Pétition pour sauver la classe bilingue à Laroque Timbaut (47)

21 09 2011

http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2011N10933

La semaine passée la nouvelle Inspectrice d’Académie de Lot-et-Garonne a décidé de ne pas ouvrir de classe en occitan à Laroque, en dépit de la demande avérée des parents d’élèves, de la présence d’enseignants formés sur le secteur, du soutien de la municipalité, des promesses qui avaient été faites par les services de l’Inspection Académique de Lot et Garonne, et de la convention Rectorat -Région sur la structuration et le développement de l’enseignement bilingue en Aquitaine.
Sur les 4 projets viables de classes bilingues pour cette rentrée 2011 en Aquitaine, Laroque est le seul à ne pas aboutir quand Roquefort, Cussac Fort Médoc, Saint Martin de Seignanx ont ouvert normalement, aprés certes des atermoiements, et quelques frictions avec l’administration.

Pourquoi faut-il sauver cette classe bilingue à Laroque ?

  • Parce que ce projet a immédiatement suscité un fort intérêt enthousiaste chez les parents :  30 demandes d’inscriptions de parents  qui sont aujourd’hui KO debout par cette décision !
  • Parce que l’empreinte de la langue occitane est forte dans le village, les vers d’un poète occitan local (compagnon de Paul Froment) sont gravés sur un totem récemment installé devant l’école.
  • Parce que toutes les conditions de succés étaient réunies ;
  • Parce que surtout les arguments avancés pour ce refus sont fallacieux : nécessité de “garder ” des remplaçants en occitan, alors que ceux-ci sont effectivement envoyés en poste longue durée en français, voire volontairement écartés du poste à pourvoir ; le tout accompagné de rumeurs discréditant l’action des parents
  • parce que cela révèle, une fois de plus, que l’application de la convention et le développement de la politique linguistique se heurte sur le terrain à des agissements non conformes à l’esprit de la Convention, malgré l’attitude apparemment conciliante de Monsieur le Recteur
  • Parce que nous avons tous beaucoup à perdre : un projet de classe bilingue est souvent un projet de longue haleine (2 ans à Laroque) et mobilise beaucoup d’acteurs et d’énergie. Echouer si prés du but, sans raison valable, alors que les conditions sont optimales, reviendrait à décourager sciemment les parents et les élus qui se sont investis dans le projet et à écorner sérieusement la crédibilité des opérateurs locaux, du Conseil Général et de la Région sur cet élément stratégique de la reconquête linguistique.

Association OC BI Aquitaine pour l’enseignement en occitan

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: