Cap a la liberacion d’Occitània : quina estratégia politica ?

26 08 2009

Lo sistèma politica jacobin que’s tròba uèi lo dia dens una andròna qu’apèra unas causidas estrategicas navèras. Hòrt d’exèmples qu’ic amuishan : incapacitat a préner en compta las culturas minorizadas de l’Estat francés, gestion catastrofica e antidemocratica de l’amenatjament deu territòri, ahida perduda de las poblacions dens lo poder parisenc, depolitizacion de pujar dens las consciéncias.
Alternativas a la centralizacion politica miada per l’Estat francés qu’existissen ça-que-là e, certas tot tuishau e shens competéncias vertadèiras, se son a bastir drin pertot en Occitània. Atau, projèctes d’euro-regions son estats apitats dempuish mantuna annadas dejà. Se pòt pensar especiaument a l’euroregion Mijorn Pirinèus-Lengadòc Rosselhon-Generalitat de Catalonha, mès tanben a la qu’es organizada entre la Comunitat Autonòma Basca e la region Aquitània.
Los debats demiei l’Estat francés sus l’avenir deus departaments e de las regions (miats per la commission Balladur) qu’an una hont. Que chorran de las reflexions impausadas per l’Union Europenca. Lo sistèma centralista francés, entà pegar au modèle decidit per l’UE, aurà de mudar las vint annadas que venen. Totun, la pseudo decentralizacion apitada peus gobernaments successius dempuish daubunas detzenas d’annadas n’es pas, de vertat, qu’un darrèir ensai de sauvaguardar lo modèle centralista francés, en bèth crear pòles economics regionaus que permetràn de centralizar au maximum las decisions politicas, sociaus, economicas, lenguisticas e culturaus.
Qu’es a nosautes, moviment de liberacion nacionau, de’ns har audir. Sinon, Occitània demorarà trocejada entre mantuna regions economicas, shens nat hons culturau, e lo pòble occitan que seguirà denegat e hòrabandit deus centres de decision. Que pòt semblar mauaisit de perposar uèi lo dia projèctes d’autonòmia o d’independéncia, mès un moviment revolucionari d’esquèrra a de portar un projècte politic ambiciós per la nacion occitana. Un dret de basa, com lo dret a l’autodeterminacion, que pòt semblar de mau aténher, mès pr’aquò demòra un dret elementari reconeishut au nivèu internacionau. Dens l’encastre de la resolucion 1514 de l’Amassada Generau de las Nacions Unidas deu 14 de deceme de 1960, que declarèren que « cada pòbla a lo dret de se determinar librament. En vertut d’aqueth dret, que determinan librament lo son desvelopament economic, sociau e culturau. »
Com ic escrivoren sovent, realizar la liberacion nacionau es aplicar lo dret a l’autodeterminacion. Per çò qu’es d’Occitània, la luta de liberacion nacionau se miarà en mantunas etapas.
Ic constatam, lo sentiment nacionau occitan qu’existís uèi-lo-dia d’un biais diffús, mais reau –basta de constatar la fòrça deu moviment d’opausicion a la desapareishuda deu numerò de departaments sus las placas mineralogicas. Tot purmèir, que’ns divem de transformar aqueste sentiment identitari fosc en una consciéncia nacionau vertadèira que permetrà de ganhar la nòsta liberacion nacionau e sociau. Aquera etapa que pòt semblar longa e pesuga, mès nos cau pertant bastir los apèirs tà s’i escàder. La creacion de jornaus e de mantun organes de premsa, la coneishénça de la nòsta istòria e de la situacion actuau deu nòste pais (economica, sociologica, ecologica…), la reappropriacion e l’oficializacion de la lènga que son factors necessaris cap a la pujada deu sentiment occitan.
Lo dusau grad que passa per la luta cap a l’autonòmia en tant que refòrme de l’estat capitalista francés. Totun, a maugrat de l’avançada bèra que seré, una autonòmia ne permetré pas d’exprimir la totalitat deus drets nacionaus deu nòste pòble. Las competéncias demoraràn partatjadas entre autonòmia occitana e poder francés, pr’amor d’un rapòrt de fòrças entre los dus partits defavorable a l’Occitania. L’autonòmia, ça-que-là, es un passatge necite, en çò que permet una cristalizacion de la consciéncia nacionau dens una institucion dotada de poders. Ne cau pas desbrembar totun que daubunas autonòmias que podem aquí considerar com avançadas au par de la situacion occitana (la Comunitat Autonòma Basca, la Generalitat de Catalonha)son uèi-lo-dia arribadas dens una andròna. Dens l’Estat espanhòu los partits autonòmistes au poder dempuish mei de vint ans s’an perdut la presidéncia de las institucions que lor semblèvan pertant reservadas. Que son adara gobernadas, la màger part deu temps gràcia a manòbras antidemocraticas (de véder las eleccions deu 19 de març au Bascoat sud), per partits politics imperialistas e capitalistas, ajudats per los partits autonòmistes a còps. L’autonòmia ne pòt pas resòlver las problematicas complèxes que caracterisan las nòstas nacions minorizadas, divididas en mantunas collectivitats territoriaus deus drets e de las attribucions variadas (uèit per Occitània, quate per Catalonha, tres peu Bascoat) e trocejada per las termièras estataus. Qu’es totun un pas necessari dens lo caminament de la nòsta liberacion nacionau.
La tresau etapa que correspond a la luta per la reconeishénça deu dret a l’autodeterminacion de la nacion occitana. Qu’es a trubès aquera luta qu’espelís e que s’eslargís lo concèpte d’autonòmia. Shens la reconeishénça d’aqueste dret, lo projècte autonòmista que demòra un esquilhòt vuit, e condemnat a la mauescaduda. Atau, aquera fasa que dubrís concretament las perspectivas de la luta de liberacion nacionau. Los moviments autonòmistas ne pensan pas la possibilitat de la luta independentista sonque d’un biais tòrt, çò que’us hè moviments tanpauc realista tanpauc seriós, tanpauc responsable o capables de prepausar solucions entà subrepassar los problèmas pausats per la cogestion dab l’estat colonisator. Shens la volontat d’anar dinc a l’autodeterminacion, e shens reconéisher aqueth dret fondamentau, los partits autonomistas lèu vàden vassaus deus colonisators, en beth s’estimar mei assegurar lo son trocet de còca, los sons mandats e clientèlas, e los sons profitòts. D’unas nacions shens estats jos dominacion francesa que passèren aquera etapa dens las annadas 80. Los kanaks, per exèmple, qu’obtinoren aqueste dret dens la sang e l’arrepression de l’Estat francés.
Lo dret a l’autodeterminacion reconeishut e defendut per la màger part de la societat, per las soas institucions e los sons partits politics, l’ultima etapa que pòt començar, la de l’applicacion deu dret a l’autodeterminacion, en hèit la fasa de liberacion nacionau en era-medisha. Lo dret a l’autodeterminacion que diu miar l’Occitània autonòma dinc a l’expression plena e sancèira deus sons drets nacionaus, per la causida de l’independéncia. Dit autament, la liberacion nacionau d’Occitània ne pòt pas estar reau sonque dab l’applicacion deu dret a l’autodeterminacion. Aquera etapa non pòt pas estar pensada que’n paralèla dab una trencadura dab l’estat coloniau e lo sistèma capitalista. Lo concèpte d’applicacion deu dret a l’autodeterminacion que’s plaça mensh dens una perspectiva reformista que non pas dens una perspectiva revolucionària. L’exèmple kanak que’ns amuisha qu’ad aqueth nivèu de luta, demòra hòrt mauaisit de’s desseparar deu sistèma opressor. Lo pòble kanak ne s’es pas encara escadut a se desseparar d’un biais definitiu de l’estat francés e deu capitalisme.
Apitar una estrategia politica per Occitània que pòt paréisher dehèt ambiciós, susquetot dens lo contèxte d’alienacion politica qu’es lo deu nòste pòble. Gausar pensar l’avenir d’Occitània d’un punt de vista politic qu’es necite pr’aquò, e indispensable tad obtenir un dia la nòsta plaça demiei las autas nacions, tà dintrar plenament dens l’istòria mondiau e participar de vertat a la construccion deu socialisme liberator de las classas laboriosas. Anaram Au Patac que pren donc pausicion per la mesa en plaça d’una estrategia que diu estar devisada e portada per la societat occitana tota, e establida suu cort, lo mijan e lo long tèrmi. Après sègles e sègles de dominacion francesa, espanhòu e italiana suu nòste pòble, e ad un moment istoric que lo sentiment occitan sembla gahar una navèra dimension dens la consciéncia collectiva, l’òra es a la presa en man deu nòste avenir, o a la despareishuda definitiva de la nòsta nacion. L’eslogan qu’es estat reborit sovent, mès demòra vertadèir : que seram çò que bastiram !

POUR LA LIBERATION DE L’OCCITANIE : QUELLE STRATEGIE POLITIQUE ?
Le système politique jacobin est aujourd’hui arrivé à une voie sans issue nécessitant de nouveaux choix stratégiques. De nombreux exemples nous prouvent cette situation : incapacité à prendre en compte les cultures minorisées de l’Etat français, gestion catastrophique et antidémocratique de l’aménagement du territoire, perte de confiance des populations dans le pouvoir parisien menant à une dépolitisation montante des consciences.
Des alternatives à la centralisation politique exercée par l’Etat français existent pourtant et, lentement et sans réelles compétences certes, sont en train de se bâtir un peu partout en Occitanie. Ainsi, les projets d’euro-régions existent déjà depuis plusieurs années. On peut penser en particulier à l’eurégion Midi Pyrénées-Languedoc-Généralitat de Catalogne, mais aussi à celle organisée entre la Communauté Autonome Basque et la région Aquitaine.
Les débats au sein de l’état français sur l’avenir des départements et des régions (menés par la commission Balladur) ne sortent pas de nulle part. Ils découlent de réflexions imposées par l’Union Européenne. Le système centraliste à la française, pour coller au modèle prôné par l’UE, se doit de muer dans les vingts années à venir. Or, la pseudo décentralisation mise en place par les gouvernements successifs depuis quelques décennies n’est en vérité qu’une dernière tentative de sauvegarder le modèle centraliste français, en créant des pôles économiques régionaux permettant de centraliser au maximum les décisions politiques, sociales, économiques, linguistiques et culturelles.
A nous, en tant que mouvement de libération nationale, de nous faire entendre. Sinon, l’Occitanie restera divisée entre plusieurs régions économiques, sans aucun fondement culturel, et où le peuple occitan sera complètement renié et tenu à l’écart des centres de décision. Même s’il semble aujourd’hui difficile de proposer des projets d’autonomie ou d’indépendance, un mouvement révolutionnaire de gauche se doit de porter un projet politique ambitieux pour la nation occitane. Un droit de base comme celui à l’autodétermination peut sembler inaccessible dans la situation de notre pays, mais il s’agit pourtant d’un droit élémentaire reconnu au niveau mondial. Dans le cadre de la résolution 1514 de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 14 décembre 1960, il est déclaré que « tous les peuples ont le droit de se déterminer librement. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur condition politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel. »
Comme il a souvent été écrit, réaliser la libération nationale c’est appliquer le droit à l’autodétermination. En ce qui concerne l’Occitanie, la lutte de libération nationale se mènera en plusieurs phases.
Le sentiment national occitan existe aujourd’hui de manière diffuse, mais réelle -il suffit de constater la force du mouvement d’opposition à la disparition du chiffre de département sur les plaques minéralogiques. Tout d’abord, nous nous devons de transformer ce sentiment identitaire confus en véritable conscience nationale permettant de gagner notre libération nationale et sociale. Cette phase peut paraître longue et fastidieuse mais pourtant il nous faut construire les outils pour accomplir cette première phase. La création de journaux et d’organes de presse, la connaissance de notre histoire et de la situation actuelle de notre pays (économique, sociologique, écologique…), la réappropriation et l’officialisation de la langue sont des facteurs nécessaires pour la montée en puissance du sentiment occitan.
La deuxième phase passe par la lutte pour l’autonomie en tant que réforme de l’Etat capitaliste français. Malgré cette avancée considérable, une autonomie ne permet pas d’exprimer la totalité des droits nationaux de notre peuple. Les compétences resteront partagées entre autonomie occitane et pouvoir français, en raison d’un rapport de forces défavorable entre les deux parties. L’autonomie est toutefois une phase nécessaire, en ce qu’elle permet une cristallisation de la conscience nationale dans une institution dotée de pouvoirs. Il ne faut pas oublier malgré tout que des autonomies que l’on peut considérer comme « avancées » par rapport à la situation occitane (la