Retorn sus l’enquista socio-lenguistica en Aquitània

26 08 2009

En mai pareishot l’enquista socio-lenguistica d’Aquitània (los resultats ne son disponibles suu siti). Aquí la purmèira partida d’una comunicacion d’un enquistaire simpatisant d’Anaram Au Patac. La dusau partida que serà publicada dens lo numerò de seteme, mès qu’es dejà disponible en escríver a gasconha.nord@libertat.org.
Qu’ac sabem, n’es pas tostemps aisit de bolegar las institucions suu dossièr de l’occitan. Urosament, a còps qu’avem la suspresa de véder vàder iniciativas directament d’aqueras (si, si, aquò existeish…).
Bon evidentament, que i a tostemps ua ajuda deu mitan occitanista a la debuta (non cau pas somiar tanpauc). Estó, e es enquera lo cas en Aquitània, dab la navèra politica de la Region, aperada naturaument l’Amassada. Enfin, navèra, navèra, qu’es aisit de díser, pr’amor que’n hèit la bèstia comença d’aver quauquas annadas au comptador. Més cadun sap que la talha e lo pès de la region ajudan pas a un demarratge lèu hèit de que que sia…
Mesa en plaça de l’enquista
Alavetz l’Amassada, après s’estar amassada mantuns còps, après aver decentralisat las soas amassadas, après las aver divididas en comissions d’amassada, après aver tornarmei amassat las soas amassadas, es arribada a la conclusion que calèva har quauquarren. Aquiu, que t’an botat los mejans : participacion deus conselhs generaus (los Pirinèus Atlantics qu’an quitament alongat la moneda tà har dus còps mei d’entervistas en Biarn), de la DRAC, deu Ministèri de la Cultura, un comitat d’experts (10 occitanistas, en majoritat professors de facultat, o actors regionaus de la vita associativa), un comitat de pilotatge (los representants de tots los departaments concernits)…e un budget en consequéncia, aquò va shens díser.
Après un appel d’offre (es la lei dens las institucions), la societat TelePerformance emportè lo mercat. TelePerformance, soi segur que coneishetz tots, es benleu la mei granda entrepresa francesa de « Management de centre de contact ». Compréner : los que vos van sonar en numerò mascat per vos vendre de Findus, ua assegurança o ua concession au cementèri. Adiu l’enquista de terrenh de pòrta en pòrta dab huèlhas jos lo braç e cafè (o armanhac) a la fin de la mièja-ora d’entervista. Manca de sòus e de temps, çò digó la Region. Urosament per la credibilitat d’aquera enquista, que los quites enemics de l’occitan ne’n pòden pas contestar la necessitat, la societat TP estó pro professionau, dab mesa a dispausicion de platèus (un telefòne e un ordinator per cada enquistaire deus vint presents cada jorn pendent un mes, mobilizacion deus cadres, de la direccion…), listings telefonics (classats per talha de comuna, departament, qu’avèvan quitament levat las praubas petitas comunas de lenga d’oïl de Gironda, es díser lo tribalh !) e tot lo rambalh.
La sola causa que’s pòt reprochar a la societat en question es benlèu ua formacion a l’occitan tròp viste hèita taus enquistaires frances (4 de 20 sonque èran occitanòfones), mes de quin biais explicar 2000 annadas d’istòria, nocions de linguistica (dialectologia, ultralocalismas…) e de sociologia en un vrespe, a monde qui n’es pas forçadament caud tà l’occitan e qui ne hé pas aqueth tribalh sonque tà minjar ?
Las practicas de la lenga.
Alavetz aquèra enquista, elaborada, ac avèm dit, per un comitat especiau, qu’èra plan pensada, sustot compte tienut deu hèit qu’ua enterpresa atau era inedita.
Tot era progressiu, dens lo biais de har, en començar per dessenhar un chic la persona qu’avèvam en fàcia (atge, profession, situacion…), puish son rapòrt dab lo territòri occitan (ont demòra, ont es vaduda, puish enfin las lengas que parlava). Hòrt pauc an respondut de tira « occitan » o quitament « patois » aquiu, quitament s’ac mestrejavan, pròba de la vergonha tostemps existenta deu monde. Calèva tornar formular la question (çò qu’èra judiciosament previst peu questionari) en un « A despart deu frances e de las lengas estrangieras, que parlatz o comprenetz ? », e, se ne desclarava tostemps pas, demandavan se sabèva qualas lengas eran parladas en Aquitània (aquiu tot lo monde disèva au mensh ua de las denominacions de l’occitan) e se la comprenèva o la parlava. Dab aquèra insistància e aqueth biais progressiu de har, la vergonha (ua vergonha tota relativa, qu’ac vederam mei tard) ne’s hasèva pas enténer mei.
Es aqui que la compétencia linguistica de l’enquistaire entrava en jòc : èra liure de perpausar a la persona de contunhar lo questionari en occitan, de l’enregistrar quitament, s’ac volèva plan. Las reaccions a aquera perpausicion estón plan diferentas segon lo monde, e plan representativas de l’estat de la lenga. Los ancians, per exemple, son de desseparar en duas categorias : los vergonhós, trucats que la Region los sone per lor parlar occitan (quauques uns an quitament engulat los enquistaires, de har aquò sonque adara, que quand èran mainats, eran empachats de parlar patois a l’escòla) e los urós, que vedèvan casiment un sòmi se realisar (sovent, n’an pas mei degun dab qui parlar). En tot cas, aquera perpausicion inabituala, susprenenta tà hòrt de monde, quasi hòla, hadó préner consciéncia a tot aqueths occitanòfones d’ua causa que n’avèvan benlèu pas envisatjat : la socializacion de la lenga. Segond «benefici colaterau involontari» de l’enquista.
Las questions sus la practica de la lenga èran plan precisas (nivèu, frequéncia, lectura, escritura, biais d’apréner, transmission intrà-familiau). Aquiu, pauc de suspresas : l’occitan s’apren totjorn dens la familha (mes l’escòla ganha terrenh) e s’i parla (tanben suu mercat, dens las hèstas, etc…), mes se transmet pas (20% sonque), se parla de mensh en mensh e es pas gaire lejuda o escrivuda. Per contra, la radiò que’s pòrta plan (en Dordonha es casiment ua persona de tres qu’escota o qu’a escotat l’emission setmanèra !), l’internet plan mensh. Fin finau, son un pauc mensh de 10% de la populacion que parlan occitan com cau e 45% que coneishen quauques mots o expressions atau.
Mes i a segurament una leugèira sos-estimacion, devuda shens nat dobte a aquera famosa vergonha : per exemple dens casiment tots los entertens realisats en occitan, l’enquistat desclarava pas tot compréner tot lo temps, mes en charrar drin, aquò apareishèva com faus. Estó parièr per los locutors, sovent lo monde ne gausavan pas díser que parlavan occitan, sustot un còp qu’èran au corrent que l’enquistaire, eth, parlava. Aquò podèva balhar situacions surrealistas, com de ne pas s’apercéber sonqu’a la fin deu questionari que la persona parlava occitan menter que non s’estancava de díser lo contrari, o enquera aquera, a qui l’enquistaire demandava « Me comprenètz ? » e que respondèva « Non, je ne comprends pas du tout. » O enqüèra aqueth, que, au contrari, un còp que l’enquistaire (occitanòfone) li aja explicat (en francés, com tostemps a la debuta) que l’enquista portava sus son patois, respondè (en occitan) avant de racrochar : « Aurén au mensh pòdut préner un tipe que parle patois tà har aquò ! ». Sembla que la vergonha toque pas lo monde parierament…
Aquiu qu’es necessari de s’estancar drin sus un detalh, fòrça de l’enquista (contrarament a la de 1997), es que a cap de moment lo mot d’ « occitan » n’estó impausat per l’enquistaire. La mira era de saber quin nivèu de vergonha avèva la persona. Alavetz èra liura de causir la denominacion que volèva e tant de temps coma ac volèva, qu’es a díser au mensh dinc a la question-clau « Pensatz que la vosta lenga es parlada dens tot lo Sud de França ? Avètz audit parlar de l’occitan ? Pensatz que la lenga que parlatz es diferenta o pas ? ». Aqui la responsa que harà se carar (qu’ac esperam) los nòstes amics de l’Institut Biarnes e Gascon anti-occitans : 72% de la gent disen que la lora lenga ES d’occitan o casiment (la dialectalizacion n’es pas de bon compréner tà tot lo monde…), e se tiram los 11% que ne sabèvan pas, son pas mei de 18%, majoritariament vielhs retirats (aquiu, l’estereòtipe qu’es verificat…). E fin finau, aqueths refractaris a tot ne representan pas mei de 1% de la populacion aquitana. Pr’amor que en generau, tot se ten : los que son ultra-localistas son tanben anti-sauvagarda de la lenga, e contrarament a çò que podem pensar, los non-occitans d’origina, los parisencs enter autes, que n’an pas nada rason personau d’aver hasti de la lenga, son puslèu dubèrts, sovent mei que los deu pais qu’s disen occitans…pròva que l’Occitània se pòt bastir dab tots e que lo mestissatge n’es pas briga un dangièr tà nosautes.

RETOUR SUR L’ENQUÊTE SOCIO-LINGUISTIQUE EN AQUITAINE
En mai paraissait l’enquête socio-linguistique d’Aquitaine (les résultats complets sont disponibles sur le site). Voici la première partie d’une communication d’un enquêteur, sympathisant d’Anaram Au Patac. La deuxième partie sera publiée dans A Huèc au mois de septembre. Vous pouvez d’ores et déjà vous la procurer en écrivant à gasconha.nord@libertat.org.
Nous savons qu’il n’est pas toujours aisé de remuer les institutions pour la question occitane. Heureusement, nous avons parfois la surprise de voir des initiatives découler directement de celles-ci.
Evidemment, l’aide du milieu occitaniste est toujours présente. Ça a été le cas (et ça l’est encore) en Aquitaine, avec la nouvelle politique de la Région, naturellement appelée Amassada. Enfin, nouvelle, c’est facile à dire : l’animal commence à avoir de la bouteille maintenant. Mais chacun sait que la taille et le poids de la région n’aide pas à un démarrage rapide de quoi que ce soit.
Mise en place de l’enquête.
Ainsi l’Amassada, après s’être réunie plusieurs fois, après avoir décentralisé ses réunions, après les avoir divisées en commissions, après avoir de nouveau réuni l’Amassada, est arrivé à la conclusion qu’il fallait faire quelque chose. Là, ils ont mis les moyens : participation des conseils régionaux (les Pyrénées Atlantiques ont même allongé la monnaie pour faire deux fois plus d’entretiens en Béarn), de la DRAC, du Ministère de la Culture, un comité d’experts (dix occitanistes, en majorité des professeurs de faculté, ou des acteurs associatifs régionaux), un comité de pilotage (les représentants de tous les départements concernés)… et un budget conséquent, cela va sans dire.
Après un appel d’offre (c’est la loi des institutions, forcées de déléguer ses initiatives au secteur privé en faisant jouer la concurrence), la société TéléPerformance a remporté le marché. TéléPerformance, vous connaissez : c’est sans doute l’entreprise la plus grande de France de « Management de centre de contact ». Comprenez : ceux qui vous appellent en numéro masqué pour vous vendre du Findus, une assurance ou une concession au cimetière. Aurevoir donc l’enquête de terrain en porte à porte, avec des feuilles sous le bras, et un café (ou un armagnac) à la fin de la demie heure d’entrevue. Manque de sous et de temps, prétextait la Région. Heureusement pour la crédibilité de cette enquête : même les ennemis de l’occitan ne peuvent pas en contester la nécessité. La société TP a fait preuve de professionalisme, en mettant à disposition des plateaux (un téléphone et un ordinateur pour chacun des vingt enquêteurs présent chaque jour pendant un mois, mobilisation des cadres, de la direction…), listings téléphoniques (classés par taille de commune, département – ils avaient même enlevé les petites communes de langue d’oïl en Gironde, c’est dire le travail)…
On ne peut reprocher qu’une chose à la société en question : la formation trop maigre à l’occitan pour les enquêteurs français (4 sur 20 étaient occitanophones), mais comment faire pour expliquer 2000 ans d’histoire, des notions de linguistique (dialectologie, ultralocalismes…) et de sociologie en un après-midi, à des gens qui nétaient pas forcément chauds pour l’occitan, et pour qui cette enquête était surtout alimentaire?
Les pratiques de la langue.
Cette enquête, élaborée par un comité special, était bien pensée, surtout compte-tenu du fait qu’une entreprise du genre était inédite.
Tout était organisé de façon progressive, en commençant par dessiner un peu la personne interviewée (âge, profession, situation…), puis son rapport avec le territoire occitan (où la personne demeure, où elle est née, puis enfin les langues qu’elle parle). Très peu ont mentionné immédiatement l’occitan, ou même le « patois », même lorsqu’ils le maîtrisaient, preuve de la gêne par rapport à la langue qui persiste. Il fallait alors reformuler la question (ce qui était judicieusement prévu par le questionnaire), en un « A part le français et les langues étrangères, que parlez vous ou comprenez vous ? », et s’il ne déclarait toujours pas, demanader si elle savait quelles langues étaient parlée en Aquitaine (ici tout le monde a cité au moins une des dénominations de l’occitan.)et si elle les comprenait ou parlait. Par cette insistance et cette façon de faire progressive, la vergonha1 (honte toute relative, nous le verrons plus tard), était éliminée.
C’est ici que la compétence linguistique de l’enquêteur entrait en jeu : il était libre de proposer à la personne de continuer le questionnaire en occitan, et même de l’enregistrer, s’il le voulait. Les réactions à cette proposition furent hétéroclites, selon les personnes, et très représentatives de l’état de la langue. Les anciens, par exemple, doivent être séparés en deux catégories : ceux mal à l’aise, surpris que le Conseil Régional les appelle pour leur parler en occitan (quelques uns sont allés jusqu’à engueuler l’enquêteur, qu’un tel entretien ne se produise que maintenant alors que l’Etat les empéchait de parler patois lorsqu’ils étaient enfants), et ceux qui s’accomodaient très bien de la situation, qui croyaient presque voir se réaliser un rève (souvent, ceux-ci n’ont plus personne avec qui parler occitan). En tout cas, cette proposition inhabituelle, surprenante pour beaucoup, presque folle, a fait prendre conscience à ces occitanophones d’une chose qu’ils n’avaient pas envisagé : la socialisation de la langue. Second bénéfice collatéral involontaire de l’enquëte.
Les questions sur la pratique de la langue étaient très précises (niveau, fréquence, lecture, écriture, façon d’apprendre, transmission intra-familiale). Ici, peu de surprise : l’occitan s’apprend toujours en famille (mais l’école gagne du terrain), et c’est en famille qu’on parle (mais aussi au marché, dans les fêtes, etc…). En revanche, la transmission familiale est en baisse (seulement 20%), on parle de moins en moins et la langue est très peu lue ou écrite.La radio se porte bien, en revanche (en Dordogne, quasiment une personne sur trois écoute ou a déjà écouté l’émission hebdomadaire), mais l’internet bien moins.
Finalement, on peut compter un peu moins de 10% de la population qui parle occitan correctement, et 45% qui connaissent quelques mots ou des expressions. Mais il y a certainement une légère sous-estimation, due sans doute à cette fameuse vergonha : par exemple, dans quasiment tous les entretiens réalisés en occitan, l’enquêté déclarait ne pas tout comprendre tout le temps, bien que la discussion révèle le contraire. De même, dans le cas des locuteurs, une grande partie n’osait pas avouer parler occitan, surtout lorsqu’ils étaient au courant que l’enquêteur, lui, parlait.On a pu ainsi être confronté à des situations surréalistes, comme de s’apercevoir seulement à la fin du questionnaire que la personne parlait occitan bien qu’elle ne cesse de dire le contraire, o encore celle-ci, à qui l’enquêteur demandait « Me comprenetz ? », et qui répondait « Non, je ne comprends pas du tout! »
Mais il persiste certainement une légère sous-estimacion, due sans doute à cette fameuse honte : par exemple, dans quasiment tous les entretiens réalisés en occitan, l’enquêté déclarait ne pas tout comprendre tout le temps, mais en discutant un peu, tout ceci se révélait faux. Il en est allé de même pour les locuteurs : souvent les gens n’osaient pas avouer qu’ils savaient la langue, surtout une fois appris que l’enquêteur, lui, la savait. On a pu ainsi rencontrer des situations surréalistes, où l’on ne s’apercevait qu’à la fin du questionnaire que la personne pouvait parler occitan, alors qu’elle s’était entêtée jusque là à affirmer le contraire. On peut encore mentionner cette personne à qui l’enquêteur demandait « Me comprenètz ? » (« vous me comprenez ? »), et qui répondait « Non, je ne comprends pas du tout. ». Ou bien encore celle ci qui, au contraire, une fois que l’enquêteur lui eût expliqué (en français, comme toujours au début) que l’enquête portait sur son patois, répondait (en occitan) avant de raccrocher : «Aurén au mensh podut préner un tipe que parle patois tà har aquò » (ils auraient au moins pu prendre quelqu’un qui parle patois pour faire ça). La honte ne touche pas tout le monde de la même manière, peut on penser…
Il est nécessaires ici de s’arrêter sur un détail, qui est également la force de cette enquête (contrairement à celle de 1997) : à aucun moment la dénomination d’« occitan » n’a étée imposée par l’enquêteur. L’objectif était de savoir quel niveau de honte avait la personne. Celle-ci était toujours libre de choisir la denomination voulue, au moins jusqu’à la question clef : « Pensez vous que votre langue est parlée dans tout le Sud de la France ? Avez vous entendu parler de l’occitan ? Pensez vous que la langue que vous parlez est différente ou pas ?
Les réponses ici feront taire, on peut l’espérer, nos amis de l’Institut Béarnais et Gascon, ainsi que les anti-occitans de toute obédience : 72% des gens dit que sa langue est l’occitan, ou quasiment (l’idée de dialectalisation n’est pas toujours facile à comprendre…), et si l’on enlève les 11% qui ne savait pas de quoi l’on parlait, il ne reste pas plus de 18%, en majorité des anciens et des retraités pour séparer leur patois de la langue occitane. Finalement, ces réfractaires ne representent pas plus de 1 % de la population d’Aquitaine. Car en général, tout se tient : les ultra-localistes patoisants sont également opposés à la sauvegarde de la langue, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, les non-occitans d’origine qui n’ont aucune raison de haïr notre langue, apparaissent plutôt ouverts, souvent plus que ceux qui se disent occitans… preuve que l’Occitanie peut se bâtire avec tous et toutes, et que le métissage n’est pas un danger pour nous.

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: