Contra tots los racismes

22 10 2009

CONTRA TOTS LOS RACISMES

L’informacion que deferlèt com un tsunami : lo 5 de seteme passat, Brice Hortefeux, ministre de l’interior de l’estat francés, que se’n prenè ad un militant UMP de las lanas dab una formula autantlèu immortalizada : « Quand il n’y en a qu’un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup que ça pose des problèmes ». Lo hons de l’afirmacion, e la vertat suu sens d’aqueras paraulas, n’estot pas coneishut : las versions que s’encadenèren, tantplan com los desmentits, e dens aquò l’opausicion pseudo-socialista se credot préner un ròtle de justicèir en crear e nèurir l’escandau. Quan n’an pas de hons politic, aquí çò dont preoccupa, aquí çò dont hè víver.

Lavetz bissè l’ahar non renvièva pas au racisme lo mei violent, e en tot cas pas a las fòrmas las mei dangeirosas e condamnablas de racisme. Milhor dit, ne n’èm pas aquí a l’agression racista practicada peus grops mei violents e mei actius (lo Blòc Identitari per exèmple); ne demoram a la fòrma la mei leugèira : la plasentaria racista, o xenofòbe, que constituís pertant lo punt de parténça de la sociabilizacion de las idèas racistas. Per aquò a daun d’estar analizada en prigondor, e d’un punt de vista occitan –que’s diferenciarà fondamentaument deu punt de vista francés sus la question.

Tots los racismes que son de condamnar e d’estar denonciats, shens excepcion. D’aquesta punt de vista la rectificacion causida per M. Hortefeux qu’es autant dolenta com la soa purmèira paraula. En destinar las soas paraulas aus auvernhats, M. Hortefeux –personalitat publica en carga d’un ministeri d’estat– non diminua pas la portada racista deus sons mòts, mès la dobla meilèu ! Qu’es donc deu nòste ròtle de’ns opausar ad aqueth mesprès dont nos pertoca regularament, en muishar que lo pòble occitan a tant de drets com los autes au respècte public.

De hèit, e encara que l’inconscient colectiu n’ic percebossi pas atau, las atacas cap aus arabes o aus negres que son tant dolentas e tant grèvas com las atacas cap aus auvernhats o aus marsilhés. Susquetot, quand una minoritat es atacada, estossi per sonques paraulas, totas las minoritats son atacadas. Entà tornar préner una formula celebra –e pas tostemps utilizada dab dignitat– : tots qu’èm auvernhats ! Mès aquí se pausa lo problèma de consciéncia de nosautes-medishes que patíssem : lo pòble occitan, inconscient de la soa existéncia e deus sons drets, que demòra quasi totaument apatic quand es atacat –e dens mantun cas, que s’arrid dab l’agressor, quand n’es pas eth-medish que s’auto-ataca (cf. Nicolau Cantalop o Patric Bòsso…)

Atau, se pòt eslargir aquera compreneson d’un racisme anti-occitan a la quasi integralitat deu tractament public d’Occitània : la vision deu país qu’es amuishada dens serias com Plus Belle la Vie o Section de Recherches (que los trets de las culturas occitanas, de la situacion sociau, de la lenga e quitament de l’accent occitan ne son absoludament absents), mès tanben l’imatge qu’es balhada deus occitans a travèrs la publicitat, la critica culturau de massa (si los talk-shows e las emissions chic o mic culturau deus mediàs francés se pòden qualificar de criticas), las caricaturas arridolentas e compatissantas, o encara dens los reportatges folclorizants dens lo milhor deus cas, tot aquò que participa ad un processus raciste de denegacion e de devalorizacion deus nòstes caractèrs. Ne’us podem pas acceptar mei !

L’opausicion a çò que’s revela donc estar un racisme com los autes, per tant inutila e superficiau poscossi semblar, es una necessitat per l’afirmacion de la nòsta existéncia. En tant qu’occitans, solide n’am pas mei de drets que los autes, pas mei que los francés o los kabiles, mès solide tanben que n’am pas mensh. De deishar passar shens reaccion las atacas de M. Hortefeux e deus autes, participam au processus creator de vergonha qu’empacha la nòsta poblacion de se pensar occitana. Si volem bastir lo país, am de lutar a tota fòrça contre tots los arguments que’ns pausicionin com inferiors. Am de préner la nòsta plaça demiei los autes pòbles, shens demandar mei de drets mès shens acceptar tanpauc mei de ralhau que non pas los autes.

Contre tous les racismes

L’information a deferlé comme un raz-de-marée : le 5 septembre dernier, Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur de l’État français, s’en prenait à un militant UMP des Landes, par une formule aussitôt immortalisée : « Quand il n’y en a qu’un, ça va. Ç’est quand il y en a beaucoup que ça pose des problèmes ». Le sens profond de cette affirmation et toute la vérité sur la portée de ces paroles ne sont toujours pas connus : les versions se sont enchaînées, entrecoupées de démentis, avec au milieu de tout cela l’opposition pseudo-socialiste, qui crut sans doute bon de se présenter comme justicier en faisant éclater et en alimentant le scandale. Voilà ce dont vivent les organisations dénuées de fond politique.

Bien entendu, l’affaire ne relevait pas du racisme le plus violent, en tout cas pas des formes les plus dangereuses et facilement condamnables de racisme. Mieux dit : nous n’avons pas affaire ici à une agression raciste du genre de celles pratiquées par les groupes les plus violents et les plus actifs (Bloc Identitaire et consorts) ; ici nous restons à la forme la plus légère : la plaisanterie raciste, ou xénophobe, qui constitue pourtant le point de départ, bien souvent, de la sociabilisation des idées racistes. En cela, cette agression doit être analysée en profondeur, et d’un point de vue occitan –qui se différencie fondamentalement du point de vue français sur la question.

Tous les racismes doivent être condamnés et dénoncés, sans exception. De ce point de vue la rectification choisie par M. Hortefeux est aussi douloureuse que ses premiers mots. En visant les Auvergnats, M. Hortefeux –personnalité publique en charge d’un ministère d’état– ne diminue pas la portée raciste de ses mots, mais la double plutôt ! Il est donc de notre rôle de nous opposer au mépris qui nous touche régulièrement, en montrant que le peuple occitan a autant le droit que les autres au respect public.

En fait, et bien que l’inconscient collectif ne le percoive pas ainsi, les attaques contre les Arabes ou les Noirs sont aussi violentes et graves que les attaques contre les Auvergnats ou les Marseillais. Surtout, lorsqu’une minorité est attaquée, même si ce ne sont que des paroles, toutes les minorités sont attaquées. Pour reprendre une formule célèbre –bien qu’utilisée parfois sans beaucoup de dignité– : nous sommes tous des Auvergnats ! Mais là se pose le problème de conscience de nous-mêmes dont nous souffrons : le peuple occitan, inconscient de son existence et de ses droits, reste la plupart du temps totalement apathique lorsqu’il est attaqué – et bien souvent, rit avec l’aggresseur quand il ne s’auto-attaque pas lui même (cf. Nicolas Canteloup ou Patrick Bosso).

Ainsi on peut élargir cette analyse du racisme anti-occitan à la quasi-intégralité du traitement public de l’Occitanie : la vision du pays que l’on montre dans des séries comme Plus Belle la Vie ou Section de Recherches (dans lesquelles les traits occitans, culturels, sociaux, linguistique et jusqu’à l’accent caractéristique de notre façon de parler sont totalement absents), mais également l’image des Occitans qui est présentée à travers la publicité, la critique culturelle de masse (si les talk-shows et les émissions plus ou moins culturelles des médias français peuvent être ainsi appelées), les caricatures comiques ou compatissantes, ou encore les reportages folklorisants dans le meilleur des cas, tout ceci participe à un processus raciste de dénégation et de dévalorisation de nos caractères. Nous ne pouvons plus l’accepter !

L’opposition à ce qui se révèle donc être un racisme comme les autres, bien qu’elle puisse paraître inutile et superficielle, est une nécessité pour l’affirmation de notre existence. En tant qu’Occitans, il est évident que nous n’avons pas plus de droits que les autres, pas plus que les Français ou les Kabyles, mais il est également évident que nous n’en avons pas moins. En laissant passer sans réaction les attaques de M. Hortefeux et des autres, nous participons aux processus créateur de honte qui empèche notre population de se penser occitane. Si nous voulons bâtir notre pays, nous devons à tout prix lutter contre tous les arguments qui nous présenteraient comme inférieurs. Nous devons prendre notre place parmi les autres peuples, sans demander plus de droits mais sans accepter non plus les moqueries et le racisme de ceux qui nous dominent.

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: