pas entendre aujourd’hui nous ne nous ferons pas entendre quand tout sera décidé.

La Gascogne, comme une grande partie de l’Occitanie, voit se développer des projets d’axes de communication dont l’utilité est plus que contestable. De nombreux villages de Sud-Gironde sont directement affectés par le tracé de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) sans que les habitant(e)s aient véritablement leur mot à dire.

La construction de l’autoroute A 65 entre Bordeu et Pau se fait au détriment de la population locale. De manière générale, le devenir des transports routiers, ferroviaires voire fluviaux pose la question de la privatisation de notre territoire. La société d’autoroute Aliénor gestionnaire de l’A65, n’a que peu faire du peuple occitan. Seul, le profit aux péages compte.L’avenir du service public ferroviaire est plus qu’incertain. Le tout TGV se fait contre le développement des lignes locales susceptibles de répondre plus facilement aux besoins de proximité des utilisateurs..

Le fond du problème est le manque de possibilité de travailler au país. La fermeture d’entreprises a une conséquence directe sur la vie de chacun, nous obligeant à partir de notre terre pour raisons économiques.Les décideurs économiques veulent mettre en place des pôles régionaux, comme Bordeaux. Tout autour de ce centre économique, les villages vont perdre de leur activité pour devenir de simples cité dortoirs. L’objectif est que chacun puisse avoir un logement à deux heures de son travail.

Sur toutes ces questions, des luttes s’organisent de façon éparses. Libertat, mouvement de la gauche occitane, souhaite développer toutes ces luttes dans la problématique globale de la maîtrise de l’aménagement de notre territoire. En tant qu’occitan(e)s, nous devons être maitres de notre avenir. Nous devons nous organiser pour vivre, décider et travailler au pays. Nous proposons ainsi quelques axes de réflexion à développer dans les mois à venir.

En nous organisant nous pourrons construire notre avenir.

Les projets d’axes de communication : LGV, autoroutes.

En premier lieu, il est important d’analyser les arguments avancés en faveur de la LGV :

– désenclaver le país : on ne peut pas dire que la Gasconha soit particulièrement enclavée, et les zones les plus reculées ne seront pas touchées par la nouvelle ligne ;

– lutter contre les camions : l’idée est interessante, mais aucune politique volontariste européenne n’est véritablement mise en place pour réduire le flot de camions ;

– développer la qualité de vie des citoyens : une simple question se pose. Qui? Ceux d’Occitania, Paris , Madrid?

– moderniser l’infrastructure : derrière cet argument se cache une vision de la modernité liée au développement toursiticque ou à l’intensificiation des communications. Cette volonté n’est pas partagée par tout le monde, loin s’en faut ! Quelle modernité, pour quels objectifs ? Voilà la question à poser démocratiquement avant d’entreprendre un chantier de cette envergure.

– relancer l’économie : ici encore se pose la question de quelle est l’économie que nous voulons. Une économie basée, sur la consommation d’énergie, la mobilité à tout prix, la disparition des territoires au profit d’un espace-monde sans limite ? De plus, il faut bien voir les conséquences possibles pour les territoires concernés par la LGV. Peut on croire sérieusement que l’économie locale sera relancée si l’on transforme des régions entières en traversées LGV.

Il faut se rendre compte que les projets de LGV sont en grande partie financés par les institutions publiques telles les Conseils Régionaux ou Généraux. Le débat démocratique doit donc être exigé et obtenu. On ne peut pas décider d’une telle entreprise en utilisant l’argent public sans le consentement des populations.

La question des financements publics se pose également pour ce qui est des nouvelles autoroutes. Dans le cas de l’A65, la déviation d’Aire sur Adour sera financée en grande partie par les deniers publics, et a été construite par l’état français et plus particulièrement la Direction Régionale des Routes. Maintenant que les travaux sont finis ce morceau de route va être concédé à la société d’autoroute qui aura en gestion l’A65, au mépris des contribuables et des principes démocratiques.

Si l’on se penche sur le fonctionnement d’ASF, sur ses façons de faire, nous constatons rapidement que l’intêret du peuple occitan est contraire aux intêrets du groupe. Depuis le début de l’implation, nous savons bien qu’ASF a déployé son filet gris et bruyant sans respecter vraiment la volonté des peuples concernés, et sans tenir compte de leurs protestations –et cela souvent avec l’aval des élus locaux, séduits par les enjeux économiques à court terme qui vont avec la construction d’une autoroute. Ainsi, ASF a entrainé des dizaines d’expropriations de propriétaires, la dévastation du milieu naturel, des villages détruits et des nuisances de toute sorte (sonores, visuelles, écologiques).

La désindustrialisation du pays.

Les grands axes routiers ou ferroviaires ont pour principal objectif de développer économiquement les points de départ et d ‘arrivée. Certains sites , dénommés aujourd’hui pôles régionaux profiteront un minimum des avantages du TGV ou de l’autoroute. Mais l’Occitanie ne s’arrête pas à à 4 ou 5 mégapoles. Des usines ou des centres économiques vont se créer ponctuellement à la périphérie de Bordeaux au niveau de certains noeuds routiers stratégiques. Mais il faut bien se dire que ces industries vont bouger selon les aides publiques que l’on peut leur donner. Nous pensons ici en particulier à Sony à Dax ou Ford à Blanquefort. Ce sont des usines qui ont largement été subventionnées par l’argent public. Dès que le profit ne satisfaisait plus ces entreprise, celles sont parties ailleurs.

L’industrialisation ne se fait pas au détriment du peuple. En Béarn par exemple le site de Mourenx voit arriver des industries de plus en plus polluantes qui n’arrivent pas à s’implanter ailleurs. Et sur des sites en reconversion ils sont vus comme le sauveur alors qu’ils risquent simplement de provoquer un peu plus de misère et polluer notre environnement pour une période longue. L ‘exemple récent du port méthanier du verdon laisse perplexe; Aucune étude sérieuse n’a été fait et le choix s’est fait entre le Port Autonome de Bordeaux et le Ministère de l’Environnement sans permettre véritablement à la population de faire son choix dans des conditions démocratiques.

Dynamiser et désenclaver un pays, dans le cas de la Gascogne comme de toute l’Occitanie, ne veut pas dire faciliter la fuite des forces vers l’extérieur. Cela veut plutôt dire enrayer immédiatement la désindustrialisation qui renforce chaque jour la misère des habitants. Cela veut dire maintenir partout les services publics de santé, de communications, d’éducations dans les zone s les plus rurales et méprisées comme dans celles les plus urbaines et oubliées. Cela veut dire, pour les institutions territoriales locales, prendre le contrôle ou la gestion de ces services publics, sans attendre que Paris nous jette les miettes de son pouvoir, dans des institutions fantômes au pouvoir fantasmatique. Cela veut dire développer un réseau industriel solide sans attendre l’arrivée d’investisseurs étrangers seulement intéressés par les profits, sans prendre en compte la réalité du pays. Cela veut dire trouver un moyen d’avancer vers l’avenir la tête haute en tant qu’occitans, sans avoir besoin de se cacher ou de se plier à la volonté de décideurs éloignés et méprisants de notre spécificité. Cela veut dire, enfin, organiser la société de telle façon qu’il soit possible pour les occitans de vivre, travailler et décider au pays.

Vivre, travailler et décider au pays !

Et pour commencer, nous voulons étudier au pays ! Connaître notre langue, notre histoire (bien différente de l’histoire parisiano-centrée que l’on nous enseigne), notre spécificité culturelle et nationale, est aujourd’hui primordial. Plusieurs moyens existent : développer cette spécificité dans l’enseignement public (et donc prendre une place réelle et non plus symbolique dans les programmes de l’Education Nationale) ou renforcer le système Calandreta (écoles immersives occitanes, laïques et associatives).

Ce patrimoine culturel, c’est ce que nous avons de plus cher. Nous rendre « mobile économiquement », nous envoyer à Paris ou Valenciennes pour y gagner notre pain, permet de détruire ce patrimoine et envoyer la langue occitane aux oubliettes. Plus que jamais nous nous battre contre cette volonté jacobine.

Au niveau de l’enseignement supérieur l’absence d’université dans les landes mérite d’être analysée, en terme d’effet sur le territoire que cette absence entraîne. Le jeune landais qui veut étudier devra s’en aller à Bordeaux ou Toulouse (quand ce n’est pas Paris). Plus grave encore, on sait bien que les études une fois terminées, il sera plus facile de trouver du travail sur le lieu des études, en ville, plutôt que dans la ville ou le village dont sont originaires les jeunes diplômés. Etudier, lorsque l’on vient d’une zone rurale d’Occitanie, cela veut dire laisser ses origines et oublier ses racines. Cette situation n’est plus supportable : la fuite des cerveaux et des diplômés est une des causes de l’enclavement que nous subissons.

Maintenir et développer le service public d’enseignement, voici une clé. Mais cette volonté de présence publique s’étend à tous les autres domaines dans les compétences de l’Etat : santé, transports publics, communications et énergies… La question de l’aménagement du territoire, plus loin que les seules créations d’autoroutes ou de lignes grande vitesse, se centre sur ces thématiques, et sur le besoin de présence publique partout en Occitanie. Pour vivre et travailler au pays, nous ne pouvons nous passer de ce cadre, de ce réseau qui donne l’unité au territoire. Nous avons besoin d’un réseau public réel et effectif, et pas de lignes qui relient Paris à Madrid en cinc heures.

Mais pour mettre en place un tel réseau, nous ne pouvons pas faire confiance aux pouvoirs parisiens. Vivre et travailler au pays pose la question de la démocratie locale, et du rôle des institutions territoriales. Pour mettre en place un vrai projet d’aménagement du territoire, qui servirait sans tricher les intérêts des populations autochtones, nous avons besoin d’un cadre politique approprié, besoin de pouvoirs publics conséquents, qui aient les compétences, les droits et les moyens de leur politique. L’état français, qui est toujours resté centré sur les intérêts parisiens, ne peut pas répondre à nos attentes. L’autonomie pour l’Occitanie, et la possibilité de décider nous mêmes de notre avenir, voici la condition minimale pour pouvoir développer un projet ambitieux et respectueux de notre volonté.