Quin avenir per Ford a Blancafòrt ?

26 08 2009

Dimars 3 de heurèr, Sud Ouest titolèva «Qu’es sauvat l’emplec deus Ford». N’ic espiar de mei pròche enlà, la situacion n’es totun pas tant clara.
La perennitat deu siti n’es pas assegurada briga. D’alhors, un sindicaliste que constatèva, lo quite dia de l’acòrd, que la represa deu siti per la societat HZ Holding França SA n’auferiva pas qu’una solucion a tèrmi deus bracs. La visibilitat que demorèva hosca, susquetot après de 2011.
Que cau brembar que la fabrica Ford, dedicada a la fabricacion de caishas de cambia automaticas, a d’estar tornar crompada per la societat alemanda HZ Holding, dab lo grop industriau Johann Hay com partenari màger. Aqueras duas societats, que se disen independentas l’una de l’auta qu’an totun ligams deus estrets, susquetot quand cau tornar crompar enterpresas.
La division deus reprenaires dens aquera mena d’ahars n’es pas jamei un bon signe entaus emplegats. çò que chepica mei encara es lo projècte perpausat peu grop Johann Hay per las annadas que venen. Es estat previst d’apitar, suu siti girondin, un «grand projècte» de diversificacion dens las energias renoveladeras.
Mantuns autes projèctes dens las energias renoveladeras que son previstas, dab autes partenaris dens maines com lo tractament termic o la fabricacion de peças automobilas.
La produccion de caishas de cambi automatica que seré d’alhors mantinguda suu siti dinc a 2011, encara que los reprenaires non perdin pas l’esper de vénder ad autes constructors.
Dens l’estrambòrd d’aqueth «sauvetatge», èra previst que los 1600 emplecs estossin mantinguts, dab una resèrva quand a l’externalizacion d’unas foncions. Lo 21 de març, Sud Ouest que’ns aprenè que «lo maraton d’escambis que diu precedir la cession deu siti au grop alemand HZ Holding» n’èra pas encara acabat. Las negociacions pertocant 295 emplegats que divèn demorar jos estatut Ford (un estatut mei avantatjós) causèva problèma. Volossin demorar dab Ford aqueths emplegats, la societat HZ ne’us pagaré pas.
En un mes e miei, la societat reprenaira que’s vòu desbaratar d’un cincau deus emplegats. Lo cantatge a l’emplec jà comença : entà poder demorar, cau revisar lo son estatut per lo baish.
D’aqui la signatura de l’acta de venda, que’ns podem esperar numerosas suspresas. Aqueth esquèma que’ns hè pensar a situacion que tròp sovent se tòrnan. Sony, Solectron, e una pièla d’autes.
Se pòt arcastar que daubuns tribalhadors e’s hidèssin d’un biais òrb a la direccion, e que s’acontentèssin deu projècte de represa de l’enterpresa. D’uns sindicats, com la CFDT, sostenen lo projècte e defenen lo son caractèr seriós, quand tot i es escrit au condicionau, e que pas arren de clar, de precis e de seriós n’es estat signat.
Mei escandalós encara es de véder que politicians com A. Rousset, president de la region Aquitània, s’engloriòla deu «ròtle capitau deus elegits politics e sindicaus, que dens una union sagrada, sabóren hicar la pression entà bastir una solucion». Un escandau ! La vertat es plan mensh daurada. La societat HZ Holding que tornarà crompar lo siti per un prètz simbolic. E mei d’aquò une prima de 12 milions d’euros que serà auferida per l’Estat francés. Las collectivitats locaus, com la region e la CUB, s’implicaràn financèirament dens lo projècte.
E quin projècte ! Que consistis en transformar l’unitat de Blancafòrt en una fabrica de coronas de metau necitas dens la construccion d’eolianas. Aqueth projècte que gessis deu capeth, shens nada estudi seriosa prealabla, e shens arren d’aprestat. HZ Holdin auré podut preposar de construsir que qu’estossi, tots los que decidissen avossin trobat aquò remirable.
Nos cau questionar sus l’avenir, a mijan e long tèrmi. Que pòden crànher que dens 10 ans, pas mei digun non se bremberà deu sòrt qu’estot reservat aus 1600 emplegats. E tanpauc que mei de 12 milions d’euros d’argent public seràn estats balhats a bandolièrs tad en acabar dab una enterpresa de las mei importantas de Gironda.
Aquò es d’autant vergonhós que son esquèmas que se repetissen.
Podem pensar tot especiaument a Sony. Au miei de las annadas 90, Sony que deishèva la soa enterpresa de Baiona ad un jos-tractat, en bèth prométer que pas jamei barraré aquera enterpresa. Dus o tres ans après, lo siti de Baiona que clavèva definitivament lo son portau, e los emplegats mei astrucs que podoren partir tà la fabrica de Dacs.
Ongan, que vedem quin sòrt es estat previst tau siti landés. E com d’acostuma dens aquera mena d’ahars, quantitats terriblas de dinèirs publics que son estadas auferidas aus reprenaires entad ajudar ad engulir lo calhau, e entà perméter una barradura progressiva mès definitiva deu siti industriau.
Sony o Ford, uèi-lo-dia, que cargan la «crisi» de la culpabilitat d’aqueras barraduras.Mès es una crisi qu’arriba a punt. Lo mau qu’es plan mei prigond, ic sabem plan. Peu cas de Sony, tots que sabèm que l’enterpresas barraré avant de 2010.
A Blancafòrt, Ford que s’especializèt dens las caishas de cambi. Qu’èra evident qu’au purmèir alentissament economic, las fabricas d’una sonqua activitat serén las mei tocadas, e per tant la direccion de Ford pas jamei ensajèt de diversificar l’activitat deu siti. Tot qu’i es basat sus la susproduccion. E aquera susproduccion ad un moment non pòt pas mei assegurar l’activitat economica ! La susproduccion automobila n’apareishot pas dab la crisi, solide. Ford qu’auté la possibilitat de prepausar un aute projècte economic de bon viver a Blanquafòrt. Mès per rasons de facilitats economicas, dont la victima purmèira es la classa obrèira de Gironda, la direccion deu grop multinacionau que s’estimèt mei de sacar lo siti tau purmèir pseudo-industriau vingut.
Lo Conselh Regionau, puslèu que de subvencionar un projècte d’eolianas presentat lèu-lèu, se seré divut miar una reflexion vertadèira suu tèma deu «viver, decidir e tribalhar au pais».
Lo Conselh Regionau que diu finançar projèctes economics alternatius au sistèmi existint.
Que pòt semblar una illusion d’escriver causas atau uèi-lo-dia, mès qu’es illusòri tot autant d’enriquesir grops financèirs que demòran mei qu’imprecis suu projècte economic de sauvagarda de l’emplec suu bassin industriau de Blancafòrt.
Que’ns am de questionar sus la desindustrializacion d’Occitània. Si uèi-lo-dia escotam los politics francés, que se congratulan de maubarrejar lo dinèir public tau profit deus mei poderós, doman Occitània e aqui Gasconha ne seràn pas que dedicadas au torisme, dab grans parçans de construccion au long de la mar, e una agricultura productivista ligada a la cultura deu milhòc.
Aqueth biais de har n’es pas recent. Tota lo sistèmi industriau, que permetè a milions d’occitans de tribalhar au pais qu’es estada esbonida chic a chic peu capitalisme, e dab l’ajuda amistosa deu poder jacobin. Dempuish mei d’unas decadas, Occitània que’s desindustrializa, en auferir atau au capitalisme un man d’òbra corveabla a voler. S’agis d’un sistèmi de colonizacion interiora que non gausis pas dider son nom. Mei que jamei, nos cau opausar a la politica de Sarkozy e deu son govern. Una soscada es a miar a tots nivèus, e de tota pressa. Uèi lo dia, los obrèrs que vorràn demorar dab l’estatut Fòrd qu’auràn de deishar lo pais, shens dehèt possibilitats de tornar avant bèra pausa. Mei d’aquò, n’i a pas arren mensh segur que lo reprenaire alemand teni la soas promesas d’aquera prima.
Lo biais de har, tantplan, deu Conselh Regionau, qu’es interessant, a mei d’un grad. Que s’agis de la colectivitat territoriau mei poderosa financèirament, que s’estima mei collaborar e co-gerir la barradura d’enterpresas puslèu que miar una reflexion economica coratjósa.
En tant qu’occitans, au moment que’ns parlan deu projècte de restructurations de las collectivitats, qu’am de soscar a la creacion d’una collectivitat territoriau occitana unica, e capabla de deféner lo pòble occitan en prepausar investiment economics solides.
Mei que jamei, la luta qu’es l’unic camin per la libertat : que seram ço que bastiram !

QUEL AVENIR POUR FORD A BLANQUEFORT ?
Le mardi 3 février, Sud Ouest titrait « L’emploi des Ford est sauvé ». A y regarder de plus près la situation n’est pas aussi claire..
La pérennité du site n’est pas assurée. D’ailleurs, un syndicaliste constatait le jour même de l’accord que la reprise du site par la société HZ Holding France SA n’offrait qu’une solution à très court terme. La visibilité restait floue, surtout après 2011.
Il est important de rappeler que l’usine Ford ,exclusivement vouée à la fabrication de boîtes automatiques, doit être reprise par la société allemande HZ Holding avec pour principal partenaire le groupe indutriel Johann Hay. Ces deux sociétés, qui se veulent indépendantes, l’une de l’autre ont des liens étroits surtout lors de rachats d’entreprises.
La division des repreneurs dans ce genre d’affaire ne sent jamais bon pour les employé(e)s. Ce qui inquiète encore plus est le projet proposé par le groupe Johann Hay pour les annnées à venir. Il est prévu de lancer sur le site girondin un « grand projet » de diversification dans les énergies renouvelables.
Plusieurs autres projets dans les énergies renouvelables sont prévus avec d’autres partenaires dans des domaines comme le traitement thermique ou la fabrication de pièces automobiles. La production de boîtes de vitesse automatiques serait par ailleurs maintenue sur site jusqu’en 2011, bien que les repreneurs ne desespèrent pas de pouvoir vendre à d’autres constructeurs.
Dans l’euphorie de ce « sauvetage » il était prévu que l’effectif salarié estimé à environ 1600 personnes soit en principe maintenu sous réserve de l’externalisation de certaines fonctions. Le 21 mars Sud Ouest nous apprenait que « le marathon d’échanges qui doit préceder la cession du site au groupe allemand HZ Holding » n’était pas encore terminé. Les négociations concernant 295 employé(e)s devant rester sous statut Ford (donc sous un statut avantageux) posaient problème. Si ces travailleurs veulent rester sous statut Ford, la société HZ ne les gardera pas.
En un mois et demi, la société repreneuse veut se débarrasser d’un cinquième des employé(e)s. Le chantage à l’emploi commence déjà . Pour pouvoir rester il faut négocier son statut à la baisse.
D’ici la signature de l’acte de vente nous pouvons nous attendre à de nombreuses surprises. Ce scénario nous fait penser à des situations que l’on connaît trop souvent. Nous citerons Sony, Solectron et tant d’autres.
Nous pouvons regretter que certains travailleurs fassent une confiance aveugle à la direction et se contentent du projet de reprise de l’entreprise. Ce qui est plus génant est la position des syndicats comme CFDT qui se réjouissent du sérieux du projet proposé bien que tout soit écrit au conditionnel et que rien de clair, précis et sérieux ne soit signé.
Mais le plus scandaleux est de voir que des politiques comme Rousset, président de la région Aquitaine se glorifie du « rôle capital des élus politiques et syndicaux qui dans une union sacrée ont su mettre la pression pour que se construise une solution ». Quel scandale. La vérité est bien plus détestable. La société HZ Holding va donc racheter le site pour une somme symbolique. Et en plus une prime de 12 millions d’euros sera offerte par l’Etat français. Les collectivités locales comme la région et la CUB s’impliqueront financièrement dans le projet.
Et quel projet ! Le projet consiste en la transformation de l’unité de Blanquefort en une fabrique de couronnes de métal nécessaires dans la construction d’éoliennes. Ce projet sort du chapeau sans aucune étude sérieuse préalable, sans rien de construit. HZ holding aurait pu proposer de construire n’importe quoi et tous les grands « décideurs » auraient trouvé cela formidable.
Il est nécessaire de s’interroger sur l’avenir à moyen et long terme. Il est à craindre que dans 10 ans, plus personne ne se souviendra du sort qui va être réservé aux 1600 employé(e)s. Que plus de 12 millions d’euros d’argent public auront été donnés à des voyous pour liquider l’une des entreprises les plus importantes de Gironde.
Cela est d’autant plus irritant que ce sont des schémas qui se répètent.
Nous penserons ici en particulier à Sony. Dans le milieu des années 90 Sony cédait son entreprise de Bayonne à un sous traitant en promettant que jamais au grand jamais l’entreprise ne fermerait. Deux ou trois ans apres le site de Bayonne fermait définitivement ses portes et les employé(e)s les plus chanceux purent partir dans l’usine de Dax.
Cette année nous voyons quel sort est réservé au site landais. Et comme toujours dans ces cas là des sommes folles d’argent public ont été offertes aux repreneurs pour qu’ils puissent faire passer la pilule et permettre la fermeture progressive et définitive du site industriel..
Pour Sony ou Ford aujourd’hui tout est mis sur le dos de la « crise ». Mais cette crise tombe bien. Le mal est bien plus profond. Pour le cas de Sony tout le monde se doutait que l’entreprise fermerait d’ici 2010.
Pour Ford, le site de Blanquefort est spécialisé dans les boîtes de vitesse. Il est bien évident qu’au moindre ralentissement économique, les usines mono activités sont les plus touchées. Jamais la direction de Ford n’a essayé de diversifier l’activité du site. Tout est basé sur la surproduction. Et cette surproduction ne permet plus à partir d’un moment d’assurer l’activité économique. La surproduction automobile n’est pas apparue avec la crise. Ford a les capacités à proposer un autre projet économique viable sur Blanquefort. Mais pour des facilités économiques dont la première victime est la classe ouvrière, la direction de la multinationale préfère « refourguer » le site au premier pseudo industriel venu.
Le Conseil Régional, au lieu de subventionner un projet d’éolienne présenté à la va vite aurait mieux fait de mener une véritable réflexion sur le « vivre, décider et travailler au pays ». Le Conseil Régional doit financer des projets économiques alternatifs au système économique en place.
Cela peut paraître illusoire d’écrire cela aujourd’hui mais n’est il pas plus illusoire d’enrichir des groupes financiers qui restent très évasifs sur le projet économique de auvegarde de l’emploi sur le bassin d’emploi sur Blanquefort.
Nous devons nous interroger sur la désindustrialisation de l’Occitanie. Si aujourd’hui nous écoutons les politiques français qui se félicitent de dilapider l’argent public au profit des plus puissants, demain l’Occitanie et précisément la Gascogne seront dédiées uniquement au tourisme de masse avec des grandes zones de construction le long du littoral, et une agriculture productiviste liée à la maïsculture.
Ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui. Toute une industrie permettant à des millions d’occitans de travailler au pays a été détruite petit à petit par le capitalisme et l’aide bien conciliante du pouvoir jacobin. Dépuis plus des décennies, l’Occitanie se desindustrialise offrant ainsi aux capitalismes une main d’œuvre corvéable. Il s’agit d’un sytème de colonisation intérieure qui ne dit pas son nom. Aujourd’hui les ouvrier(e)s voulant rester sous statut Ford seront obligé(e)s de quitter le pays sans grande chance de retour avant bien longtemps.
Plus que jamais, nous devons nous opposer à la politique de Sarkozy et de ses sbires. Une réflexion urgente est à mener à tous les niveaux. Nous ne savons pas ce qui va se passe pour Ford. Il n’est pas encore dit que le repreneur allemand tienne ses promeses au cours de ce printemps.
L’attitude du Conseil régional est intéressante à plus d’un titre. Il s’agit là de la collectivité territoriale la plus puissante financièrement, qui au lieu de mener une réflexion économique courageuse préfère collaborer et cogérer la fermeture d’entreprises. En tant qu’occitan(e)s, à l’heure où l’on nous parle du projet de restructuration des collectivités, nous devons réflechir à la création d’une collectivité territoriale occitane unique capable de défendre le peuple occitan et de proposer des investissements économiques solides.
Plus que jamais, la lutte est le seul chemin vers la liberté ! Nous serons ce que nous bâtirons !

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: