Grèva Generau

28 10 2010

Perqué Libertat apera a manifestar

Version òc et fr.

60 ans, qu’ei dejà tròp ! Las fòrças reaccionàrias que ns’ensajan de har créder que la refòrma de la retirada qu’ei ineluctabla, que va entau sens de l’evolucion. De l’evolucion deu capitalisme dilhèu, mes non pas entà l’evolucion de la societat qui volem ! Sosméter mei los tribalhadors en empachar tota emergéncia critica deu sistèma : qu’ei la rason principau d’aquera refòrma. Tots que sabem adara que podem trobar alhors moneda entà finançar las retiradas.

 

N’ei pas qu’ua question de volontat e de causida politica. Partatjam lo temps de tribalh e produsim de faiçon intelligenta !

Qu’èm nosauts qui decidim !
Inspirada de l’ancian cap de govèrn Raffarin, la maxima “N’ei pas la carrèra qui govèrna” qu’ei tornada en las declaracions de la dreta. Atau que’ns deverem carar e aubedir a la “democracia”, a las decisions d’un parlament e d’elegits qui an votat entà non pas estar pertocats per la refòrma. Aqueste sistèma n’a pas ni cap ni cuu e qu’ei aus òrdis deu capitau. Los elegits que son en teoria la representacion de la votz deu pòble mes uei ne’s representan pas qu’eths-medishs. Demandem lo dret de’us revocar a tot moment !

N’i a pro de la dictatura de París !

President, govèrn, deputats e senators : tots amassats a París, que decidín entà nosauts. En l’Estat francés tot qu’ei vist despuish l’uelh de París, e decidit segon los interès d’ua eleit. Que se’n va temps de cambiar aqueste sistèma centralizat e de bastir lo “víver e decidir au país”. Las alternativas locaus que son ua solucion tà quasi tots los problèmas societaus qui patéishem uei, per’mor que son elaboradas despuish la basa, per la basa.

N’esperam pas 2012 !
La dreta, los centristas, mes tanben los socialistas, que volerén concentrar tota l’atencion tà las eleccions presidenciaus venideras. Non cadem pas dens aqueste tracanard, ne cau pas desbrembar lo Partit Socialista ne s’opausa pas formaument au perlongament de l’atge de despart tà la retirada. Non comptam pas dab eths. La luta contra la regression sociau e entà navèths drets que’s basteish per carrèras, pas a l’Elysée !

Que cau blocar l’economia !
Qu’ac avem comprés despuish bèra pausa : las manifestacions tradicionaus, importantas o non pas, ne son pas sufisentas entà har capvirar la tendéncia. Entà har cap a un Estat shord, que’s cau atacar a çò mei important tad eth : l’economia. En blocar los transpòrts, los centres comerciaus, las usias, que tocam au còr deu sistèma. Qu’ei uei la sonque solucion entad impausar la nosta votz, la deu pòble. N’esperam pas entà sostiéner e participar a totas las accions qui van en aqueste sens !

 

Version française :

60 ans, c’est déjà trop!
Les forces réactionnaires essayent de nous faire croire que la réforme des retraites est inéluctable, qu’elle va dans le sens de l’évolution. De l’évolution du capitalisme peut-être, mais pas de l’évolution que nous voulons. Soumettre plus les travailleurs en empêchant toute émergence critique du système: c’est la raison principale de cette réforme. Nous savons tous maintenant que nous pouvons trouver ailleurs l’argent pour financer les retraites. Ce n’est pas qu’une question de volonté mais de choix politique. Partageons le temps de travail et produisons de façon intelligente.

C’est nous qui décidons!

Inspirée de l’ancien chef du gouvernement Raffarin, la maxime « Ce n’est pas la rue qui gouverne” est revenue dans les déclarations de la droite. Ainsi, on devrait se taire et obéir à la « démocratie”, aux décisions d’un parlement et d’élus qui ont voté pour ne pas être touchés par la réforme. Ce système n’a ni queue ni tête et est sous les ordres de la bourgeoisie. Les élus sont en théorie la représentation de la voix du peuple mais aujourd’hui, ils ne représentent qu’eux. Demandons le droit de les révoquer à tout moment.

Il y en a assez de la dictature de Paris.
Président, gouvernement, députés et sénateurs: tous rassemblés à Paris, ils décident pour nous. Dans l’État français, tout est vu selon l’œil de Paris et décidé selon les intérêts d’une élite. Il est temps de changer ce système centralisé et de bâtir le « Vivre et décider au pays”. Les alternatives locales sont une solution à tous les problèmes sociétaux dont nous souffrons aujourd’hui, parce qu’ils sont élaborés depuis la base, pour la base.

N’attendons pas 2012!

La droite, les centristes, mais aussi les socialistes voudraient concentrer toute l’attention sur les élections présidentielles à venir. Ne tombons pas dans ce traquenard, il ne faut pas oublier que le Parti Socialiste ne s’oppose pas formellement au prolongement de l’âge de départ à la retraite. Ne comptons pas sur eux. La lutte contre la régression sociale et pour de nouveaux droits se bâtit dans la rue, pas à l’Élysée.

Il faut bloquer l’économie !

Nous l’avons compris depuis longtemps : les manifestations traditionnelles, importantes ou pas, ne sont pas suffisantes pour inverser la tendance. Pour faire face à un État sourd, il faut s’attaquer à ce qu’il y a de plus important pour lui : l’économie. En bloquant les transports, les centres commerciaux, les usines, nous touchons au cœur du système. C’est au jour d’aujourd’hui la seule solution pour imposer notre voix, celle du peuple. N’attendons pas pour soutenir et participer à toutes les actions qui vont dans ce sens !

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: