LGV

18 06 2010

De las manifestacions de l’ivèrn passat, podèm esperar una mobilizacion hòrta en Gasconha, entà s’opausar au projècte de Linha de Granda Vitèssa.
Presents dempuish la debuta dens lo combat, Libertat prepausèva l’organizacion d’una accion hòrta, dab un referendum sus l’ensèm de las comunas pertocadas peu projècte. Unas detzenas de comunas organizèren, fin finau, una « votacion ciutadana » dens l’indiferéncia totau, la dimenjada de las eleccions regionalas.
Non podem pas que nse’n saber mau, d’aquera manca d’organizacion e de las pelejas politicianas que patit la mobilizacion anti-LGV. Las eleccions regionalas de març ne son una causa. Entre los dus torns, Europe Ecologie sacrifiquèt la luta anti LGV en nom de la real politik. Podoren defénder lo projècte de LGV sus las linhas qu’existissen dejà, la realitat es de mau engolir.
Lo 31 de mai se debanèt en Bordèu lo comitat de pilotatge (Copil) deus « Grans Projèctes deu Sud-Oest ». E un pas màger estot hèit gèir, dab la definicion deu corredèir de 1000m qu’i passarà d’aqui dètz ans la LGV Bordèu-Tolosa, e Bordèu-Pais Basco.
Après las mobilizacions de l’ivèrn, e entad apatzar daubuns eslams, l’Estat francés avè tirat deu capèth la potinga magica : « la concertacion », entà har passar mielhs lo traçat de la LGV a las gents pertocadas. Ailàs, au sortir de l’amassada, podem considerar que Gasconha pagarà car aquesta LGV.
Dens lo Sud Gironda, las gravas non seràn pas contornadas, au degrèu deus viticultors que pensèvan d’estar estats audits, e qu’esperèvan las soas demandas serén presas en compte.
La situacion estot resumidas fòrt plan per un jornau locau : « RFF non tinot pas compte deus arguments deu conse. Aquò amuisha los limits d’aquera mena d’agis. Charrar dab aqueras gents, non servis pas briga. A la fin finau, eths an rason, tostemps. Nosautes, poblacion locau, ne’n tiraram pas cap profit. D’alhors, qui troba interest d’anar mei lèu a Paris ? »
Lo sonque Pais Basco se’n tira drin mielhs –que l’organizacion de la luta es estada acerà hòrt mei estructurada que non pas en Gasconha, çò qu’a d’estar plan compres. La LGV non passarà pas sus regon, e diuré estar sepelida la mitat deu camin, entà limitar l’impacte deu traçat.
Aqui la dralha decidida peu Copil n’es pas oficializada, ça-que-la. Diu estar prepausat a la signatura deu ministèri de l’Equipament, mès sembla pauc probable que l’Estat dèssi endarrèir, susquetot dab la mobilizacion escassa de la prima.
Totun, es encara temps d’amuishar la nòsta opausicion au projècte. Se sap hòrt plan qu’es mau adobat financeirament aqueste projècte. E rai si lo Copil causit lo projècte mensh car, diven encara trobar la beròja soma de 155 milions d’euròs. E com per totas las òbras d’aquera amplor, la factura finau serà bissè mei pesuga encara.
Uèi lo dia, mei que mei, am de contunhar la luta. Nos fau analisar lèu-lèu çò que non foncionèt dens la nòsta mobilizacion, e tornar au patac. Libertat GN perpausarà d’aqui lèu una analisi mei completa pertocant l’amenatjament deu territòri e los transpòrts.


Les manifestations de l’hiver dernier pouvaient, malgré tout, nous faire espérer une mobilisation forte en Gascogne, pour refuser le projet de Ligne à grande Vitesse.
Présent depuis le début dans le combat, Libertat proposa même l’organisation d’un acte fort avec un réferendum sur l’ensemble des communes concernées par le projet. Seules quelques dizaines de communes organisèrent une « votation citoyenne » dans l’indifférence totale le wek end des élections régionales.

Nous ne pouvons que regretter l’inorganisation et les batailles politico polititiennes qui ont gangréné la mobilisation anti LGV. Les élections régionales de mars 2010 en sont une des causes. Entre les deux tours Europe Ecologie a sacrifié la lutte anti LGV au nom de la real politik. Meme si pour se défendre ils avanceront l’idée de défendre le projet de Lgv sur les lignes existentes, la réalité est bien plus dure à accepter

Le 31 mai s’est déroulé à Bordeaux le comité de pilotage (Copil) des « Grands Projets du Sud-Ouest ». Et une étape essentielle a été franchie hier avec la définition du couloir de 1000 mètres qu’empruntera dans dix ans la future LGV entre Bordeaux-Toulouse et Bordeaux Pays Basque.

A la suite des mobilisations de l’hiver et pour calmer certaines ardeurs, l’Etat français avait sorti de son chapeau le remède magique « la concertation » afin de rendre le tracé de la LGV plus digeste pour les personnes les plus concernées par le projet.
Hélas à la sortie de cette réunion, nous pouvons considérer que la Gascogna va payer un lourd tribu pour La LGV.
Dans le Sud-Gironde, la ligne à grande vitesse sud ne contournera pas la zone d’appellation des Graves. Au grand dam des viticulteurs qui pensaient avoir été entendus et comptaient sur un ultime revirement de situation.
La situation a été parfaitement résumée par une personne interviewée pat un quotidien local:« RFF n’a pas tenu compte des arguments du maire. Cela montre bien les limites de ce style de démarche. Aller discuter le bout de gras avec ces gens-là, ça ne sert à rien. Au bout du compte, ce sont eux qui auront toujours raison. Nous, population locale, ne tirerons aucun avantage. Qui a d’ailleurs intérêt à aller plus vite à Paris ?
Seul le Pays Basque s’en sort moins mal où l’organisation de la lutte LGV a été beaucoup plus structurée qu’en Gascogne et nous devons en prendre conscience.La LGV ne passera pas sur remblais et sera en principe enterrée sur la moitié de la distance la voie ferrée pour limiter l’impact du tracé.

Le fuseau arrêté par le Copil réuni à Bordeaux n’est pas encore toutefois officiel. Il doit être soumis pour signature au ministère de l’Équipement mais il semble difficile que l’Etat fasse marche arrière surtout avec le peu de mobilisation de ce printemps
Pourtant il est encore temps de montrer une franche opposition à ce projet. Nous savons très bien que le projet est mal ficelé financièrement. Meme si le Copil a choisi le projet le moins cher ils doivent trouver pour l’instant la coquette somme de 155 millions. Comme tous « grands travaux » la facture finale risque d’être bien plus élevée;
Aujourd’hui plus que jamais nous devons continuer à lutter contre ce projet. Nous devons analyser très vite ce qui n’a pas fonctionné dans la mobilisation anti LGV et devons repartir de l’a vant. Libertat Gn va proposer d’ici quelques emaines une analyse plus complète sur l’aménagement du territoire et les transports en particulier.

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: