Lo Hiu de L!GN

14 10 2011

A despart de doman, navèth biais de comunicar per L!GN.
Abonatz-vos a la nòsta letra mesadera per un punt de vista d’esquèrra e occitan sus l’actualitat en Gironda e alhors !


Abonatz vos !


À partir de demain, nouveau moyen de communication pour L!GN.
Abonnez-vous à notre lettre mensuelle, pour un point de vue de gauche et occitan sur l’actualité en Gironde et ailleurs !


Abonnez-vous !





A Huèc ! #31

21 10 2010

Lo naveth A Huèc ! que vien de sortir.

Somari:

  • Pompejac e Casalís : una senhalizacion bilingua immersiva,
  • Los Roms ua minoritat mau (re)coneishuda,
  • Catalonha : l’esquèrra indepandantista unida per la Diada.

S’ic voletz légir, qu’ic podem enviar  au format PDF a gratís.

gasconha.nord@libertat.org





Amainatjament deu territòri

26 08 2010

E podetz descargar la brocadura aquí :http://www.libertat.org/images/brocadura_amainatjament_acabada.pdf





Brocadura « Amainatjament deu territòri »

19 07 2010

cuberta_amainatjament_acabada« Volem Víver e tribalhar au País ! »
Aquí çò que crida a plena votz l’esquèrra revolucionari occitana, Libertat en cap, despuish quauques temps a.
Lunh de l’eslogan vueit e populista, las nòstas idèas que son bastidas sus una analisi, una comprenença deu territòri suu lo quau vivem e una volontat herotja d’acabar dab l’organisacion injusta e inegalitari d’aqueth. Lo constat que hasèm, n’es pas naveth, es imparciau : la situacion qu’es critica. Que sii au nivèu de las vilas, deus mèodes de transpòrt, de las industrias, de l’ensenhament, de la cultura, qu’em pertot enfrentats a decidaires per los quaus sola compta una causa : la rentabilitat.

Estrangèrs au culte deu profieit, que damandam uei-lo-dia lo dret de decidir ont e coma volem víver. Dab aquera conviccion, LIBERTAT que perpausa un estat deus lòcs dens los sectors màgers de l’urbanisme, deus transpòrts en comun, de las autopistas, deux camins herrats, de las industrias e de las universitats, e qu’ensaja de miar sas solucions tà, a comptar de uèi, decidir deu nòste amenatjament deu territòri.

gasconha.nord@libertat.org





Tornar sus la ventòria

11 06 2010

Comme chacun de nos articles, vous pouvez retrouver la version française après la version occitane.

Los vents violents de la nuèit deu 27 au 28 de heurèr passat an hèit un gran domau en Occitània occidentau e sustot detzenas de morts en Peiteu Santonja e en Vendée. A pena un chic mei d’una annada après la ventòria Klaus, la Gironda es estada tocada per un navèth eveniment climatic a las consequéncias pró pesantas.

LIBERTAT, movement de l’esquèrra revolucionaria occitana, perpausa una analisi d’aquèsta situacion dont las consequéncias aurén poscut èster limitadas de beth tròç en Occitània, en Peiteu Santonja e en Vendée. Pensam aquí particularement aus villatges de La Faute e de l’Aiguillon on la peguessa umana permetó de bastir milierats d’abitacions dens zònas que non deurén pas jamei èster constructiblas.

S’es estada poderosa, la ventòria Xynthia non estó pas tant suberviolenta que lo monde ic volhan créder.

Fenomèns atau se son dejà produisits mei d’un còp. Los coeficients de mareja n’èran pas los mei importants de la sason mes dab l’ajuda deu vent, an inondat abitacions situadas en zònas negaderas shens provocar de victima.

Mes dens situacions atau, es de constatar que los domaus poirén èster mei limitats se l’òme evitava de construsir que que sia on que sia.

Mantuns sègles a de rang los de l’estuari an tostemps pres en compte la problematica de l’aigat, vivent au quotidian dab aquèra constrenta, bastissent maisons dab solèrs en prenent suenh de non pas demorar au baish particularament pendent las granas periodas d’aigat de la fin de l’ivèrn. Uèi se pensent a sauva de tots risques, los baishs son venguts lòcs de vida. De mei las abitations en zònas inondablas se son multiplicadas au cors deu sègle XXau en provocar dramas umans per cada gran aigat.

Entà lutar contre aquèths fenomèns, l’Estat francés com la màger part deus estats europèus an integrat los problèmas d’inondacion per lo biais des Plans de Prevencions deus Risques contre las Inondacions (PPRI) dens los documents d’urbanisme com lo Plan Locau d’Urbanisme (PLU) o l’Esquèma de Coeréncia Territoriau (SCOT) reglamentan las zònas constructiblas.

Per aquò despuish una quinzena d’annadas, l’elaboracion deus (PPRI) es guidada per los tres objectius generaus seguents :

  • prohibir las implantacions umanas dens las zònas las mei dangerosas on, quaus que sian los amainatjaments, la securitat de las personas non pòt èster garantida integraument,
  • las limitar dens las autas zònas inondablas,
  • preservar las capacitats d’escorrement e d’expandiment deus aigats per non pas agravar los risques per las zònas situadas en capsús e en capvath.

De còps avant l’aplication deus PPRI, nombrós màgers, pensatius de la lor reeleccion e au nom deu desvolopament economic, an hèit bastir lotiments o zònas d’activitats sus terrens bon mercat, aqueste vadent inconstructibles après aprobacion deu PPRI per risc d’inondacion.

Aquèras maisoetas o lotjaments sociaus an principaument patit deus efèits dirèctes de las inondacions tau com a Macau. Per las vielhas maisons, los qu’an oblidats las leçons deu passat que demoravan au baish ont mis los pès dens l’aiga pendant quauques jorns, los qu’èran au solèr an avut paur e an passat la nuèit a la candèla, lo purmèr solèr estent bastit hòra d’aiga.

Víver au bòrd de l’aiga hè hrèita d’una atencion particulara. Sus Gironda existeishen mei de 400 km de pashèiras. A la lor construccion, sovent aus sègles XVIIIau e XIXau aquèras pashèiras protegivan principaument los terrens agricòlas. Uèi, s’ageish tanben d’emparar la populacion e « enjòcs economics » hòrts.

Un flumi viu au quotidian. Ren n’ic pòt estancar. Quan un empach bloca lo passatge de l’aiga, aquesta trobarà una solucion entà passar autrament capsús o capvath e lhèu per dessús. Es impossible e dangerós de bastir proteccions sus l’estuari sancèr. Las pashèiras non permeten de’s protegir de cada eveniment mes es largament possible d’en limitar los domaus. Es quitament mei utile de deishar casièrs d’expandiment d’aigats entà permeter l’escorrement de las aigas meilèu que de voler absoludament jugular lo son passatge.

Una paishèra lo long deu flumi non dèu permeter de’s balhar bona consciénsa entà construsir d’abitacions a l’endarrèr d’aquesta. Aquò sembla èster deu bon sens, lo jorn on aquestas paishèras ceden son milierats de mòrts.

L’amainatjament deu territòri non es compatible dab lo profèit a tot hòrt que sacatja essenciaument de zònas naturaus fragilas, ricas e indispensablas per totas e tots.

Les promotors immobiliaris, dab lo sosten d’uns elegits locaus hican en causa los casièrs de zònas inondablas inscrivuts dens los PPRI entà modificar los PLU, de bastir sus terrens verges.

Dens la medisha dralha, dens una volontat descabestrada de construccion d’abitacion o de zònas d’activitats, las comunas desirarén desvolopar la lor vila o vilatje en urbanisar espacis que n’ec son pas estats despuish sègles. Es aisit d’oblidar las leçons deu passat. Aquèstas terras son demoradas verges per rasons de las bonas. Los flumis, los rius, los varats viven tot au long de l’annada e se cargan per cada eveniment pluviós o fluviau brutau.

Uèi, aquèths terrens son atacats, los varats, los adaiguèrs naturaus son desformats, deviats e lhèu boçats per l’òme dab consequéncias que podem apercéber regularament. Per exemple suu bec d’Ambès, per eishagatada de ploja, lotiments sancérs son inondats deu quite interior, la problematica inondacion n’estó pas presa en compte per lo constructor ahamiat de profèit.

Aquèths eveniments pausan la question de la gestion de tot aquestas òbras idraulicas qu’an com prètzhèit de regular au miélher los eveniments. Es evident que cadun non pòt har çò que vòu. Sovent los arriberans de paishèra en apèran a l’Estat entà ec entertiéner. Mes l’Estat, d’un biais generau, se desgatja d’aquestas obligacions de proteccion. Com Occitans am de préner lo nòste aviéner en man, e am de perpausar una reflexion per l’amainatjament deu territòri e esvitar dramas umans e permeter a la natura de’s desvolopar normaument.

Los mejans non son pas los medishs que los d’aute còps. Es evident que quan se balhan los mejans, lo seguit deus obratges idraulics es de qualitat melhora. Tant que lo pòple occitan non serà pas independant, èm dens l’obligacion de soscar au nivèu de las colectivitats o de l’autonòmia per lo seguit e l’entertien de las paishèras. Tot un trabalh hè mestièr. A l’entrada de Bordèu d’uas pashèiras protegen milierats de personas.

Nos cau lutar contre l’especulacion fonsièra on au nom de la rentabilitat, se crea grans centres comerciaus en zòna inondabla tau com a Beglas. Entà esvitar d’èster inondat, lo site sancér es estat pleat de terra. Dinc adara, pas nat drama es arribat, mes mesfisam-nos.

Am de lutar per un servici public de qualitat dens lo seguit deus obratges idraulics.

Retour sur la tempête.

Les vents violents de la nuit du 27 au 28 février dernier ont provoqué des dégâts importants en Occitanie occidentale et surtout des dizaines de morts en Poitou Saintonge et en Vendée. A peine un peu plus d’un après la tempête Klaus, la Gironde a été touchée par un nouvel événement climatique aux conséquences assez lourdes.

LIBERTAT, mouvement de la gauche révolutionnaire occitane, propose une analyse de cette situation dont les les conséquences auraient pu être largement limitées en Occitanie, en Poitou Saintonge et en Vendée. Nous pensons ici en particulier aux villages de La Faute et l’Aiguillon où la bêtise humaine a permis de construire des milliers d’habitations dans des zones qui ne devraient jamais être constructibles.

Bien que puissante, la tempête Xynthia n’a pas été si extraordinairement violente que tout le monde veuille bien le croire.

Des phénomènes comme celle-ci se sont déjà produites des milliers de fois. Les coefficients de marée n’étaient pas les plus importants de la saison mais avec l’aide du vent ont inondé des habitations situées en zones inondables en ne provoquant aucune victime.

Mais dans de telles situations il est à constater que les dégâts pourraient être bien plus limités si l’Homme évitait de construire n’importe quoi et n’importe où.

Pendant plusieurs siècles les estuairien(e)s ont toujours pris en compte la problématique de l’inondation, vivaient au quotidien avec cette contrainte, construisaient des maisons à étage en prenant bien soin de ne pas vivre au rez de chaussée en particulier pendant les grandes périodes de crues de la fin de l’hiver. Aujourd’hui se croyant à l’abri de tous les risques, les rez de chaussée sont devenus des lieux de vie. De plus les habitations en zone inondables se sont multipliées au cours du XXème siècle provoquant ainsi des drames humains à chaque grande crue.

Pour lutter contre ces phénomènes, l’état français comme la plupart des états européens ont intégré les problèmes d’inondation par le biais des Plans de Préventions des Risques contre les Inondations (PPRI) dans les documents d’urbanisme comme comme le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ou le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) réglementant les zones constructibles.

Pour cela depuis une quinzaine d’années, l’élaboration des (PPRI) est guidée par les trois objectifs généraux suivants:

  • interdire les implantations humaines dans les zones les plus dangereuses où, quels que soient les aménagements, la sécurité des personnes ne peut être garantie intégralement,
  • les limiter dans les autres zones inondables,
  • préserver les capacités d’écoulement et d’expansion des crues pour ne pas aggraver les risques pour les zones situées en amont et en aval.

Parfois juste avant l’application des PPRI, de nombreux maires, soucieux de leur réélection et au nom du développement économique, ont fait construire des lotissements ou des zones d’activité sur des terrains bon marchés, ces derniers devenant inconstructibles après approbation du PPRI pour risque d’inondation.

Ces pavillons ou logements sociaux ont principalement subi les effets directs des inondations comme à Macau. Pour les maisons anciennes, ceux qui ont oublié les leçons du passé qui logeaient au rez de chaussée ont mis les pieds dans l’eau pendant quelques jours, ceux qui se trouvaient à l’étage en ont été pour une bonne frayeur et une nuit au chandelle leur premier étage ayant été construit par les « anciens » hors d’eau.

Vivre au bord de l’eau nécessite une attention particulière. Sur la Gironde il existe plus de 400 km de digues. A leur construction, souvent au XVIII et XIXème siècle ces digues protégeaient principalement les terrains agricoles. Aujourd’hui il s’agit également de protéger la population et des « enjeux économiques » forts.

Un fleuve vit au quotidien. Rien ne l’arrête. Lorsqu’un obstacle empêche le passage de l’eau, celle-ci trouvera une solution pour passer autrement en amont ou en aval voire par dessus l’obstacle. Il est impossible et dangereux de construire des protections sur l’ensemble de l’estuaire. Les digues ne permettent pas de se protéger de tous les événements mais il est largement possible d’en limiter les dégats. Il est même plus utile de laisser des casiers d’expansion des crues pour permettre l’écoulement des eaux plutot que de vouloir à tout prix juguler son passage.

Une digue le long du fleuve ne doit pas permettre de se donner bonne conscience pour construire des habitations en arrière de ces digues. Cela semble du bon sens, le jour où ces digues cèdent ce sont des milliers de morts.

L’aménagement du territoire n’est pas compatible avec le profit à tout prix qui saccage essentiellement des zones naturelles fragiles, riches et indispensables pour toutes et tous.

Les promoteurs immobiliers avec l’appui de certains élus locaux remettent en cause les casiers de zones inondables inscrits dans les PPRI afin de modifier les PLU, de construire sur des terrains vierges.

Du même ordre toujours dans une volonté effrénée de construction d’habitation ou de zones d’activités, les communes souhaiteraient développer leur ville ou village en urbanisant des espaces qui ne l’ont pas été pendant des siècles.Il est facile d’oublier rapidement les leçons du passé. Ces terres sont restes vierges pour de bonnes raisons. Les fleuves, les rivières, les fossés vivent tout au long de l’année et se mettent en charge à chaque événement pluvieux ou fluvial fort.

Aujourd’hui, ces terrains sont attaqués, les fossés les irrigations naturelles sont déformées, déviées voire bouchées par l’Homme avec des conséquences que l’on peut apercevoir régulièrement. Par exemple sur le Bec d’Ambès, lors des fortes pluies des lotissements entiers sont inondés de l’intérieur même du lotissement, cette problématique inondation n’ayant pas été prise en compte par le constructeur avide de profit.

Ces événements posent la question de la gestion de tous ces ouvrages hydrauliques qui ont pour objectif de réguler au mieux les événements. Il est évident que chacun ne peut faire ce qu’il veut. Souvent les riverains de digue en appelle à l’état pour entretenir les digues. Mais l’état de manière générale se dégage de ces obligations de protection. En tant qu’Occitans nous devons prendre notre avenir en main et nous devons proposer une réflexion pour l’aménagement du territoire et éviter des drames humains et permettre à la nature de se développer normalement.

Les moyens ne sont plus les mêmes que ceux d’autrefois. Il est évident que lorsque l’on s’en donne les moyens le suivi de ces ouvrages hydrauliques est de bien meilleure qualité. Tant que le peuple occitan ne sera pas indépendant, nous sommes dans l’obligation de réfléchir au niveau des collectivités ou de l’autonomie pour le suivi et l’entretien des digues. Tout un travail est nécessaire. A l’entrée de Bordeaux certaines digue protègent des milliers de personnes.

Il nous faut lutter contre la spéculation foncière où au nom de la rentabilité, se crée des grands centres commerciaux en zone inondable comme à Bègles. Pour éviter d’être inondé tout le site a été remblayé pour éviter tout problème d’inondation tout aussi bien du fleuve que des esteys.Pour l’instant aucun drame mais méfions nous.

Nous nous devons d’être pour un service public de qualité pour le suivi de tous ces ouvrages hydrauliques qui ont une utilité majeure.





GRAVA E PROFITS CAPITALISTAS

14 05 2010

GRAVA E PROFITS CAPITALISTAS

Dempuish segles que non gaudís pas mei de poders economics e politics pròpis, Occitània patís una dominacion dont pòrta sus mantun maines. Çò mei evident, e mei plan coneishut uèi-lo-dia, es la dominacion culturau : la lenga occitana es negada, sepelida, e non pòt pas que suberviver a pro penas. Mès podem concéber l’ensèm de la situacion en l’espaci occitan com marcat per mantuna dominacions mei pregondas : principaument una dominacion politica –estant que los poders de decisions non se tròban pas suu territòri occitan– e una dominacion economica. Daubuns cercaires e analistes occitans parlèren atau d’una situacion de colonialisme que caracteriza los rapòrts entre los tribalhadors occitans e los poders que’us mestrejan.

Am dejà tractat dens aqueras paginas d’aquesta situacion, per exèmple au parat d’una descripcion de l’accion de las Autoroutes du Sud de la France suu territòri occitan e suus poblants (A Huèc #25, junh de 2009). Un aute cas, benlèu mei caracteristic encara de la situacion que patissem, es lo de l’espleitacion de gravèiras drin pertot dens lo nòrd de Gasconha.

graviera1-2De hèit, sabem que dens la màger part deus cas de colonialisme, las riquessas naturaus deus territòris colonizats constituiren una de las rasons principaus de la dominacion (la fruta de las Antilhas, la husta e lo sucre deu Brasiu, lo gas e lo petròle d’Argelia…). La semblança deu nòste cas, atau, que truca : am aqui un gran grop horastèir qu’espleita la riquessa d’un parçan, shens gaire se chepicar per las poblacions locaus.

GSM, l’espleitant principau dens lo nòrd de Gasconha es un grop eishit d’Italcementi, grop italian que tanben possedis lo cimentèir Calcia, lo fabricant de beton Unibeton e mantuna enterpresas encara. Aqueste grop es donc, ic vedem, un gigant dens lo son sector, çò qu’es confirmat per las chifras. Per l’estat francés e Belgica, GSM qu’emplega 880 salariats, dens 90 gravèiras o espleitacions, e que vend 31 milions de tònas de granulats per una chifra d’ahar de 370 milions d’euròs. E son repartits los beneficis entre tots los salariats ? La responsa que’s tròba dens la question… Mei grand encara, Italcementi, grop multinacionau implantat dens 22 estats, emplega 22000 salariats per una chifra d’ahar de 6 miliards d’euròs. Que vedem donc l’importància d’aquestas enterpresas, e los beneficis que tiran de l’espleitacion de las matèiras purmèiras.

Atau, la grava occitana n’aprofita pas briga aus occitans. L’argument qu’emplegan sovent per justificar taus accions es coneishut : crean emplecs, e los proprietaris deus terrenhs son contents de’us vénder. Mès vedem dens lo cas de GSM quau es la realitat : son 880 emplegats per 90 carrèiras, es dider mensh de 10 salariats per cada siti. Crean emplecs, òc, mès quantes ? Egau, per vénder terrenh a GSM, que cau estar proprietari, e dens la màger part deus cas non son pas las comunas dont son proprietàrias. Los beneficis de las ventas n’aprofitan pas donc tanpauc a la poblacion sancèira, sinon a gents isolats dont n’avèn generaument pas grand besunh d’aquestes dinèirs.

Mei d’aquò, que sabem plan l’argument deus salaris non ten pas jamei lo còp entà justificar l’implantacion o la preséncia d’una enterpresa capitalista. Entà percéber la realitat economica mei precisament, se cau pausar la question de la mei-valua que realiza l’enterpresa, un còp sortit los costs umans (los salaris) e tecnics (las maquinas). Justament, vedem qu’es aquesta mei-valua çò mei important, lo factor determinant per las enterpresas capitalistas. La mei-valua organiza lo sistèmi liberau, e motiva los investissors a se desplaçar per viner panar las riquessas deus autes. E dens lo cas de las gravèiras de Gasconha, aquesta mei-valua que hugis hòra d’Occitània, entà beneficiar aus accionaris deu grop Italcementi (l’accionari majoritari n’es Italmobiliare, holding financèira italiana, que sons interests non semblan pas gaire comuns aus d’Occitània). Los beneficis efectuats gràcias aus tribalhadors e susquetot gràcias a las riquèssas naturaus deu parçan ne serviràn pas briga ad aqueste parçan, mès a accionaris que tornaràn investir dens çò que volen, o deisharàn dromir aquestes dinèirs sus comptes dejà harts.

La poblacion autoctòna, per contre, que pòt percéber los cambiaments terribles que GSM impausa au territòri. Sèuva destraucada per detzenas d’annadas (un còp la grava es estada panada tota, GSM se’n va, e que deisha traucs de milions de mètres-cubes que la vegetacion non s’i torna pas pravar avant pausa), camions que passan shens s’arrestar e que destraucan las rotas – ne parlam pas aqui deus problèmas de brut dens los vilatges… Cau véder tanben qu’aqueste processus d’espleitacion intensiva de la grava n’es pas un problèma navèth en Gasconha. Sabem dejà los efèits deu dragatge de Garona sus la fauna pissicòla, e la soa implicacion dens lo despoplament de las espécias istoricas de Garòna (anguilas, alòsas, creacs…). Dempuish cincanta ans, las errors hèitas dens lo cas de Garòna se son a tornar har dens la sèuva vesina. Shens digun, poblacion o politics, pòsqui interviner fàcia aus interests deus capitalistas. La nòsta vutz non pòt pas estar carada mei, e s’organizar en tant qu’occitan es l’unic biais per acarar las violéncias que nòste pòble patis.

GRAVE ET PROFITS CAPITALISTES

Depuis des siècles qu’elle ne jouit plus de pouvoirs économiques et politiques propres, l’Occitanie subit une domination qui porte sur plusieurs secteurs. Le plus évident et le mieux connu aujourd’hui est la domination culturelle : la langue occitane est niée, enterrée et ne survit qu’à grande peine. Mais on peut concevoir l’ensemble de la situation dans l’espace occitan comme marqué par plusieurs dominations plus profondes, découlant principalement de la domination politique –puisque les pouvoirs de décision ne se trouvent pas sur notre territoire – et de la domination économique. Plusieurs chercheurs et analystes occitans ont ainsi pu parler d’une situation de colonialisme qui caractérise les rapports entre travailleurs occitans et les pouvoirs qui les gouvernent.

Nous avons déjà traité cette situation dans ces pages, par exemple à l’occasion d’une description de l’action des Autoroutes du Sud de la France sur le territoire occitan et sa population (A Huèc #25, juin 2009). Un autre cas, peut être plus caractéristique encore de la situation que nous vivons, est celui de l’exploitation de gravières un peu partout dans le nord Gascogne.

Nous savons en effet que dans la plupart des cas de colonialisme, les ressources naturelles des territoires colonisés ont constitué une des raisons principales de la domination (les fruits des Antilles, le bois et le sucre du Brésil, le gaz et le pétrole d’Algérie…). La ressemblance avec le cas qui nous intéresse est frappante : nous avons ici un grand groupe étranger qui exploite la richesse d’un territoire, sans guère se préoccuper des populations locales.

gravièra2-2GSM, l’exploitant principal dans le nord Gascogne, est un groupe issu d’Italcementi, groupe italien qui possède également le cimentier Calcia, le fabricant de béton Unibeton, parmi bien d’autres entreprises. Ce groupe est donc, nous le voyons, un géant de son secteur, ce que les chiffres confirment : pour l’État français et la Belgique, GSM emploie 880 salariés, dans 90 gravières ou exploitations, et vend 31 millions de tonnes de granulés pour un chiffre d’affaire de 370 millions d’euros. Les bénéfices sont ils répartis entre les salariés ? La réponse est dans la question… Plus grand encore, Italcementi, groupe multinational implanté dans 22 états, emploie 22000 salariés pour un chiffre d’affaire de 6 milliards d’euros. On voit donc l’importance de ces entreprises, et les bénéfices qu’elles retirent de l’exploitation des matières premières.

Ainsi, la grave occitane ne profite pas le moins du monde aux Occitans. L’argument souvent employé pour justifier ces agissements est connu : des emplois seraient créés, et les propriétaires des terrains sont bien contents de les vendre. Mais nous voyons, dans le cas de GSM, quelle est la réalité : 880 employés pour 90 carrières, c’est à dire moins de 10 salariés par site. On crée des emplois, oui, mais combien ? De même, pour vendre du terrain ou louer des concessions à GSM, il faut être propriétaire, et dans la plupart des cas ce ne sont pas les communes qui le sont. Les bénéfices des ventes ne profitent donc pas non plus à la population dans son ensemble, mais plutôt à des personnes isolées qui n’ont généralement pas besoin de cet argent.

De plus, nous savons que l’argument des salaires ne tient pas le coup pour justifier l’implantation ou la présence d’une entreprise capitaliste. Pour percevoir la réalité économique plus précisément, il faut se poser la question de la plus-value réalisée par l’entreprise, une fois sortis les coûts humains (les salaires) et techniques (les machines). Justement, nous voyons que c’est bien cette plus-value l’important, le facteur déterminant pour les entreprises capitalistes. La plus-value organise le système libéral, et motive les investisseurs à voler les richesses des autres. Dans le cas des gravières gasconnes, cette plus-value file hors d’Occitanie, pour bénéficier aux actionnaires du groupe Italcementi (l’actionnaire majoritaire en est Italmobiliare, holding financière italienne, dont les intérêts ne semblent pas vraiment concorder avec ceux de la population occitane). Les bénéfices effectués grâce aux travailleurs, et surtout grâce aux richesses naturelles d’un territoire, ne serviront pas les populations de ce territoire, mais des actionnaires qui réinvestiront ensuite dans ce qu’ils voudront, ou bien laisseront dormir cette monnaie dans des comptes déjà bien pleins.

La population autochtone, par contre, peut percevoir les changements terribles que GSM impose au territoire. Une fois la forêt détruite pour des dizaines d’années, GSM s’en va en laissant des trous de millions de mètres cubes, où la végétation ne repousse pas avant un bon moment. Les camions y passent sans s’arrêter, détruisent les routes – et nous ne parlons pas des nuisances sonores dans les villages traversés… Il faut voir que le processus d’exploitation intensive de la grave n’est pas un problème nouveau en Gascogne. Nous connaissons déjà les effets désastreux du dragage de la Garonne sur la faune piscicole, et son lien avec le dépeuplement des espèces historiques du fleuve (anguilles, aloses, esturgeons…) Depuis cinquante ans, les erreurs faites dans le cas de la Garonne se reproduisent dans la forêt voisine. Sans que personne, population ou politiques, ne puisse intervenir face aux intérêts capitalistes. Notre voix ne peut plus être occultée, et s’organiser en tant qu’Occitans est l’unique façon de faire face aux violences que notre peuple subit.





RETORN SUS l’enquista socio-lenguistica en aquitània (2)

22 10 2009

Comme pour chacun de nos articles, le texte en version occitane est suivi de la version française (en italique).

RETORN SUS l’enquista socio-lenguistica en aquitània (2)

En mai pareishè l’enquista socio-lenguistica d’Aquitània (las resultas completas son disponibles suu siti de la region). Aquí la dusau partida d’una comunicacion d’un enquistaire, simpatizant de Libertat, que la purmèira partida n’èra estada publicada dens lo numerò precedent de A Huèc ! Que’vs podetz trapar la version integrau en escríver a gasconha.nord@libertat.org o suu blòg http://ahuec.wordpress.org

E tà los qui dobten, que’us seré estat pro d’escotar aqueths vielhs, qu’avèvan benlèu pas jamei passat las termièras deu lor despartament, díser que òc, en Dordonha e en Biarn qu’avèvan la medisha lenga (mes pas los bascos, è !), que’s comprenèva plan, que, suspresa, un viatge de vacanças en Daufinat, en Lengadòc, en Avairon, en Auvernha avèva permes de véder que alhors tanben, se comprenèvan, dab quauquas diferéncias, evidentament, mas pensatz, tant lunh, qu’es normau…

Tot aquò es vertat, e es enregistrat, cau demandar aqueras bandas a la Region (parièr, se ne volètz har present a l’Institut Biarnes…).

Après l’ahar sus la pratica de la lenga, vienèva la partida sus la percepcion de la lenga e son futur.

Es aquiu que s’esconen lo mei de causas viciosas au nivèu de las questions mes atencion, non cau pas díser qu’aquò era volontari, benlèu era sonque devut au trencat normau entre los qui hén las questions (un comitat d’occitanistas, ac rapelam, pas la Region directament) e lo terrenh efectiu.

Aquí lo detalh e lo comentari de la seria de frasas, per las qualas calèva respóner se, òc o non, la persona era d’acòrd o pas.

1.La disparition des langues régionales serait une perte culturelle pour la France et ses régions.

N’i a pas grand causa de díser aquiu, d’alhors, tots son d’acòrd, a 90% e, en generau, los que n’ac son pas es que n’an pas compres la question…

2.L’occitan fait partie du patrimoine de la France.

Ah, purmèr trebuc. Cau soslinhar lo hèit que lo questionari estó elaborat justament pendent la discutida de l’amassada nacionau sus lo famós article 75-1 de la constitucion, que, lunh de sauvar la lenga, contribueish a l’embarrar dens un musèu. Que pòt pareisher estonent venent d’un comitat d’occitanistas, aquera vision un chic reductriça, sus que tot que se trobè monde qui parlavan la lenga, qu’eran per totas las accions, respóner non còp-sec. Motiu ? « L’Occitan hé partida deu patrimòni d’Occitània, la França n’a pas arren de foter de nosautes ! » Es vertat (enregistraments tàd ac apiejar). E i auré ua consciéncia occitana politica en çò deu populò aquitan ? Pecaire, avèm pas aprestat las questions com cau ! Non, son 90% a díser que òc, aquò es ben la pròva que tot lo monde es plan sosmes a França e d’acòrdi dab las decisions de l’Amassada Nacionau…

3.Aujourd’hui, je trouve inutile de mettre en place des actions pour maintenir l’occitan.

Enquera uèi non comprèni pas aqueth besonh qu’an ajut (se pòt comprener per la question 5,e enquera) de formular negativament quauquas questions. Volontat d’ « objectivisar » un questionari benlèu tròp en favor de l’occitan ? De jogar sus estereòtipes e las frasas totas hèitas tà har reagir lo monde ? En tot cas, hòrt de monde estón trucat e responón a costat. Un petit 71% (contra, donc, s’avètz seguit…).

4.La culture occitane fait partie de mon identité.

Aquera qu’es plan interessenta. Que hé la soma de la conscientisacion deu monde, de lor coneishença deu país, etc… mes lo mot d’ « identitat » hadó puisheu a mei d’un (per sa conotacion nacionala francesa, e aquò se pòt compréner). 41%. Mes bon, d’aquò podem tirar los qui n’an jamei avut nat rapòrt dab la lenga, lo monde vadut de l’imigracion, que n’an efectivament pas nada rason d’aver aquera lenga dens lor cultura.

5.Pour moi, l’occitan n’est plus que du folklore.

Enquera ua negativa. Mes aquera hadó reagir lo monde, e plan com cau (a grands còps de « los que disen aquò son de cons ! »). 60% contra. Mes la opinions negativas sus aqueras son sovent devudas a un pessimisme sus l’avenidor de la lenga. La pròva : lo nombre es pas mei haut en çò deus locutors.

6.On se demande pourquoi des gens apprennent aujourd’hui l’occitan.

Una error aquera question, clarament. A completament perdut los enquistats. Los 77% de responsa negativa deisha imaginar çò qu’auré pòdut estar autrament formulada.

7. Parler une langue régionale dès le plus jeune âge permet d’apprendre ensuite plus facilement d’autres langues.

69% òc. Enquera un còp, dens los locutors, que trobam los vergonhós pessimistas e los plens d’esper.

8.L’occitan est une richesse d’un point de vue économique, notamment pour le tourisme.

E ben aquí i sem, après aver hèit de l’occitan ua peça de musèu, lo vòlen véner aus toristas. Perqué la segonda partida de la frasa ? Se diré qu’an paur de perpausar ua vertadèra socialisacion de la lenga, e un vertadèr tornar a l’economia locau. La question auré pòdut estar tornada formular d’un aute biais, seré estat mei aisit de compréner. 56%

9.Pour moi, l’occitan est associé à des moments de convivialité et de festivité.

Estonant. E particularament viciós. Après aver damandat se l’occitan era de folclòre, pausen ua question qu’auré tendéncia a díser que òc, l’occitan es de folclòre, puish que associat a las hèstas (çò que hòrt de vielhs, de Dordonha notadament, auràn lèu tradusit per « es qu’ets dijà anats a ua Felibrejada ? »). Hòrt de monde an reagit a la question en díser que òc, evidentament, l’occitan era associat a de moments de hèstas, mes pas sonque (dijà que adara n’i a que lo parlen sonque aus enterraments…), e coma, cada lenga, se podèva parlar dens cada ocasion de la vita, com avant. Cau se demandar perqué aquera question. N’es pas tant importanta qu’aquò en era-medisha, ne balha pas nada vision de que que sia sus la lenga, ne hé pas que reciclar un vejaire fosc sus las lengas regionaus en generau. Totun, mauaisit de díser non (en tot saber que la responsa « òc, mas pas sonque » existava pas…). Òc a 80%

10. Parler occitan me donne le sentiment d’appartenir à une région.

Las responsas estón mei susprenentas que previst. Citi : « Ua totun plan beròia region qui haré casi la mitat de França ! ». La nocion de region, deishada a l’apreciacion de l’enquistat, hadó paréisher, a còps, quauquas consciéncias d’ua grana Occitània, quauquas volontats d’autonomia, benlèu l’expression d’un nacionalisma timidòt… 88%

11.Parler occitan me permet de rencontrer des gens avec qui je partage des affinités.

69%. Es un pauc mensh qu’a las questions d’avant, mes hòrt de monde son a pèrder los sols locutors qu’avèvan. Pendent l’enquista, que son caduts dens un vilatjòt de 200 estatjants sus ua hèmna de mei de 80 ans, que parlava, que plorava pr’amor de parlar dab un joen la lenga de son enfança e qu’i hidè que sa darrèra paur, mei que la mòrt, era que la vesia d’en fàcia, la sola auta darrèra locutriça que coneishèva, morisquesse abans era…

12.Connaître l’occitan me permet de mieux comprendre ma région et son histoire.

Aquera es mei interessenta qu’i pareish, puish que junta un chic la question de l’aprentissatge de las lengas rendut mei aisit per la pratica d’ua lenga regionau, o l’espandiment de la cultura generau balhat per la dubertura d’esperit portada per la pratica d’ua lenga minorisada. 78%

13.Connaître l’occitan me conduit à m’impliquer pour la défense de la diversité linguistique et culturelle.

Aquera question qu’es lunh d’estar evidenta tà la majoritat deus aquitans, sustot quand ne sabem pas se se parla d’un investiment materiau o sonque psicologic. 74%

Vedem plan dab tot aquò que la vision qu’an la gent sus l’occitan es lunh d’estar catastrofica, seré quitament lo contrari : au finau, son 74% de las personas interrogadas que pensan que parlar occitan es una dubertura. Aquò ne deisharà pas gaire d’electors potenciaus au sénher Mélenchon…

Logicament, après la percepcion de la lenga vienen los espers en valorisacion de la lenga (n’i a pas arren de díser sus la progression deu questionari, mauaisit de har melhor).

Aquiu, i avó causas estonantas. A començar per la question « A votre avis, l’occitan dans votre région est en diminution ou en progression ? », perduda dens aquera partida deu questionnari, e a la quau 60% an respondut que l’occitan era en diminucion. 60% ? Sonque ? Mes, m’avèvan dit a l’escòla qu’era ua lenga mòrta, e haré résisténcia ? Enquera mei estranh, tà 10% que seré shens discutida possibla en progression. Excès d’optimisma, capitada deu moviment occitanista ? Un chic de tot benlèu, e tà melhor.

Enfin, enfin, vienèva LA question, la qu’era vienuda cercar la Region, sabetz, tàd estar segura que n’anava pas despensar sa moneda en quimèras.

« Etes-vous favorables à des actions conduites par les collectivités publiques pour maintenir ou développer la langue occitane ? »

82% òc. Har mei favorable seré estat de negacionisma de cap au jacobinisma…

Aquò ne s’estanca pas aquiu e lo comitat d’experts avèvan previst un detalh de las accions a menar, accions plan debatudas dens los corredors e las salas de l’Amassada, plan consensuaus, es vertat, mes necessarias. Anam véder que las responsas, eras non son pas tostemps consensuaus…

Aquiu las ideias sosmetudas aus aquitans (au passatge, que n’es pas tant sovent que lo noste vejaire nos es demandat d’un biais democratic, tant vau en profieitar…) :

1.Mettre en place des panneaux de signalisation bilingues français et occitan.

60%. Es pas gaire, per rapòrt au rèsta, mes lo tèrmi fosc de « panèus bilingues » deishè créder au monde que ne’s parlava pas sonque de l’intrada deus vilatges e eventualament de carrièras (lo sol doble afichatge previst en hèit per la Region) , mes tanben de TOTS los panèus de la securitat rotièra (stop, cédez-le-passage, etc…). Que’s trobè monde tà díser : « Perqué lo deishar en frances ? ». E un aute : « A noste, passam la nèit tà botar de negre sus los panèus en frances, e après que l’ajan enlevat l’endeman matin, que passam darrèr tà los traucar dab lo fusilh… ». Era un còrse. Podem malurosament pas tòrcer lo còth a TOTS los estereòtipes…

2.Développer les pratiques bilingues dans les lieux publics (brochures ou annonces bilingues…).

65%. Medisha remarca que mei naut, la nocion de lòc public era mei que fosca. Notaram totun, e aquò pòt har plasér, que la Region s’investeish dins lo processus de socialisacion de la lenga, son utilisacion dens la vita vitanta, segurament una de las causas que manquen lo mei, e qui estona lo mei lo monde, hòrt n’avèvan jamei vist tant lunh e « oficiau » tà la lora lenga.

3.Développer l’enseignement dans les écoles.

80%. Mes aquò baisha tà los qui volerén i botar los lors mainats, shens estar catastrofic totun : 69%.

4.Proposer davantage de formations pour adultes sous la forme de cours du soir ou de stages.

80%, mes parier, autanlèu que damandam se la persona seré interessada personaument, n’i a pas mei digun (31%). Es pauc, mes coma un « non, malurosament n’ei pas lo temps » (la responsa majoritaria en hèit) compta com un « non, ne m’interessa pas », es tanben a botar en perspectiva.

5.Etoffer l’offre culturelle en occitan.

81%. La cultura es vertadèirament LA causa que bota tot lo monde d’acòrd, cadun dab las soas envejas (teatre, cinemà, literatura, musica, fèstas divèrsas, es hòu tot çò que pòt amassar aqueth tèrmi de « cultura »). Mes sonque 62% de la gent frequentarén mei aqueths programas culturaus. Enquera un còp, un « non, n’èi pas lo temps », un « non, ne m’interessa pas » e un « puish pas los frequentar mei que los frequenti a l’ora d’ara » comptan parièr.

6.Renforcer la présence de l’occitan dans les médias (Tv, presse, radio).

63%. Çò estonant, es de notar que i avó hòrt de monde tà respóner non, tot simplament pr’amor que que ne pensavan pas que sia possible…

La question de l’ensenhament en estar una de las mei importantas avó dret a un chic de recèrca mei avant. Conclusion : 71% deus aquitans son favorables a l’ensenhament, desempuish l’escòla mairau o primària, e mei d’un biais opcionau (83%) que bilingue (15%). L’ensenhament en imersion bilingue, que hé meravilhas en çò de Calandreta en dens país vesins qu’a enquera causas de probar suu territòri frances…

Tà acabar (ah, avèvi benlèu doblidat de vos previéner : lo questionnari era long, plan long, tròp long…), duas questions, menas de conclusion, de sintèsi de tot. La purmèra, sus l’estacament a la lenga, reculhó 47% d’opinion positiva. Com sus la consideracion de l’aparténencia de la cultura a l’identitat, cau aver creishut dehens tà i estar estacat plan com cau. Mes dab sonque 10% de locutors, n’es pas tròp mau.

E la darrèra de totas, un QCM dab quate perpausicions a causir :

1. Je souhaiterais que l’occitan retrouve une place dans la vie de tous les jours. 16,5%

2. Je trouve intéressant de maintenir l’occitan, mais ce n’est pas une priorité selon moi.71,5%

3. Si l’occitan venait à disparaître, cela ne me gênerait pas beaucoup.10%

4. Je suis contre le développement de l’occitan. 1%

Aquera question era particularament viciosa, çò qu’estó relevat per mantuns enquistats.

Com respóner a la purmèra, menter que la majoritat deus enquistats non parlan pas la lenga, e n’an pas coneishut d’espòca ont l’occitan era parlat pertot per carrèiras ? Com respóner la segonda shens definir çò qu’es ua prioritat (en senhalar que l’enquista se debanè en octobre de 2009, quand començavan de parlar de la « Crisi ») ? En qué lo hèit de causir la tresena empacharé de tanben pensar coma la purmèra o la segonda ? Mei d’un enquistat an desclarat que mancava ua responsa intermediaria enter la 1 (qu’anava « tròp lunh » segon quauques uns) e la 2 (pas pro hòrta), qu’auré estat, tot simplament : que voi que l’occitan sia mantienut.

Ac vedem plan, demorava quauques feblèrs dens lo questionari, pas forçadament grèus, pas forçadament hèits a l’exprès (e esperam que non), mes totun pro viciós tà poder, en teoria, faussar lo quite sens de l’enquista. Dab marrida fe, se espiam aquèra darrèra question per exemple, çò qu’empacha la Region de díser : « Va plan, son 71% a díser que l’occitan dèu estar mantienut, shens qu’aquò ne sia ua prioritat. Peu moment, qu’avèm causas seriosas de tractar, vederam aquò dens 5, 10… ans » ? Non. Es çò que tot, associatius, militants, occitanistas/ofònas/òfilas devem díser autanlèu. La lenga es en dangièr e non cau pas esperar tà la sauvar. Alavetz a tots, e a cadun, dens las soas accions de brandir aqueths resultats que apartenen au pòble occitan. Qu’avem darrèr nosautes la maquina lançada per las institucions, las envejas, las espèras deu pòble aquitan e occitan e enquera los mejans umans d’ac har. Es aquiu que tot se jòga. Aquitània montrarà lo camin a Occitània ?

Retour sur l’enquête socio-linguistique en Aquitaine (2)

En mai paraissait l’enquête socio-linguistique d’Aquitaine (les résultats complets sont disponibles sur le site). Voici la seconde partie d’une communication d’un enquêteur, sympathisant de Libertat, dont la première partie avait été publié dans le numéro précédent de A Huèc!. Vous pouvez toujours vous procurer la version intégrale en écrivant à gasconha-nord@libertat.org ou sur le blog http://ahuec.wordpress.org

Et à ceux qui doutent, il leur aurait suffit d’écouter ces personnes âgées, qui sans doute n’avaient jamais franchi les frontières de leur propre département, dire que oui, les Périgourdins et les Béarnais parlent la même langue (mais pas les basques, hein !), que l’on se comprend bien, que, surprise, un voyage de vacances en Dauphiné, en Languedoc, dans l’Aveyron ou en Auvergne avait permis de voir qu’ailleurs aussi, l’on se comprend, avec quelques différences, évidemment, mais pensez donc, compte tenu de la distance cela va de soi…

Tout cela est véridique, et enregistré, et doit déjà dormir paisiblement dans quelque tiroir de la Région (encore une fois, on ne saurait trop conseiller d’en faire présent à L’Institut Béarnais).

Après la pratique de la langue venait la partie sur sa perception et son futur.

C’est ici que se dissimulent les pièges les plus vicieux au niveau des questions, mais attention, nous nous garderons bien de dire que cela était volontaire, peut-être était-ce seulement dû au fossé normal existant entre ceux qui font les questions et ceux qui y répondent. Difficile de prévoir toutes les réactions…

Voici donc le détail et le commentaire de la série de phrases, pour lesquelles il fallait répondre si, oui ou non, l’enquêté était d’accord ou pas.

1.La disparition des langues régionales serait une perte culturelle pour la France et ses régions.

Il y a peu à dire, et d’ailleurs tout le monde s’accorde sur un « oui » franc et massif (90%, presque un score de président africain). Ceux qui ne le sont pas n’ont, en général, pas compris la question…

2.L’occitan fait partie du patrimoine de la France.

Premier piège. Il faut souligner le fait que le questionnaire était justement élaboré lors du débat parlementaire autour du fameux article 75-1 de la Constitution, qui, au lieu de faire vivre les langues régionales, les empaille, les vernit et les remise dans une vitrine poussiéreuse.

Cette vision réductrice peut paraître étonnante venant d’un comité d’occitanistes, surtout qu’il se trouva des gens parlant la langue, en accord avec toutes les actions proposées, répondre non du tac au tac. Motif ? « L’Occitan fait partie du patrimoine de l’Occitanie. La France n’en a rien à foutre de nous ! » Cela est, encore une fois, véridique (enregistrements à l’appui). Y aurait-il une conscience politique chez le populo aquitain ? Mince, voilà que nous n’avons pas préparé les questions comme il le fallait ! Mais non, fausse alerte, ils sont quand même 90% à répondre que oui, voilà bien la preuve que tout le monde est soumis à l’État Français et en accord avec l’Assemblée Nationale.

3.Aujourd’hui, je trouve inutile de mettre en place des actions pour maintenir l’occitan.

Aujourd’hui encore je ne comprends pas le besoin ressenti de formuler négativement quelques questions. Volonté d’ « objectiviser » un questionnaire trop en faveur de l’occitan ? De jouer sur les stéréotypes et les phrases consacrées pour faire réagir ? En tout cas, beaucoup furent gênés et répondirent à côté. Un petit 71% (contre, donc, si vous avez suivi…).

4.La culture occitane fait partie de mon identité.

Celle-ci est intéressante. Elle fait la somme de la conscientisation des enquêtés, de leur connaissance du pays, etc…seulement voilà : le mot d’ « identité » en refroidit plus d’un (par sa connotation nationalo-française, et, ma foi, cela se comprend). 41%. C’est peu, mais après tout, si l’on ôte ceux qui n’ont jamais eu aucun rapport avec la langue, les personnes issues de l’immigration, qui n’ont effectivement aucune raison d’avoir cette langue dans leur culture, le score augmente.

5.Pour moi, l’occitan n’est plus que du folklore.

Encore une formule négative. Sauf que celle-ci fit réagir, et assez violemment (à coups de « ceux qui disent ça sont des cons ! »). 60% contre. A relativiser, les opinions négatives sur la question étant le plus souvent dues à un certain pessimisme quant à l’avenir de la langue. La preuve : les chiffres ne sont pas plus élevés chez les locuteurs, pourtant à même de connaître quel rapport sociétal ils ont avec leur langue, loin de toute folklorisation.

6.On se demande pourquoi des gens apprennent aujourd’hui l’occitan.

Cette question était clairement une erreur. Elle a perdu les enquêtés, les enquêteurs, et me perd aujourd’hui encore en tant qu’observateur extérieur. Les 77% de réponses négatives laissent imaginer quelles hauteurs aurait pu atteindre les chiffres avec une formulation différente.

7.Parler une langue régionale dès le plus jeune âge permet d’apprendre ensuite plus facilement d’autres langues.

69% oui. Encore une fois, chez les locuteurs, nous trouvons les honteux-pessimistes et les pleins d’espoir.

8.L’occitan est une richesse d’un point de vue économique, notamment pour le tourisme.

Nous y sommes, après avoir fait de l’occitan une pièce de musée, ils le veulent vendre aux touristes. Que peut bien justifier la seconde partie de la phrase ? On flaire la peur de proposer une vraie socialisation de la langue, et un vrai retour à l’économie locale. 56%

9.Pour moi, l’occitan est associé à des moments de convivialité et de festivité.

Étonnant. Et particulièrement vicieux. Après avoir demandé si l’occitan était du folklore, on pose une question qui tendrait à penser que oui, l’occitan est bien du folklore, puisqu’associé aux fêtes (les périgourdins auront bien sûr traduit par : « Êtes-vous déjà allé-e à la Félibrée ? »).

Beaucoup ont répondu que oui, évidemment, l’occitan est associé à des moments de fête, mais pas seulement (quelques uns avouèrent ne plus le parler désormais qu’aux enterrements de leurs amis…), et, comme chaque langue, elle se pouvait employer à toute occasion, comme ce fut le cas autrefois.

On se demande pourquoi cette question était posée. Elle n’est pas si important que cela en elle-même, elle ne donne aucune vision d’aucune sorte sur la langue, elle ne fait que recycler une idée reçue sur les langues régionales en général. Enfin, il est difficile de répondre par la négative, surtout lorsque la réponse « oui, mais pas seulement » n’es pas proposée… oui à 80%.

10.Parler occitan me donne le sentiment d’appartenir à une région.

Les réponses furent plus surprenantes que prévu. Je cite : « Une bien belle région qui ferait la moitié de la France ! ». La notion de région, laissée à l’appréciation de l’enquêté, fit paraître, ponctuellement, quelques émergences de la conscience d’appartenance à une grande Occitanie, quelques volontés d’autonomie, peut-être l’expression d’un nationalisme timide…88%

11.Parler occitan me permet de rencontrer des gens avec qui je partage des affinités.

69%. C’est un eu moins qu’aux questions précédentes, mais beaucoup sont en train de perdre les seuls interlocuteurs qu’ils côtoyaient. Pendant l’enquête, on appela une occitanophone de plus de 80 ans, dans un village de 200 habitants, en pleurs de parler avec un jeune la langue de son enfance. Elle lui confia que sa dernière peur, plus que la mort elle-même, était que sa voisine d’en face, la seule autre locutrice qu’elle connaissait, meure avant elle. Elle aurait ainsi eu l’impression d’être la dernière personne au monde à parler occitan, et ce sentiment elle n’en voulait pour rien au monde.

12.Connaître l’occitan me permet de mieux comprendre ma région et son histoire.

En voici une plus intéressante qu’il n’y paraît de prime abord, puisqu’elle rejoint la question de l’apprentissage des langues facilité par la pratique d’une langue régionale, ou la culture générale amenée par l’ouverture d’esprit inhérente à toute pratique d’une langue (minorisée ou pas). 78%

13.Connaître l’occitan me conduit à m’impliquer pour la défense de la diversité linguistique et culturelle.

Cette question est loin d’être évidente pour la majorité des aquitains, surtout lorsqu’on ne sait pas s’il s’agit d’un investissement matériel ou seulement d’un « soutien psychologique ». 74%

Nous voyons bien que la vision du monde sur l’occitan est loin d’être catastrophique, cela serait même plutôt le contraire : au final, ce sont 74% des enquêtés qui pensent que parler occitan est une ouverture d’esprit. Voilà qui ne devrait pas laisser beaucoup d’électeurs potentiels à Monsieur Mélenchon.

Logiquement, à la suite de la perception de la langue viennent les espoirs en matière de valorisation de la langue (il n’y a rien à dire sur la progression du questionnaire, difficile de faire mieux).

Ici, il y eut des choses étonnantes. A commencer par la question « A votre avis, l’occitan dans votre région est en diminution ou en progression ? », perdue dans cette partie du questionnaire, et à laquelle 60% des interrogés répondirent que l’occitan était en diminution. 60% ? Seulement ? On m’avait pourtant bien dit à l’école que cette langue était morte, ferait-elle de la résistance ?Encore plus étrange, pour 10% elle serait sans conteste en progression. Excès d’optimisme, réussite du mouvement occitaniste ? Un peu de tout, qui sait, et tant mieux.

Enfin, enfin, venait LA question, celle menée sur un plateau d’argent par la Région (offerte à ceux qui avaient eu le courage de tenir jusque là sans raccrocher), vous savez bien, histoire d’être bien sûr qu’on ne va pas dilapider le budget culture en vaine chimères.

« Êtes-vous favorables à des actions conduites par les collectivités publiques pour maintenir ou développer la langue occitane ? »

82% oui. Faire plus favorable eut été une négation pure et simple de l’existence du jacobinisme…

Nous ne nous arrêtons pas là, et le comité d’experts avaient prévu un détail des actions à mener, actions débattues dans les couloirs et les salles de l’Amassada, très consensuelles, c’est vrai, mais nécessaires. Les réponses données, elles, n’étaient pas toujours si consensuelles que ça…

Voilà donc les idées soumises au aquitains (on notera au passage que ce n’est pas si souvent que notre point de vue nous est demandé d’une manière si démocratique, alors autant en profiter…) :

1.Mettre en place des panneaux de signalisation bilingues français et occitan.

60%. C’est peu, par rapport au reste, mais le terme flou de « panneaux bilingues » laissait croire que l’on ne parlait pas seulement de l’entrée-sortie des villages et éventuellement des rues (le seul double affichage en réalité prévu par la Région), mais aussi de TOUS les panneaux de la Sécurité Routière (Stop, Cédez-le-passage, etc…). Il s’en trouva pour dire « Pourquoi le laisser en français ? ». Et un autre : « Chez nous, on passe la nuit à mettre du noir sur les panneaux en français, et si le lendemain ils l’ont enlevé, on revient les trouer au fusil ». C’était un corse. On ne peut malheureusement pas tordre le cou à TOUS les stéréotypes…

2.Développer les pratiques bilingues dans les lieux publics (brochures ou annonces bilingues…).

65%. Même remarque que plus haut, la notion de lieu public était très obscure. On notera cependant, et cela peut faire plaisir, que la Région s’investit dans le processus de socialisation de la langue, son utilisation dans la vie de tous les jours, certainement un des plus gros manques à l’heure actuelle. Les gens furent très étonnés, beaucoup n’avaient jamais vu si loin et si « officiel » pour leur langue.

3.Développer l’enseignement dans les écoles.

80%. Mais cela baisse lorsqu’on demande si l’enquêté y mettrait lui-même ses enfants, sans être catastrophique : 69%. Des raisons à cette différence ? Oui. De bonnes raisons ? Pas vraiment. On se dit simplement que les mentalités ont toujours besoin d’évoluer.

4.Proposer davantage de formations pour adultes sous la forme de cours du soir ou de stages.

80%, mais encore une fois, aussitôt que nous demandons à la personne si elle serait personnellement intéressée, il n’y a plus personne (31%)? C’est peu, mais comme un « non, malheureusement je n’ai pas le temps » (la réponse majoritaire dans les faits) vaut autant qu’un « non, ça ne m’intéresse pas », c’est à remettre en perspective.

5.Étoffer l’offre culturelle en occitan.

81%. La culture est vraiment ce qui met tout le monde d’accord, chacun avec ses propres goûts et envies (théâtre, cinéma, littérature, musique, fêtes diverses, c’est fou tout ce que l’on peut rassembler par ce seul mot de « culture »). Mais seulement 62% fréquenteraient plus ces programmes culturels. Encore une fois, un « non, je n’ai pas le temps », un « non, cela ne m’intéresse pas » et un « je les fréquente déjà beaucoup, je ne peux pas faire plus » sont égaux.

6.Renforcer la présence de l’occitan dans les médias (Tv, presse, radio).

63%. L’étonnant est de noter qu’il y eut beaucoup de monde pour répondre « non », tout simplement parce qu’ils ne pensaient pas que cela soit possible…

La question de l’enseignement, en étant une plus cruciales avait droit à une investigation plus poussée.

Conclusion : 71% des aquitains sont favorables à l’enseignement de l’occitan, depuis l’école maternelle ou primaire, et ce plutôt d’une manière optionnelle (83%) que bilingue (15%). L’enseignement en immersion bilingue, qui fait des merveilles à Calandreta et chez certains de os voisins, a visiblement ses preuves à faire sur le territoire français…

Pour finir (vous avais-je dit que le questionnaire était long, très long, trop long… ?), deux questions, sortes de conclusion, de synthèse.

La première, sur l’attachement à la langue, recueillit 47% d’opinion positive. Comme pour les considérations sur l’appartenance à la culture et à l’identité, il faut avoir grandi dedans pour y être très attaché. Avec seulement 10% de locuteurs, ce n’est pas si mal.

Et la dernière de toutes, un QCM avec quatre propositions au choix :

1.Je souhaiterais que l’occitan retrouve une place dans la vie de tous les jours. 16,5%

2.Je trouve intéressant de maintenir l’occitan, mais ce n’est pas une priorité selon moi.71,5%

3.Si l’occitan venait à disparaître, cela ne me gênerait pas beaucoup.10%

4.Je suis contre le développement de l’occitan. 1%

Cette dernière question était particulièrement vicieuse, ce qui fut relevé par plusieurs enquêteurs. Comment choisir la première alors que la majorité des enquêtés ne parlent pas la langue, et n’ont pas connu d’époque où l’occitan habitait la rue ? Comment choisir la deuxième sans définir au préalable ce qu’est une priorité (en signalant que l’enquête se déroula en octobre 2009, au moment exact où l’on commençait à parler de la « Crise ») ? En quoi le fait de choisir la troisième empêcherait dans le même temps d’être d’accord avec la première ou la deuxième ? Beaucoup de personnes ont trouvé qu’il manquait une réponse intermédiaire entre la 1 (qui va « trop loin » pour certains) et la 2 (pas assez forte), qui aurait été, tout simplement : « je veux que l’occitan soit maintenu. »

Nous le voyons, il demeurait quelques faiblesses dans le questionnaire, pas forcément graves, pas forcément faites exprès (et nous espérons que non), mais toutefois bien assez vicieuses pour pouvoir, en théorie, fausser le sens même de l’enquête. Si l’on regarde cette dernière question l’esprit gorgé de mauvaise foi, on peut se faire la réflexion suivante : qu’est-ce qui empêche la Région de dire « Bien, ils sont 71% à dire que l’occitan doit être maintenu, sans que cela soit une priorité. Pour le moment, nous avons des affaires sérieuses à traiter, nous verrons cela dans 5, 10, 15, …ans » ? Non. Voilà ce que tous, associatifs, militants, occitanistes/ophones/ophiles devons dire tout de suite. La langue est en danger et il ne faut pas attendre pour la sauver. Ainsi, c’est à tous, et à chacun, dans ses actions, de brandir ces résultats qui appartiennent au peuple occitan. Nous avons derrière nous la machine lancée par les institutions, les attentes, les espoirs du peuple aquitain et occitan et encore les moyens humains de tout réaliser. C’est ici et maintenant que tout se joue. L’Aquitaine montrera-t-elle la voie à l’Occitanie ?