Communauté Autonome Basque, la Generalitat de Catalogne) sont aujourd’hui dans une impasse. Dans l’Etat espagnol les partis autonomistes au pouvoir depuis plus de vingt ans ont perdu ces dernières années la présidence de ces institutions qui semblaient pourtant des chasses gardées. Elles sont maintenant dirigées, souvent grâce à des manoeuvres anti-démocratiques (voir les élections du 19 mars au Pays Basque sud) par des partis politiques impérialistes et capitalistes, secondés si nécessaires par des partis politiques autonomistes en mal de pouvoir. L’autonomie ne peut pas résoudre les problématiques complexes qui caractérisent nos nations minorisées, divisées en de nombreuses collectivités territoriales aux droits et aux attributions hétéroclites (huit pour l’Occitanie, quatre pour la Catalogne, trois pour le Pays Basque) et découpés par les frontières étatiques. C’est néanmoins un premier pas nécessaire dans la marche en avant de notre libération nationale.
La troisième phase correspond à la lutte pour la reconnaissance du droit à l’autodétermination de la nation occitane. C’est à travers cette lutte que se débloque et s’élargit le concept d’autonomie. Sans la reconnaissance de ce droit, le projet autonomiste reste une coquille vide, et condamnée à l’échec. Ainsi, cette phase ouvre concrètement les perspectives de la lutte pour la libération nationale. Les mouvements autonomistes n’envisagent la possibilité de la lutte pour l’indépendance que d’une manière fugitive qui fait d’eux des mouvements ni réalistes, ni sérieux, ni responsables et incapables de proposer des solutions pour dépasser les problèmes de la cogestion avec l’état colonisateur. Sans la volonté d’accéder un terme à l’autodétermination, et sans reconnaître ce droit fondamental, les partis autonomistes deviennent rapidement les vassaux des colonisateurs, préférant assurer leur part du gâteau, leurs mandats et leur clientèle, et leurs petit profits. Des nations sans état sous domination française ont dépassé cette phase dans les années 80. Les kanaks par exemple, ont obtenu ce droit dans le sang et la répression de l’Etat français.
Une fois le droit à l’autodétermination reconnu et défendu par la majorité de la société, par ses institutions et ses partis politiques débute la dernière phase, celle de l’application du droit à l’autodétermination, en d’autres termes la libération nationale proprement dite. Le droit à l’autodétermination doit permettre à l’Occitanie autonome d’accéder à une expression pleine et entière de ses droits nationaux, par le choix de l’indépendance. Autrement dit, la libération nationale de l’Occitanie ne peut intervenir que si et seulement si le droit à l’autodétermination est appliqué. Cette phase ne peut être pensée qu’en parallèle d’une rupture avec l’état colonialiste et le système capitaliste. Le concept d’application du droit à l’autodétermination se situe moins dans une perspective réformiste que dans une perspective révolutionnaire. L’exemple kanak montre qu’à ce niveau de lutte, il est très difficile de se séparer du système d’opression. Le peuple kanak n’en a pas encore terminé pour se séparer définitivement de l’état français et du système capitaliste.
Elaborer une stratégie politique pour l’Occitanie peut paraître présomptueux, surtout dans le contexte d’aliénation politique qui est celui de notre peuple. Oser penser l’avenir de l’Occitanie d’un point de vue politique est toutefois nécessaire et indispensable pour obtenir un jour notre place parmi les autres nations, pour entrer dans l’histoire mondiale et participer efficacement à la construction du socialisme libérateur des classes laborieuses. Anaram Au Patac prend donc position pour la mise en place d’une stratégie qui doit être débattue et portée par l’ensemble de la société occitane, et s’établissant sur le court, le moyen et le long terme. Après des siècles de domination française, espagnole et italienne sur notre peuple, et à un moment historique ou le sentiment occitan semble prendre une nouvelle dimension dans la conscience collective, l’heure est à la prise en main de notre avenir, ou à la disparition définitive de notre nation. Le slogan est souvent rappelé, il n’en reste pas moins vrai : nous serons ce que nous bâtirons
!

Advertisements

Accions

Information




%d bloggers like this: