Fàçia a la Refòrma de las collectivitats : bastim Occitània!

26 08 2009

Lo dijaus 5 de març, un comitat gavidat per Edouard Balladur que tornèt un rapòrt sus la situacion de las collectivitats territoriaus de l’estat francés, que contenè unas perpausicions entà milhorar aquera situacion. Anaram Au Patac, en tant que moviment de l’esquèrra occitana, s’avè de clinar sus un tèxte qu’es demorat fin finau pro confidenciau, a maugrat deu horvari que precedit la soa sortida.

Un rapòrt d’escassa portada politica…
Lo rapòrt, de 174 paginas, que s’organiza en duas partidas. Una purmèira que presenta una fotogràfia de las collectivitats territoriaus de l’estat francés. D’un biais a penas esconut, que’ns explican d’abòrd com l’estat francés s’escadot a assimilar au son poder las « regions » que’u compausan –en har passar los opausants per retrogràdes o reaccionaris (p. 8 : « si des revendications décentralisatrices ont existé au tournant du XXe siècle, elles étaient le fait de courants de pensée minoritaires, soit nostalgiques des anciennes provinces, de leurs langues et de leurs libertés ancestrales, à l’instar du Félibrige de Frédéric Mistral, soit issus des traditions girondine, fédéraliste et libérale, soit d’inspiration proudhonienne, coopérative et mutualiste»). Lèu, lo rapòrt se clina sus los disfoncionaments de las collectivitats territoriaus, de la manca d’eficacitat e de coerencia entre tots los mantuns nivèus, tant suu punt financèir com suu punt de las competéncias.
La dusau partida desvelopa las preposicions deu comitat, dont la màger part son estadas analizadas jà dens la premsa nacionau. Am donc aquí una volontat d’articular la decentralizacion a l’entorn de dus nivèus. Nivèu regionau d’una part : lo comitat perpausa de redúsir lo nombre de regions a 15 (n’i a 22 uèi-lo-dia), de ligar mei region e departament (en articular mei las competéncias de caduna d’aqueras collectivitats), de cambiar lo mòde d’eleccion deus conselhèirs generaus (e atau de har desaparéisher los cantons). De l’auta part l’accent qu’es hicat sus l’intercomunalitat, que seré desvelopada hòrt d’ací 2014, e qué seré sosmesa au sufragi universau atau com las comunas classicas. Aqueras preposicions que son tanben una remesa en causa de l’amenatjament deu territòri, e d’una cambiament de direccion dens aquera amira, dab l’apareishuda de l’estatut de metropòla tà 11 ciutats de l’estat francés (demiei quaus 5 son occitanas : Marsilha, Bordèu, Tolosa, Niça, Tolon). Aqueth estatut que’us balharé atau un poder mei large, competéncias especificas, e un pes mei important dens lo territòri qu’aucupan. Lo comitat que perpausa encara una clarificacion de la reparticion de competéncias entre l’estat e los mantuns nivèus de collectivitat, shens capvirar grand causa fin finau (la refòrma seré centrada sus la caça aus doblons, susquetot : esvitar que mantunas collectivitats agin en carga las medishas activitats). Lo rapòrt que s’acaba per preposicions politicas reaccionàrias a penas amagadas, (dont una concernís la supression de la taxa professionau), e per preposicions cap ad una reorganizacion deus territòris colonizats d’ultra-mar, de Corsica, e de la region parisenca.

… eishut d’un proces d’escassa valor democratica.
I sèm acostumats, solide : la màger part deu monde que decidís per nosautes n’es pas estada eligida au sufragi universau, e casi tostemps n’es pas estada quitament sosmesa au vòte (representants de l’estat dens los organismes internacionaus, conselhèirs que causíssen las vias e las opcions politicas que prenen los eligits, prefèctes tot-poderós dens los territòris jos la copa de l’estat, mès encara mèstes e patrons de las enterpresas, o directors e decidaires dens la foncion publica n’atenhen pas jamei la soa pausicion per la volontat deu pòble). Un còp de mei aquí, los membres deu comitat Balladur escapan a la volontat populara, e per la màger part d’aqueths, non son pas elegits o responsables publics democratics. Qu’es interessant encara de constatar que demiei lo comitat, tots o quasi que venen deu medish parçan, e solide aqueth parçan n’es pas Occitània (a maugrat de representar totun la mitat deu territòri e deus ciutadans de l’estat francés haut o baish). Nosautes non podem pas sonque constatar la manca de practica democratica d’un projècte que pertoca plenament lo nòste pòble, en voler tocar las soas institucions –que jà n’èran pas un modèle quant au grad d’autonòmia que’ns balhèvan– shens se preoccupar deus sons vejaires. Quina valor democratica, donc, quand los nòstes elegits locaus, los representants de las regions o de las comunas ont vivem, e atau un pòble de quinze milions d’estatjants (aus quaus podem ajustar los autes pòbles dominats per l’estat francés, alsacians, bascos, bretons, catalans, corsecs e mantuns autes encara) son estats tinguts a despart deu proces que mièt ad aqueth rapòrt ?

Per un vertadèir projècte politic en Occitània.
Shens desbrembar jamei la nòsta especificitat occitana, mès tanpauc la nòsta volontat de bastir una societat d’esquèrra, sembla que’ns podim donc acòrdar dab unas remarcas hèitas per aqueth comitat. Mei d’aquò, la pareishuda d’aqueth tèxte que presenta l’interés tau pòble occitan de dubrir un desbat que, si n’es pas estofat per la premsa francesa, e si ten en compte las aspiracions deus estatjants, serà solide un biais de har avançar lo nòste projècte : Occitània socialista. Ne’s cau pas totun càder dens l’acceptacion simpla d’un plan de deconcentracion dubert : si daubunas analisis pòden estar partatjadas, las solucions ne nos pòden pas jamei convenir, en tant que pòble en luta per la nòsta libertat. Los desbats que son entamiats, e l’esquèrra revolucionària occitana a d’i préner paraula !
Tot purmèir, lo rapòrt qu’insista sus la manca de claretat de la distribucion de competéncias entre estat, region, departament, comunitat de comunas, comunas, pais… Solide, non podem pas nos opausar dab aquera analisis. Suu plan de l’amenatjament deu territòri, de l’ajuda economica, deu lotjament o encara de la cultura, constatam que los ròtles se crotzan e se mesclanhan de longa. Totun, la redistribucion perpausada peu rapòrt sembla de chica envergura fàcia aus enjòcs que pertòca. Susquetot, non cambia pas la problematica, e que muisha encara lo caractèri deconcentrat de las institucions territoriaus : uèi com doman, dab aqueth projècte, l’estat decidís e regions, departaments e comunas executan. Ic sabem, entà balhar lo parat au nòste pòble de s’aviar cap a l’autodeterminacion, es un eslargiment de las competéncias regionaus que cau ; tornar organizar los ròtles de las collectivitats territoriaus shens préner en compte aqueth besunh tau nòste pòble seré una engana.
La question de las metropòlas que pausa tanben un problèma deus prigonds, e plan revelator de la situacion imperialista que patissem e que’ns vòlen impausar (l’estat sus Occitània, causa sabuda mès tanben uèi lo dia las metropòlas sus las campanhas que perpausa lo rapòrt). S’am besunh, solide, d’una reconeishéncia de las nòstas vilas màgers, e atau de’us balhar un aute pes, podem cranher que l’estatut de metropòla e afortissi encara l’amenatjament desastrós deu territòri qu’es a tuar las campanhas dempuish un segle. Volem víver, tribalhar e decidir au pais, e las metropòlas, tant poderosas se presentan com una empacha ad aquera volontat. En organizar la soa dominacion totau suu parçan que las entorneja, qu’aprestam dejà la desapareishuda deus servicis public en zònas ruraus, e lèu la desertificacion a l’entorn de las metropòlas. Solide, que divem imaginar mijans de gestions eficaç d’aqueras ciutats granas, mès demorar tostemps dens un principi d’egalitat dab las autas comunas. La racionalitat deu nòste territòri serà ad aqueth prètz, e ne pas s’i escàder que significaré bissèu la fin de la ruralitat com lòc de vita e lòc sociau. Non volem pas las campanhas que vadin una sonqua zòna d’espleitacion de las ressorças naturaus o deus productes agricòles. Que hèn partida deu nòste estre, e que diven atau estar plaçada dens una dinamica positiva e ambiciosa, e non pas dens una politica de dependéncia totau a las metropòlas.
Aqueth biais imperialiste de concéber la politica que’s troba tanben dens lo navèth decopatge perpausat, e qu’ajustaré parçans non-occitans a regions dinc adara occitanas. Aqueras mesuras que semblan una ataca cap a l’unitat territoriau deu nòste pais, e una miaça per l’establiment, a tèrmi, d’una politica comuna en Occitània. Jà èram traucats per termièras d’estats, adara son parçans francés que serén gerits per las institucion territoriaus occitanas. Fàcia ad aquera dilucion de l’identitat occitana dens regions shens nada valor istorica, culturau – e dont las poblacions non vòlen pas tanpauc–, l’unica solucion qu’es uèi-lo-dia l’afirmacion de la territorialitat d’Occitània. Dens aqueth sens –encara que lo mòt d’Occitània ne sii pas prononciat, e que tanpauc lo projècte sii tant avançat– van las paraulas de Dominica Baudís, partisan d’una suber-region que juntaré Aquitània, Mijorn-Pirinèus e Lengadòc-Rosselhon. Si ne podem pas caucionar sancèirament aqueth projècte (dejà per l’evacuacion de las question bascas e catalanas), l’avenir per nosautes, ic divem plan concéber, qu’es l’agropament deus parçans occitans, e non pas la dilucion ! L’esquèrra occitana, e dab era la pòblacion tota, a de desvelopar lo son projècte d’autonòmia, unic biais de tornar inscríver lo nòste pais dens un camin istoric, e de nos tirar de la servilitat e de la dependéncia cap a l’estat francés que uèi-lo-dia nos estabanís.

FACE A LA REFORME DES COLLECTIVITES : BATISSONS L’OCCITANIE !
Le jeudi 5 mars, un comité mené par Edouard Balladur rendait un rapport sur la situation des collectivités territoriales de l’état français, qui contenait des propositions pour améliorer cette situation. Anaram Au Patac, en tant que mouvement de la gauche occitane, devait se pencher sur un texte qui est resté finalement assez confidentiel, malgré le tapage médiatique qui avait précédé sa sortie.

Un rapport de faible portée politique…
Le rapport, de 174 pages, s’organise en deux grandes parties. Une première présente une photographie des collectivités territoriales de l’état français. D’une façon à peine cachée, on nous explique d’abord comment l’Etat franais réussit à assimiler à son pouvoir les «régions» qui le composent -en faisant passer du mème coup ses opposants pour des rétrogrades ou des réaccionnaires (p.8 :« si des revendications décentralisatrices ont existé au tournant du XXe siècle, elles étaient le fait de courants de pensée minoritaires, soit nostalgiques des anciennes provinces, de leurs langues et de leurs libertés ancestrales, à l’instar du Félibrige de Frédéric Mistral, soit issus des traditions girondine, fédéraliste et libérale, soit d’inspiration proudhonienne, coopérative et mutualiste»).. Le rapport se centre ensuite sur les dysfonctionnements des collectivités territoriales, sur le manque d’efficacité entre les différents niveaux de collectivités, tant sur le plan financier que sur celui du partages de compétences.
La deuxième partie développe les propositions du comité, dont la majeure partie ont déjà été analysées dans les journaux nationaus. On trouve donc une volonté d’articuler la nouvelle décentralisation autour de deux niveaux. Le niveau régional d’une part : le comité propose de réduire le nombre de régions à 15 (contre 22 aujourd’hui), d’accentuer le lien entre région et département (en articulant mieux les compétences de ces deux collectivités), de changer le mode d’élection des conséillers généraux (et ainsi, de faire disparaître les cantons). De l’autre versant, l’accent est posé sur l’intercommunalité, qui serait développée largement d’ici 2014, et qui serait soumise à son tour au suffrage universel, comme les communes classiques.
Ces propositions sont également une remise en cause de l’aménagement du territoire, et un changement de direction dans la façon de le penser, avec l’apparition du statut de métropole pour 11 villes de l’état français (donc 5 sont occitanes : Marseille, Bordeaux, Toulouse, Nice, Toulon). Ce statut leur donnerait un pouvoir plus large, et un poids plus important dans le territoire qu’elles occupent. Le comité propose également une clarification de la répartition des compétences entre l’Etat et les différents niveaux de collectivités, sans toutefois rien chambouler (la réforme serait surtout centrée sur la chasse aux doublons pour éviter que plusieurs collectivités aient en charge les mêmes activités). Le rapport se termine par des propositions politiques discutables et réactionnaires (dont une concerne la suppression de la taxe professionnelle), et par une redéfinition et une réorganisation de certains territoires colonisés (d’outre mer, de Corse), et de la région parisienne..

… issu d’un processus de faible valeur démocratique.
Nous y sommes habitués, bien sûr : la majorité de ceux qui décident pour nous n’a pas été élue au suffrage universel, et presque toujours n’a même pas été soumise au vote (représentants de l’état dans les organismes internationaux, conseillers qui choisissent les lignes et les options politiques que prenent les élus, préfets tout-puissants dans les territoires sous la coupe de l’Etat, ou encore chefs et patrons dans les entreprises, ou directeurs et décideurs dans la fonction publique n’atteignent jamais leur position par la volonté du peuple). Une fois de plus, ici, les membres du comité Balladur échappent à la volonté populaire et la majorité d’entre eux n’est pas élue ou choisie parmi des responsables publics et démocratiques. Il est également intéressant de constater que dans ce comité, tous ou quasi-tous sont originaires du même endroit, et il est sans doute inutile d’ajouter que cet endroit n’est pas l’Occitanie (et cela bien qu’elle représente quasiment la moitié du territoire et des citoyens de l’Etat français). On ne peut que constater le manque de pratique démocratique d’un projet qui touche pourtant pleinement notre peuple, en voulant changer ses institutions -qui ne sont pas pourtant un modèle quand au degré d’autonomie qu’elle nous confèrent- sans se préoccuper de son avis le moins du monde. Quelle valeur démocratique, donc, quand nos élus locaux, les représentants des régions et communes où nous vivons, et ainsi un peuple de quinze millions d’habitants (auxquels nous pouvons ajouter les autre peuples dominés par l’Etat français, alsaciens, basques, bretons, catalans, corses et de nombreux autres encore) sont tenus a l’écart du processus qui a mené ce rapport ?

Pour un véritable projet politique en Occitanie.
Sans jamais oublier notre spécificité occitane, et notre volonté de bâtir une société de gauche, il semble que nous puissions nous accorder avec quelques remarques faites par ce comité. Qui plus est, la parution de ce rapport présente l’intérêt pour le peuple occitan d’ouvrir un débat qui, s’il n’est pas étouffé par la presse française, et s’il prend vraiment en compte les aspirations des habitants, sera certainement un moyen de faire avancer notre projet : l’Occitanie socialiste. Il ne faut pas toutefois tomber dans l’acceptation pure et simple d’un plan de déconcentration ouverte : si quelques analyses peuvent être partagées, les solutions ne peuvent en aucun cas nous convenir, en tant que peuple en lutte pour notre liberté. Les débats sont ouverts, et la gauche révolutionnaire occitane doit y prendre son tour de parole.
Tout d’abord, le rapport insiste sur le manque de clarté de la distribution de compétences entre état, région, département, communauté de communes, communes, pays, canton. On ne peut qu’être d’accord avec cette analyse. Sur le plan de l’aménagement du territoire, de l’aide économique, deu logement ou encore de la culture, on constate que les rôles se croisent et se mélangent continuellement. Toutefois, la redistribution proposées par le rapport semble de maigre envergure façe aux enjeux qu’elle soulève. Surtout, la problématique ne change pas, et on peut encore voir le caractère déconcentré des institutions territoriales. Aujourd’hui comme demain, avec ce projet, l’Etat décide et les régions, les départements et les communes exécutent. Nous le savons, pour donner à notre peuple les moyens de prendre le chemin de l’autodétermination, il faut un élargissement conséquent des compétences régionales ; réorganiser les rôles des collectivités territoriales sans prendre en compte ce besoin serait une tromperie pour notre peuple.
La question des métropoles pose également un problème profond, et très révélateur de la situation impérialiste que nous subissons e qu’ on veut nous imposer (de l’Etat sur l’Occitanie, nous le savons, mais aussi demain des métropoles sur les campagnes, comme le propose le rapport). Il est certain que nous avons besoin d’une reconnaissance de nos villes majeures, et ainsi de leur donner un autre poids. On peut craindre néanmoins que le statut de métropole renforce encore l’aménagement désastreux du territoire qui tue les campagnes depuis un siècle. Nous voulons vivre, travailler et décider au pays, et les métropoles se présentent comme des obstacles à cette volonté, par leur puissance et leur pouvoir d’attraction. En organisant leur domination totale sur le pays qui les entoure, on prépare déjà la disparition des services publics dans les zones rurales, et bientôt la désertification autour des métropoles. Nous devons impérativement imaginer des moyens de gestion efficaces de ces grandes villes, mais en n’oubliant jamais le principe d’égalité de droits avec les autres communes. La rationalité de notre territoire sera à ce prix, et échouer signifierait certainement la fin de la ruralité comme lieu de vie et lieu social. Nous ne voulons pas que les campagnes deviennent de simples zones d’exploitation des ressources naturelles ou des produits agricoles. En tant qu’occitans, elle font partie de notre existence, et doivent ainsi être appréhendées dans une dynamique positive et ambitieuse, et non pas dans une politique de dépendance aux métropoles.
Cette façon impérialiste de concevoir la politique se trouve aussi dans le nouveau découpage proposé, qui ajouterait des départements non-occitans dans des régions jusque là occitanes. Ces mesures sont une attaque à l’unité territoriale de notre pays (déjà fort mal en point, par les découpages régionaux et étatiques qui nous désunissent), et une menace pour l’établissement à terme d’une politique commune pour l’Occitanie. Ce seraient donc, gerés par les collectivités territoriales occitanes, des zones françaises qui seraient ajoutées (du Poitou Charentes essentiellement). Face à cette dilution de l’identité occitane dans des régions sans la moindre valeur historique et culturelle -et dont les populations ne veulent pas-, l’unique solution est aujourd’hui l’affirmation de la territorialité de l’Occitanie. Dans ce sens, et bien que le mot d’Occitanie de ne soit pas prononcé, et que le projet ne soit pas avancé plus loin que l’idée- vont les paroles de Dominique Baudis, partisan d’une super-région qui joindrait l’Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Si l’on ne peut pas cautionner entièrement ce projet (déjà pour l’évacuacion des questions basque et catalane), notre avenir se trouve dans le regroupement des pays occitans, et non pas dans leur dilution ! La gauche occitane, et avec elle la population dans son ensemble, doit développer son projet d’autonomie, unique moyen de réinscrire notre pays dans un chemin historique, et de nous sortir de la servilité et de la dépendance à l’Etat français qui nous assomme aujourd’hui.

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: