Resistir au nacionalisme francés

26 08 2009

Mei que jamei la resisténcia a l’imperialisme francés, au son nacionalisme e chauvinisme es uèi-lo-dia d’actualitat, e una necessitat bèra d’aquests torns de reaccion creishènta. E si «resistar es crear las navèras fòrmas, las navèras ipotèsis teoricas e practicas que siin a la hautor de l’escomesa actuau»1, alavetz aquera resisténcia non pòt pas estar una postura defensiva, un arreplec sus unas lutas e amiras, mès puslèu una offensiva totau, critica e creatriça, sus la basa deus nòstes drets nacionaus legitimes.
La dominacion de l’imperialisme francés, sii de la borgesia imperialista de la comunitat etnica francésa, sus las nacions dependentas e colonizadas de l’Estat francés, agis peu biais d’un encadrament ideologic (e atau d’una propaganda) poderosa, fòrt d’una experiéncia importanta de dominacion deus pòbles.
Lo pes de la dominacion aquesta, la natura d’aquest poder, la dificultat de’u combàter son pròpis de la «democracia» borgesa, atau com lo definis Noam Chomsky quant escriu : «Cau compréner que lo contaròtle ideologic es hòrt mei important dens las democràcias que non pas dens los estats que la dominacion s’i fonda sus la violéncia, e per consequent i es mei requist e eficaç… Taus qui cercan a tota fòrça la libertat, non pòt pas i aver de tasca mei pressanta que d’arribar a encapar los mecanismes e los metòds de l’endoctrinament. Que son causas aisidas de compréner dens las societats totalitàrias, mès qu’ic son hòrt mensh dens lo sistèmi de «lavatge de cervèth jos cubert de libertat» au quau sèm sosmes e que servissem tròp sovent com instruments consentants o inconscients»2.

Lo dògme.
L’ideologia purmèir, lo nacionalisme francés, se basa sus un dògme de vertat, lo de «França-Estat-nacion», qu’assimila l’Estat francés ad un Estat-nacion…
Consequéncia d’un proces de liberacion nacionau e de desvelopament de la consciéncia nacionau, expression acabada deu dret a l’autodeterminacion, a la separacion e a la creacion deu son pròpi Estat, l’Estat nacion qu’es tantplan l’unitat nacionau e l’unitat politico-territoriau.
Totun, lo proces «francés» de construccion de l’Estat qu’es desparièr, horastèir en partida a la constitucion d’un Estat nacion. Certas, es a l’encòp un fenomèn que a la hont proceda deu proces istoric de constitucion de l’Estat nacion, mès que va dab un aute proces, hèit d’annexions e d’integracions de pòbles e de territòris constituits e existints en dehòra de França. Aquest doble proces gavidat per las classas que dominan la comunitat etnica francésa que’ns mia en realitat a la constitucion non pas d’un Estat nacion mès d’un estat multi nacionau dominat per la comunitat etnica francésa.
Es donc a l’encòp «liberacion» de la comunitat etnica francésa, e una dominacion d’aquera suus autes pòbles que constituissen l’estat francés. Una liberacion qu’es tanben alienacion… Aqui las virguetas se justifican quand parlan de liberacion, pr’amor non se pòt pas ignorar que, com ic escrivot K. Marx : «Un pòble que subjuga un aute pòble se harga las soas cadenas pròpias»3.. Aquò signigica que l’aplicacion d’aquest dògme non pòt pas estar que politica dogmatica, reaccionaria, entà constrénher la realitat dens lo concept. N’oprimis pas shens que los pòbles dependants, mès tanben lo pòble francés. Cau soslinhar atau que lo combat d’emancipacion n’es pas virat contra la comunitat etnica francésa mès contre l’imperialisme francés, la borgesia imperialista au poder e los cèrcles financèirs que son aquest poder d’opression e de represion.
Lo nacionalisme francés qu’amaga tantplan l’existéncia deus pòbles dependants e deus sons trets nacionaus com los proces d’anexions e de dominacion, darrèir formulas tau com : «la Nacion es un sentiment e una rason»4, o encara, de la medisha mena, l’amna, lo principi spirituau, la volontat de viver amassa d’un Renan, la comunitat d’ideias, d’interests, de brembanças e d’esperanças d’un Fustel de Coulanges. Clinason deu dogme e «lavatge de cervèth de la democràcia», la borgesia francésa a possedit e possedis encara la soa intelligentsia qu’òbra tà dider çò que diu estar la societat, e non pas tà dider çò qu’es de vertat.
Lo «dògme» : «punt de doctrina establit o espiat com una vertat fondamentau e incontestabla (dens una religion, una escòla filosofica)». «Dogmatic» : «qu’exprimis los sons vejaires d’un biais peremptòri». Es plan atau que fonciona l’Estat-nacion. Aquera postura deus representants deu poder imperialiste francés, que que sii lo costat politic, es aquest «som dogmatic» dont parla Henri Lefèbvre qu’ic atau definiva :»Que comença quant lo que cred pensar s’estanca, s’acesta devath las soas formulas, renoncia a la dubertura e s’installa dens las certitudas que’s pensa acquesidas. Atau : que cred tenir e afirmir la vertat»5.
Vertat fondamentau, vertat de pas contestar, estanc de la pensada, formulas, refus de la dubertura, certitudas, tots los tèrmis que s’amassan entà nos har cubar la distància que’ns dessepara deu poder francés dens l’apròcha de la question nacionau e deu camin semiat de trabucs politics que ‘ns se pòt presentar davant.

La «Republica indivisibla».
Après lo dògme de «França Estat-nacion», qu’am aqui lo dusau verrolh, aqueth d’òrdi politic, que clava tot accès aus drets fondamentaus deus pòbles dependants de l’Estat francés.
L’article purmèir de la Constitucion enoncia : «França es una Republica indivisibla…». Aquò es solide, e se vòu definitiu e de pas negociar. L’Estat imperialiste dicta atau la termièra deus drets politics que los pòbles dependents e coloniaus non se pòden pas ni imaginar trespassar. Uns drets linguistics e culturaus be pòden estar conquesits, sovent après aver guastat una energia qu’es de mau imaginar. Mès cap dret politic serà reoneishut ad un pòble dependent o coloniau de l’Estat francés, e mensh encara lo dret fondamentau de tot pòble oprimit de s’autodeterminar, de se desseparar e de crear lo son Estat nacionau pròpi. Dret shens lo quau tots los autes non son pas que brigalhetas.
Las consequéncias d’aqueth principi de «Republica indivisibla» son expausadas clarament dens l’Estudi sus la compatibilitat entre Carte Europenca de las lengas regionaus e minoritàrias e la Constitucion francésa, per Guy Carcassone, professor de dret public a l’universitat de Paris X – Nanterre en seteme de 1998.
Que distinguis duas consequéncias :
Suu plan internacionau, n’i a pas qu’a brembar que lo nòste pais escartèt totjorn, per reservas explicitas, totas las dispausicions que l’aurén miat a reconéisher suu son territòri l’existéncia de minoritats (tèrmi impròpi quant se tracta d’evocar las nacions shens Estat -nòta de l’autor). Atau, per exèmple, de l’article 27 deu pacta de las Nacions Unidas relatiu aus drets civius e politics (Jornau Oficiau, 1èir de heurèr de 1981, p. 405) o encara de l’article 30 de la convencion relativa aus drets de l’en·hant (JO, 12 d’octobre de 1990, p. 12369), totas dispausicions que França considerèt com contràrias au principi d’indivisibilitat que consagra la soa Constitucion.
En dret intèrne, lo Conselh Institucionau qu’avot lo parat de’n precisar la portada dab mòts deus clars, quand censurèt la mencion hèita peu legislator deu «pòble còrs, compausanta deu pòble francés», que dishot «contrària a la Constitucions, la quau non coneish pas que lo pòble francés, compausat de tots los ciutadans francés, shens distinccion d’origena, de raça o de religion»6.
Non saurém pas estar mei clars ! Mès d’ajustar : «Dens aqueras condicions, non podem pas pensar[…], que la reconeishença de las lengas es equivalenta (o au mensh apresta) a las deus pòbles que las parlan, la quau reconeishença deus pòbles seré lavetz contrària a la constitucion»7.
Atau, reconeishénça deus pòbles, reconeishénça de las lengas non saurén pas estar envisatjadas peu poder imperialiste francés.

La sonque lenga francésa.
Lo tresau verrolh qu’es la politica linguistica oficiau dab lo son principi fondamentau : la lenga francésa exclusiva de tota auta lenga dens l’Estat francés. Estot Villers-Cotteret, puish l’escòla publica dab lo senhau (sistèmi de repression deus mainatges que parlèvan a l’escòla en occitan o en tota auta lenga), l’article 2 de la constitucion, puish lo rejècte de l’ensenhament de las lengas deus pòbles dependents segon lo metòd de l’immersion. Que sèm plan de la depuracion etnica, practicada en «democràcia». L’exclusion linguistica, l’integracion per l’assimilatcion, la dilucion deus tres etnics dens la comunitat etnica francésa.
Dens lo combat taus drets nacionaus deu pòble occitan, lo combat per la lenga es fondamentau. Lo son ensenhament, lo desvelopament de la soa socializacion entà tornar aucupar los espacis perduts, que son axes de combat e de resisténcia a la politica linguistica francésa.
L’article dusau de la Constitucion se presenta com un aute trabuc màger, en çò qu’es sistematicament avançat peus politics mès tanben per l’administracion. Qu’enoncia : «La lenga de la republica qu’es lo francés». Los autors se pòden deféner d’aver adoptat aquera modificacion de la Constitucion entà s’opausar a las lengas deus pòbles dependents mès puslèu a las lengas horastèiras, n’an pas per tant adoptat cap amendament de reconeishença de las lengas nòstas. Ne podem pas tanpauc considerar l’inscripcion de las lengas minorizadas dens lo preambul de la constitucion com una avançada importanta : aqueth amendament se contenta d’incluir las lengas regionaus au patrimòni francés, shens que’n sii en cap cas una reconeishença oficiau.
L’article 2, e las conclusions deu conselh constitucionau que hèn obligatòrias l’emplec deu francés entà comunicar dab l’administracion. L’us de las lengas deus pòbles dependents n’es pas jamei prohibit explicitament, mès se diu acompanhar de l’emplec imperatiu de la lenga francesa. «Dit d’un aute biais, la possibilitat, dens lo respècte de la Constitucion de s’exprimir en lenga regionau dens lo maine public es reau, mès ne pòt pas estar que limitada8».
Per çò qu’es de l’ensenhament de las lengas, lo camin entamiat per las escòlas bretonas Diwan, cap a la soa integracion dens lo servici public de l’Educacion nacionau qu’avot un gran meriti, lo de forçar lo poder francés dens unas pausicions que pas jamei s’i èra trobat dinc adara.
De hèit, tant que se tractèva de desbàter d’ensenhament de las lengas, deu caractèr opcionau o non, de las condicions de dubertura d’una classa, lo poder francés que caminèva sus una via coneishuda. Dab lo vejaire deu Conselh d’Estat amassat après las intervencions d’organizacions sindicaus francés, lo poder francés afichèt clarament la soa opausicion a la lenga deus pòbles dependents, en prohibir un vertadèir ensenhament, pr’amor aqueth tad estar eficaç, se diu organizar segon los principis de l’immersion, ensenhament de la lenga e ensenhament dens la lenga…
Totas las escòlas qu’ensenhèvan la lenga d’un pòble dependent segon lo biais de l’immersion, son estadas alavetz horabandidas de l’integracion a l’Educacion Nacion. Aqueras escòlas pòden seguir la soa activitat, mès hòra deu servici public d’educacion, en tant qu’escòlas associativas, d’estatut privat. Lo Conselh d’Estat anulèt tantplan l’arrestat deu 31 de julhet de 2001, qu’apitèva l’ensenhament bilingue a paritat orari. Tad aquò, que s’apujèt sus la lei Toubon de 1994 qu’afirma que la lenga de l’ensenhament e deus examens es lo francés, en arcastar una manca de garantias quand a una preséncia pro larga deu francés demiei l’ensenhament balhat en aqueras classas.
Atau se creèt un vuit juridic : demòran pas que dus articles de la lei Deixonne de julhet de 1951 d’integrats au Còde de l’educacion. Aqueths tèxtes non corresponen pas mei, totun, a la realitat pr’amor de la demanda de las bèras d’ensenhament de la lenga occitana.
Un còp de mei los còishes, pr’amor son lo nòste avenir, son descartats de la lenga deu son pòble, de la lenga deus pairs e arrèr-pairs.
Aquò prova qu’aqueth metòd pedagogic immersiu es essenciau cap a la transmission e la defénsa de la nòsta lenga. Aquò testimònia tanben de la plaça de la lenga francesa dens lo sistèmi de dominacion de l’imperialisme francés. Enfin, que’ns amuisha los limits de revendicacions que pòt acceptar lo poder.
Per çò que pertoca l’ensenhament deu francés, e lo nivèu dit tròp flac deus mainatges que sortissen de las escòlas immersivas, de qué dider lhevat qu’aqueth discors s’es hèit topic, e que gessis deus que troban pas cap argument en contre de las escòlas Calandreta.
L’Educacion Nacionau qu’a podut avalorar, e aquò dempuish pausa, aqueth nivèu que non pòt pas estar nat argument d’opausicion au metòd pedagogic immersiu.
Calandreta qu’existis dempuish 25 ans, Diwan (Bretanha) e Ikastola (Bascoat) dempuish mei de temps encara, e mantuns còps estot provat que los mainatges mestrejan au mensh autant plan com los autes la lenga francesa. Mei d’aquò que pòden gaudir deu apòrts deu bilinguisme, e de la dubertura cap a las autas lengas e las autas culturas.
Los problemas encontrats uèi-lo-dia peu servici public d’educacion dab l’illetrisme, que pertoca un nombre tròp bèth de còishes sortits deu sistèmi d’educacion cent de cent francés, que diuré incitar daubuns a pensar dab mei de discrecion e de modestia. Que poirén tanben espiar dab mei de calme lo nòste biais d’ensenhar, e i cúlher daubunas experiéncias, metòds e principis cap ad una renovacion progressista de l’ensenhament. Tad aquò, que carré totun sortir deu dogmatisme, deu conservatisme e deu nacionalisme francés.

RESISTER AU NATIONALISME ET A L’IMPERIALISME FRANÇAIS
La résistance à l’impérialisme français, à son nationalisme et chauvinisme, est aujourd’hui plus que jamais d’actualité et elle est une nécessité impérieuse en ces temps de réaction accrue. Et si : «résister, c’est créer les nouvelles formes, les nouvelles hypothèses théoriques et pratiques qui soient à la hauteur du défi actuel»1 alors cette résistance ne peut être une posture défensive, un repli sur quelques luttes et objectifs, mais au contraire une offensive totale, critique et créatrice, sur la base de nos droits nationaux légitimes.
La domination de l’impérialisme français, soit de la bourgeoisie impérialiste de la communauté ethnique française, sur les nations dépendantes et coloniales de l’Etat français, s’exerce au moyen d’un encadrement idéologique (et donc d’une propagande) puissant, fort d’une expérience de domination de peuples des plus importantes.
Le poids de cette domination, la nature de ce pouvoir, la difficulté de le combattre sont propres à la «démocratie» bourgeoise ainsi que cela est défini par Noam Chomsky lorsqu’il écrit: «Il faut noter que le contrôle idéologique est beaucoup plus important dans les démocraties que dans des Etats où la domination se fonde sur la violence, et il y est par conséquent plus raffiné et plus efficace… Pour ceux qui recherchent obstinément la liberté, il ne peut y avoir tâche plus urgente que d’arriver à comprendre les mécanismes et les méthodes de l’endoctrinement. Ce sont des choses faciles à saisir dans les sociétés totalitaires, mais elles le sont beaucoup moins dans le système du «lavage de cerveau sous régime de liberté» auquel nous sommes soumis et que nous ne servons que trop souvent en tant qu’instruments consentants ou inconscients.»2

Le dogme
L’idéologie d’abord, le nationalisme français, repose sur un véritable dogme, celui de la «France-Etat-nation» qui assimile l’Etat français à un Etat-nation..
Aboutissement d’un processus de libération nationale et de développement de la conscience nationale, expression aboutie du droit à l’autodétermination, à la séparation et à la création de son propre Etat, l’Etat nation est aussi l’unité nationale et l’unité politico-territoriale.
Or, le processus «français» de construction de l’Etat est autre, partiellement étranger à la constitution d’un Etat-nation. Certes, c’est à la fois, un phénomène qui, à l’origine, relève du processus historique de constitution de l’Etat-nation mais qui s’accompagne d’un processus autre, fait d’annexions et d’intégrations de peuples constitués en tant que tels ainsi que de leurs territoires. Ce double processus mené par les classes dirigeantes de la communauté ethnique française, aboutit en réalité à la constitution non d’un Etat-nation mais d’un Etat multi-national, avec domination de la communauté ethnique française.
C’est donc à la fois, «libération» de la communauté ethnique française et sa domination sur d’autres peuples. Une libération qui est donc aussi aliénation.. Ici les guillemets se justifient pour parler de libération car on ne peut ignorer que, comme l’écrivit K. Marx : « Un peuple qui subjugue un autre peuple se forge ses propres chaînes»3 Cela signifie que l’application de ce dogme ne peut être que politique dogmatique, réactionnaire, pour contraindre la réalité au concept. Elle n’opprime pas que les peuples dépendants mais également le peuple français. De souligner alors que le combat émancipateur n’est donc pas tourné contre la communauté ethnique française mais contre l’impérialisme français, la bourgeoisie impérialiste au pouvoir et les cercles financiers qui sont ce pouvoir d’oppression et de répression.
Le nationalisme français dissimule tant l’existence des peuples dépendants et de leurs traits nationaux que les processus d’annexions et de domination derrière des formules telles que : «la Nation est un sentiment et une raison»4 ou encore, dans le même registre l’âme, le principe spirituel, le désir de vivre ensemble d’un Renan, la communauté d’idées, d’intérêts, de souvenirs et d’espérances d’un Fustel de Coulanges. Déclinaison du dogme et «lavage de cerveau sous la démocratie», la bourgeoisie française a possédé et possède son intelligentsia qui oeuvre pour dire ce que doit être la société et non ce qu’elle est.
Le «dogme», «point de doctrine établi ou regardé comme une vérité fondamentale incontestable (dans une religion, une école philosophique)» et «dogmatique» : «qui exprime ses opinions d’une manière péremptoire» selon «Le Petit Robert». «Vérité fondamentale incontestable», exprimée «d’une manière péremptoire», c’est bien ainsi que le dogme de l’Etat-nation fonctionne Cette posture des représentants du pouvoir impérialiste français, quel que soit leur bord politique, est ce «sommeil dogmatique» pour reprendre Henri Lefèbvre qui le définissait ainsi : «Il commence lorsque celui qui croit penser s’arrête, s’abrite sous ses formules, renonce à l’ouverture et s’installe dans la certitude qu’il croit acquise. En bref: il croit tenir et affirmer la (une) vérité»5.
Vérité fondamentale, vérité incontestable, arrêt de la pensée, formules, refus de l’ouverture, certitude, tous les termes se rejoignent pour nous faire mesurer la distance qui nous sépare du pouvoir français dans l’approche de la question nationale et du chemin parsemé de blocages politiques qui peut se présenter devant nous.

La «République indivisible»
Le politique c’est le principe intangible de la «République indivisible».Après le dogme de «la France Etat-nation» nous avons là le deuxième verrou, celui-là d’ordre politique, qui ferme tout accès aux droits fondamentaux des peuples dépendants de l’Etat français.
L’article premier de la Constitution énonce: «La France est une République indivisible…» C’est ferme, cela se veut définitif et non négociable. L’Etat impétialiste dicte ainsi la limite des droits politiques que les peuples dépendants et coloniaux ne peuvent envisager de franchir. Des droits linguistiques et culturels peuvent être arrachés souvent après avoir déployé une énergie que l’on imagine peu. Mais nul droit politique n’est reconnu à un peuple dépendant et colonial de l’Etat français et certainement pas le droit fondamental de tout peuple opprimé de s’autodéterminer, de se séparer et de créer son propre Etat national. Droit sans lequel les autres droits ne sont que des miettes.
Les conséquences de ce principe de la «République indivisible» sont très clairement exposées lors de l’»Etude sur la compatibilité entre La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et la Constitution « par Guy Carcassonne, Professeur de droit public à l’Université de Paris X – Nanterre en septembre 1998.
Il distingue deux conséquences:
«Sur le plan international, il n’est que de rappeler que notre pays a toujours, par des réserves explicites, écarté en ce qui le concerne toutes les dispositions qui l’auraient conduit à reconnaître sur son territoire l’existence de minorités (terme impropre s’il s’agit d’évoquer les nations sans Etat – AS). Ainsi, par exemple, de l’article 27 du pacte des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques (Journal Officiel, 1er février 1981, p. 405) ou encore de l’article 30 de la convention relative aux droits de l’enfant (JO, 12 octobre 1990, p. 12369), toutes dispositions que la France a considérées, à juste titre, comme contraires au principe d’indivisibilité que consacre sa Constitution.
En droit interne, le Conseil constitutionnel a eu l’occasion d’en préciser la portée en termes extrêmement clairs, lorsqu’il a censuré la mention, faite par le législateur, du «peuple corse, composante du peuple français», qu’il a jugée «contraire à la Constitution, laquelle ne connaît que le peuple français, composé de tous les citoyens français sans distinction d’origine, de race ou de religion» 6.
On ne peut être plus clair ! Mais d’ajouter : «Dans ces conditions, on peut être en droit de penser…, que la reconnaissance des langues équivaut (ou au moins prépare) à celle des peuples qui les pratiquent, laquelle serait alors contraire à la Constitution». 7
Ainsi, reconnaissance des peuples, reconnaissance des langues ne sauraient être envisagées par le pouvoir impérialiste français. Le lien langue/peuple trace du même coup les limites de simples droits linguistiques et culturels donne à réfléchir.

Seule la langue française
Le troisième verrou c’est la politique linguistique officielle avec pour principe fondamental : la langue française exclusive de tout autre langue dans l’Etat français. Ce fut Villers-Cotterêt, puis l’école publique avec le «signal», l’article 2 de la Constitution, enfin le rejet de l’enseignement des langues des peuples dépendants selon la méthode de l’immersion. Nous sommes dans l’épuration ethnique pratiquée en «démocratie». L’exclusion linguistique, l’intégration par l’assimilation, la dilution des traits ethniques dans la communauté ethnique française.
Dans le combat pour les droits nationaux du peuple occitan, le combat pour la langue est fondamental. Son enseignement, le développement de sa socialisation afin de réoccuper les espaces perdus, sont des axes de combat et de résistance à la politique linguistique française.
L’article 2 de la Constitution se présente comme un autre obstacle majeur en ce sens qu’il est systématiquement mis en avant par les politiques mais aussi l’administration. Il énonce : «La langue de la République est le français». Même si les auteurs se sont défendus d’avoir adopté cette modification de la Constitution pour s’opposer aux langues des peuples dépendants mais plutôt aux langues étrangères, ils n’en ont pas pour autant adopté un amendement de reconnaissance de ces langues. On ne peut pas non plus considérer l’inscription des langues minorisées dans le préambule de la Constitution comme un progrès réel : cet amendement se contente d’inclure les langues régionales dans le patrimoine français, sans que cela ne constitue en aucun cas une reconaissance officielle.
L’article 2 et les conclusions du Conseil constitutionnel rendent obligatoire l’emploi du français pour communiquer avec l’administration. L’usage des langues des peuples dépendants n’est pas explicitement interdit, mais il doit s’accompagner de l’emploi impératif de la langue française. «En d’autres termes, la possibilité, dans le respect de la Constitution, de s’exprimer en langue régionale dans la sphère publique est réelle, mais elle ne peut être que limitée».8
En matière d’enseignement des langues, la démarche engagée par les écoles bretonnes «Diwan» en vue d’intégrer le service public de l’Education nationale a eu un grand mérite, celui de pousser le pouvoir français dans un retranchement dans lequel il ne s’était jamais trouvé jusqu’alors.
En effet, tant qu’il s’agissait de débattre d’enseignement des langues, du caractère optionnel ou non, des conditions d’ouverture d’une classe, le pouvoir français pouvait donner le change. Avec l’avis du Conseil d’Etat réuni après intervention d’organisations syndicales françaises, le pouvoir français affiche clairement son opposition aux langues des peuples dépendants, en leur interdisant un véritable enseignement car, celui-ci pour être efficace, doit se dérouler selon le principe de l’immersion, enseignement de la langue et enseignement dans la langue..
Toutes les écoles enseignant une langue d’un peuple dépendant selon la méthode de l’immersion, se sont vues privées de l’intégration à l’E.N. Ces écoles peuvent poursuivre leur activité mais hors du service public d’éducation, en tant qu’écoles associatives, de statut privé donc. Le Conseil d’Etat a également annulé l’arrêté du 31 juillet 2001 qui institue l’enseignement bilingue à parité horaire. Pour cela il s’est appuyé sur la loi Toubon de 1994 qui stipule que la langue de l’enseignement et des examens est le français, reprochant un manque de garanties quant à la présence suffisante du français dans l’enseignement dispensé dans ces classes.
Un vide juridique est ainsi créé, seuls restent deux articles de la loi Deixonne de juillet 1951 intégrés au Code de l’éducation. Ces textes ne correspondent plus à la réalité en raison de la très forte demande d’enseignement de la langue occitane.
Une fois encore les enfants, parce qu’ils sont notre avenir, sont écartés de la langue de leur peuple, de la langue des parents et grands-parents.
Cela prouve que cette méthode pédagogique immersive est essentielle pour la transmission et la défense de notre langue occitane. Cela atteste également de la place de la langue française dans le système de domination de l’impérialisme français. Enfin cela nous indique les limites des revendications acceptables pour le pouvoir.
En ce qui concerne l’enseignement du français et le niveau prétendument insuffisant des enfants, à l’issue de leur cursus dans les écoles immersives. Que dire? Si ce n’est que le discours nous est familier, il émane de ceux qui n’ont plus grand-chose à reprocher aux écoles Calandretas.
L’Education Nationale a depuis longtemps pu évaluer ce niveau qui ne peut plus être un argument d’opposition à la méthode pédagogique immersive.
Les écoles Calandretas existent depuis plus de 25 ans, les écoles Diwan et Ikastolak depuis plus longtemps encore et il a été maintes fois prouvé que les enfants possèdent un niveau de connaissance de la langue française au moins égal et très souvent supérieur à celui des écoliers qui ont suivi un enseignement dans la seule langue française. Ils bénéficient de plus des apports du bilinguisme, et d’une ouverture vers les autres langues et les autres cultures.
Les problèmes rencontrés aujourd’hui par le service public d’éducation avec l’illettrisme qui frappe un trop grand nombre d’enfants issus du système d’éducation «purement» français, devrait inciter certains de nos détracteurs à davantage de discrétion et de modestie. Ils pourraient aussi appéhender sereinement notre type d’enseignement et y puiser ainsi quelques expériences, méthodes et principes pour une rénovation progressiste de l’enseignement. Mais pour cela encore faudrait-il rejeter dogmatisme, conservatisme et nationalisme français.


1/ Miguel BENASAYAG & Diego SZTULWARK, Du contre-pouvoir. -Paris : La Découverte, 2000, p.148.
2/ Noam CHOMSKY, Un monde complètement surréel. -Québec : Lux Editeur, 2004. p. 81.
3/K. MARX, J. MARX, F. ENGELS, Lettres à Kugelmann. – Paris : éditions sociales, 1971. p.158.
4/ Michel DEBRE, Au service de la Nation. -Paris : Stock, 1963, p.273.
5/ Henri LEFEBVRE, Qu’est-ce que penser?, Paris : Publisud, 1985, p. 103.
6/Guy CARCASSONNE, Etude sur la compatibilité entre La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et la Constitution, septembre 1998, p 20.
7/ Idem, p.21.
8/ Idem, p. 40.

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: