GRAVA E PROFITS CAPITALISTAS

14 05 2010

GRAVA E PROFITS CAPITALISTAS

Dempuish segles que non gaudís pas mei de poders economics e politics pròpis, Occitània patís una dominacion dont pòrta sus mantun maines. Çò mei evident, e mei plan coneishut uèi-lo-dia, es la dominacion culturau : la lenga occitana es negada, sepelida, e non pòt pas que suberviver a pro penas. Mès podem concéber l’ensèm de la situacion en l’espaci occitan com marcat per mantuna dominacions mei pregondas : principaument una dominacion politica –estant que los poders de decisions non se tròban pas suu territòri occitan– e una dominacion economica. Daubuns cercaires e analistes occitans parlèren atau d’una situacion de colonialisme que caracteriza los rapòrts entre los tribalhadors occitans e los poders que’us mestrejan.

Am dejà tractat dens aqueras paginas d’aquesta situacion, per exèmple au parat d’una descripcion de l’accion de las Autoroutes du Sud de la France suu territòri occitan e suus poblants (A Huèc #25, junh de 2009). Un aute cas, benlèu mei caracteristic encara de la situacion que patissem, es lo de l’espleitacion de gravèiras drin pertot dens lo nòrd de Gasconha.

graviera1-2De hèit, sabem que dens la màger part deus cas de colonialisme, las riquessas naturaus deus territòris colonizats constituiren una de las rasons principaus de la dominacion (la fruta de las Antilhas, la husta e lo sucre deu Brasiu, lo gas e lo petròle d’Argelia…). La semblança deu nòste cas, atau, que truca : am aqui un gran grop horastèir qu’espleita la riquessa d’un parçan, shens gaire se chepicar per las poblacions locaus.

GSM, l’espleitant principau dens lo nòrd de Gasconha es un grop eishit d’Italcementi, grop italian que tanben possedis lo cimentèir Calcia, lo fabricant de beton Unibeton e mantuna enterpresas encara. Aqueste grop es donc, ic vedem, un gigant dens lo son sector, çò qu’es confirmat per las chifras. Per l’estat francés e Belgica, GSM qu’emplega 880 salariats, dens 90 gravèiras o espleitacions, e que vend 31 milions de tònas de granulats per una chifra d’ahar de 370 milions d’euròs. E son repartits los beneficis entre tots los salariats ? La responsa que’s tròba dens la question… Mei grand encara, Italcementi, grop multinacionau implantat dens 22 estats, emplega 22000 salariats per una chifra d’ahar de 6 miliards d’euròs. Que vedem donc l’importància d’aquestas enterpresas, e los beneficis que tiran de l’espleitacion de las matèiras purmèiras.

Atau, la grava occitana n’aprofita pas briga aus occitans. L’argument qu’emplegan sovent per justificar taus accions es coneishut : crean emplecs, e los proprietaris deus terrenhs son contents de’us vénder. Mès vedem dens lo cas de GSM quau es la realitat : son 880 emplegats per 90 carrèiras, es dider mensh de 10 salariats per cada siti. Crean emplecs, òc, mès quantes ? Egau, per vénder terrenh a GSM, que cau estar proprietari, e dens la màger part deus cas non son pas las comunas dont son proprietàrias. Los beneficis de las ventas n’aprofitan pas donc tanpauc a la poblacion sancèira, sinon a gents isolats dont n’avèn generaument pas grand besunh d’aquestes dinèirs.

Mei d’aquò, que sabem plan l’argument deus salaris non ten pas jamei lo còp entà justificar l’implantacion o la preséncia d’una enterpresa capitalista. Entà percéber la realitat economica mei precisament, se cau pausar la question de la mei-valua que realiza l’enterpresa, un còp sortit los costs umans (los salaris) e tecnics (las maquinas). Justament, vedem qu’es aquesta mei-valua çò mei important, lo factor determinant per las enterpresas capitalistas. La mei-valua organiza lo sistèmi liberau, e motiva los investissors a se desplaçar per viner panar las riquessas deus autes. E dens lo cas de las gravèiras de Gasconha, aquesta mei-valua que hugis hòra d’Occitània, entà beneficiar aus accionaris deu grop Italcementi (l’accionari majoritari n’es Italmobiliare, holding financèira italiana, que sons interests non semblan pas gaire comuns aus d’Occitània). Los beneficis efectuats gràcias aus tribalhadors e susquetot gràcias a las riquèssas naturaus deu parçan ne serviràn pas briga ad aqueste parçan, mès a accionaris que tornaràn investir dens çò que volen, o deisharàn dromir aquestes dinèirs sus comptes dejà harts.

La poblacion autoctòna, per contre, que pòt percéber los cambiaments terribles que GSM impausa au territòri. Sèuva destraucada per detzenas d’annadas (un còp la grava es estada panada tota, GSM se’n va, e que deisha traucs de milions de mètres-cubes que la vegetacion non s’i torna pas pravar avant pausa), camions que passan shens s’arrestar e que destraucan las rotas – ne parlam pas aqui deus problèmas de brut dens los vilatges… Cau véder tanben qu’aqueste processus d’espleitacion intensiva de la grava n’es pas un problèma navèth en Gasconha. Sabem dejà los efèits deu dragatge de Garona sus la fauna pissicòla, e la soa implicacion dens lo despoplament de las espécias istoricas de Garòna (anguilas, alòsas, creacs…). Dempuish cincanta ans, las errors hèitas dens lo cas de Garòna se son a tornar har dens la sèuva vesina. Shens digun, poblacion o politics, pòsqui interviner fàcia aus interests deus capitalistas. La nòsta vutz non pòt pas estar carada mei, e s’organizar en tant qu’occitan es l’unic biais per acarar las violéncias que nòste pòble patis.

GRAVE ET PROFITS CAPITALISTES

Depuis des siècles qu’elle ne jouit plus de pouvoirs économiques et politiques propres, l’Occitanie subit une domination qui porte sur plusieurs secteurs. Le plus évident et le mieux connu aujourd’hui est la domination culturelle : la langue occitane est niée, enterrée et ne survit qu’à grande peine. Mais on peut concevoir l’ensemble de la situation dans l’espace occitan comme marqué par plusieurs dominations plus profondes, découlant principalement de la domination politique –puisque les pouvoirs de décision ne se trouvent pas sur notre territoire – et de la domination économique. Plusieurs chercheurs et analystes occitans ont ainsi pu parler d’une situation de colonialisme qui caractérise les rapports entre travailleurs occitans et les pouvoirs qui les gouvernent.

Nous avons déjà traité cette situation dans ces pages, par exemple à l’occasion d’une description de l’action des Autoroutes du Sud de la France sur le territoire occitan et sa population (A Huèc #25, juin 2009). Un autre cas, peut être plus caractéristique encore de la situation que nous vivons, est celui de l’exploitation de gravières un peu partout dans le nord Gascogne.

Nous savons en effet que dans la plupart des cas de colonialisme, les ressources naturelles des territoires colonisés ont constitué une des raisons principales de la domination (les fruits des Antilles, le bois et le sucre du Brésil, le gaz et le pétrole d’Algérie…). La ressemblance avec le cas qui nous intéresse est frappante : nous avons ici un grand groupe étranger qui exploite la richesse d’un territoire, sans guère se préoccuper des populations locales.

gravièra2-2GSM, l’exploitant principal dans le nord Gascogne, est un groupe issu d’Italcementi, groupe italien qui possède également le cimentier Calcia, le fabricant de béton Unibeton, parmi bien d’autres entreprises. Ce groupe est donc, nous le voyons, un géant de son secteur, ce que les chiffres confirment : pour l’État français et la Belgique, GSM emploie 880 salariés, dans 90 gravières ou exploitations, et vend 31 millions de tonnes de granulés pour un chiffre d’affaire de 370 millions d’euros. Les bénéfices sont ils répartis entre les salariés ? La réponse est dans la question… Plus grand encore, Italcementi, groupe multinational implanté dans 22 états, emploie 22000 salariés pour un chiffre d’affaire de 6 milliards d’euros. On voit donc l’importance de ces entreprises, et les bénéfices qu’elles retirent de l’exploitation des matières premières.

Ainsi, la grave occitane ne profite pas le moins du monde aux Occitans. L’argument souvent employé pour justifier ces agissements est connu : des emplois seraient créés, et les propriétaires des terrains sont bien contents de les vendre. Mais nous voyons, dans le cas de GSM, quelle est la réalité : 880 employés pour 90 carrières, c’est à dire moins de 10 salariés par site. On crée des emplois, oui, mais combien ? De même, pour vendre du terrain ou louer des concessions à GSM, il faut être propriétaire, et dans la plupart des cas ce ne sont pas les communes qui le sont. Les bénéfices des ventes ne profitent donc pas non plus à la population dans son ensemble, mais plutôt à des personnes isolées qui n’ont généralement pas besoin de cet argent.

De plus, nous savons que l’argument des salaires ne tient pas le coup pour justifier l’implantation ou la présence d’une entreprise capitaliste. Pour percevoir la réalité économique plus précisément, il faut se poser la question de la plus-value réalisée par l’entreprise, une fois sortis les coûts humains (les salaires) et techniques (les machines). Justement, nous voyons que c’est bien cette plus-value l’important, le facteur déterminant pour les entreprises capitalistes. La plus-value organise le système libéral, et motive les investisseurs à voler les richesses des autres. Dans le cas des gravières gasconnes, cette plus-value file hors d’Occitanie, pour bénéficier aux actionnaires du groupe Italcementi (l’actionnaire majoritaire en est Italmobiliare, holding financière italienne, dont les intérêts ne semblent pas vraiment concorder avec ceux de la population occitane). Les bénéfices effectués grâce aux travailleurs, et surtout grâce aux richesses naturelles d’un territoire, ne serviront pas les populations de ce territoire, mais des actionnaires qui réinvestiront ensuite dans ce qu’ils voudront, ou bien laisseront dormir cette monnaie dans des comptes déjà bien pleins.

La population autochtone, par contre, peut percevoir les changements terribles que GSM impose au territoire. Une fois la forêt détruite pour des dizaines d’années, GSM s’en va en laissant des trous de millions de mètres cubes, où la végétation ne repousse pas avant un bon moment. Les camions y passent sans s’arrêter, détruisent les routes – et nous ne parlons pas des nuisances sonores dans les villages traversés… Il faut voir que le processus d’exploitation intensive de la grave n’est pas un problème nouveau en Gascogne. Nous connaissons déjà les effets désastreux du dragage de la Garonne sur la faune piscicole, et son lien avec le dépeuplement des espèces historiques du fleuve (anguilles, aloses, esturgeons…) Depuis cinquante ans, les erreurs faites dans le cas de la Garonne se reproduisent dans la forêt voisine. Sans que personne, population ou politiques, ne puisse intervenir face aux intérêts capitalistes. Notre voix ne peut plus être occultée, et s’organiser en tant qu’Occitans est l’unique façon de faire face aux violences que notre peuple subit.

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: