Autoroute du Sud de la France : una enterpresa colonialista

26 08 2009

Son mantunas las fòrmas de dominacion que patís Occitània, e per tant la màger part deu temps demòran mesconeishudas per los que ne patíssen, o tot au mensh coneishudas mès pas analizadas en tèrma de dominacion coloniau. Aquera terminologia de la dominacion coloniau s’a d’emplegar dab hòrt de precaucions : de tot segur, ne’s pòden pas comparar las condicions deu colonialisme que mestreja Occitània e d’autas situacions coloniaus (la que pertoquèt Argelia dinc a 1962 per exèmple, o las dominacions que encara existissen en Palestina o au Kurdistan). Lo colonialisme de l’Estat francés sus Occitània qu’es plan mei discret, pr’amor mei sornés, e acompanhat d’un bataclan de dominacion simbolica qu’empacha lo dominat de se pensar dominat. Quan seré mensh violent, es ça-que-là plan vertadèir aqueth estat de colonialisme ; aquera analisi qu’es la raison màger que nos hè créder a l’independentisma com unic biais de se’n desliurar e de préner en man lo nòste avenir shens nèurir patrons-parasitis horastèirs aus interests de las classas popularas occitanas.
L’exèmple de las Autoroutes du Sud de la France qu’es plan revelator d’aquera situacion. Lo sonque nom s’opausa dejà a l’existéncia d’Occitània, en anonciar e clamar hòrt lo ròtle de l’enterpresa : s’agís aquí de transportar las pòblacions deu nòrd cap tau sud – un espaci shens interest aute que d’estar lo bronza-cuu de l’Estat francés, o un parçan de vilegiatura taus mei afortunats. En parlar de Sud de la France, ASF que clama l’apartenéncia d’Occitània a l’ensem francés, shens préner briga compte de las realitats mantuna deu nòste territòri. Mès aquí n’es pas lo mei grèu.
ASF qu’apareishot en 1973, com seguida de l’anciana companhia Societé de l’Autoroute de la Vallée du Rhône. D’aquí enlà, lo hialat que’s va a espandir dinc a cubrir lo territòri quasi sancèir d’Occitània. Atau, que son 2 633 km d’autopista que son en possession d’ASF.
Dempuish 2005, qu’es lo grop Vinci que mestreja la societat, après que l’Estat francés avossi decidit de deishar las soas accions. Henri Stouff (president) e Pierre Anjolras (director generau) que son los decidaires d’aquera enterpresa deu Cac 40. Que sembla interessant de s’estancar aquí drin sus la situacion deu grop Vinci, proprietari d’ASF : am ahar aquí ad una enterpresa giganta, multinacionau, d’una chifra d’ahar que en 2008 passèt los 30 miliards d’euròs, e dont las activitats son multiplas. Purmèir operator europenc de l’infraestructura de transpòrts (autopistas, òbras rotèiras, aparcaments, aeropòrts), purmèira enterpresa francesa e una de las mei potentas en Euròpa dens lo maine de las tecnologias de las energias e de l’informacion, purmèira enterpresa francesa e una de las mei potentas dens lo monde per lo bastiment e lo genia civiu, productor gigant de materiaus peu biais de Eurovia, podem constatar que Vinci es implantada pertot on se pòt ganhar hòrt de liuras. E susquetot a l’òra que la societat de l’automobila (que los decidaires capitalistas promaven dempuish cincanta ans) es descridada hòrt, a l’imatge deu sistèmi de consumicion tot, vedem que Vinci contunha de s’emplir las borsas en bastir carrèiras e en desvelopar aqueth maine tan lucratiu.
Si nos clinam sus lo foncionar d’ASF, e sus las soas faiçons de har, que constatam lèu que l’interest deu pòble occitan es contrari aus interests deu grop. Dempuish la debuta de l’implatacion, sabem plan qu’ASF a espandit lo son hialat gris e tapatjós shens respectar briga la volontat deus pòbles concernits, e shens tenir compte de las soas protestacions -aquò sovent dab l’acòrd deus elegits locaus, sedusits per los enjòcs economics a cort tèrma que van dab la construccion d’una autopista. Atau que pòrta los sons detzenats d’expropriacions de proprietaris, la soa devastacion deu mitan naturau, los sons vilatges destrusits e nuisancias de tota mena (sonòras, visuaus, ecologicas).
E aquò la màger part deu temps shens que servissi gaire la pòblacion locau : saben que los qu’aprofitan de las autopistas son los transportaires rotèirs, los vacancèirs e los qu’an de parcórrer longas distàncias. Pas los pòblants deus vilatges guastats per l’arribada de l’autopista. Susquetot dab los prètz practicats per ASF : com n’estossi pas pro lo prètz pagat en natura peus pòblants, aqueths qu’an encara de pagar quan vòlen emplegar aqueras vias, e lo mensh que’s pòsqui díder es que lo tarius son dolents (Bordèu-Tolosa : 17,30 €, Baiona-Pau : 7,10€). Ne sembla pas inutile de brembar que per l’an 2008 la chifra d’ahar d’ASF pujèva a 2,3 miliards d’euròs.
La situacion qu’es donc clara : am una enterpresa internacionau implantada aquí en granda partida contra la volontat deus occitans, e que pertant s’apropria las soas riquesas (lo territòri) e pana la soa moneda (peu biais deus pagatges). S’ajusta ad aquò la situacion d’expleitacion vivuda peus tribalhadors de l’enterpresa. Lo processus colonialista (quitament se n’es pas l’armada que ven s’accaparar las tèrras, encara que dens daubuns cas los gendarmes avossin avut de’s desplaçar, per exèmple au parat de manifestacions contra l’A 65) es donc plan reau aquí. La pòblacion occitana se’n diu plan réner compte, e sàber s’organizar entà trobar los mijans de sortir d’aquera situacion.

AUTOUROUTE DU SUD DE LA FRANCE : UNE ENTREPRISE COLONIALISTE?
L’Occitanie souffre de multiples formes de domination, et pourtant la majeure partie du temps cette domination reste méconnue par ceux qui en souffrent, ou si au mieux elle est connue, elles n’est jamais analysée en terme de domination coloniale. Cette terminologie de la domination coloniale doit être employée avec force précautions : évidemment, on ne peut pas comparer les conditions du colonialisme étouffant l’Occitanie à d’autres situations coloniales (celle de l’Algérie jusqu’à 1962 par exemple, ou bien celles qui perdurent encore en Palestine ou au Kurdistan). Le colonialisme de l’Etat français sur l’Occitanie est bien plus discret, car plus sournois, et accompagné d’un attirail de domination symbolique qui empêche le dominé de se penser dominé. Ce colonialisme peut être moins violent, il n’en demeure pas moins réel ; cette analyse est la raison principale de notre engagement indépendantiste, comme unique moyen de se délivrer et de prendre en main notre avenir sans engraisser des patrons-parasites étrangers aux intérets des classes populaires occitanes.
L’exemple des Autoroutes du Sud de la France est révélateur de cette situation. Le simple nom déjà s’oppose à l’existence de l’Occitanie, en annonçant et criant fort le rôle de l’entreprise : il s’agit ici de transporter les populations du nord vers le sud -un espace sans autre intêret que d’être le bronze-cul de l’Etat français, ou une zone de villégiature pour les plus fortunés. En parlant de Sud de la France, ASF clame l’appartenance de l’Occitanie à l’ensemble français, sans tenir compte le moins du monde des réalités de notre territoire. Mais ce n’est pas le plus grave.
ASF est apparu en 1973, à la suite de l’ancienne compagnie Société de l’Autoroute de la Vallée du Rhône. A partir de là, le réseau va s’étendre jusqu’à couvrir le territoire occitan dans sa quasi-intégralité. Ainsi, ce sont 2633 km d’autoroutes qui sont en possession d’ASF.
Depuis 2005, le groupe Vinci est majoritaire au sein de la société, après que l’Etat français aie cédé ses parts. Henri Stouff (president) et Pierre Anjolras (directeur général) sont les décideurs de cette entreprise du Cac 40. Il semble intéressant de s’arrêter ici sur la situation du groupe Vinci, propriétaire d’ASD : nous avons ici affaire à une société géante, multinationale, au chiffre d’affaire qui a passé les 30 milliards d’euros en 2008, et dont les activités sont multiples. Premier opérateur européen pour l’infrastructure de transports (autoroutes, ouvrages routiers, parkings, aeroports), leader français et major européen pour les technologies de l’énergie et de l’information, leader français et major mondial pour le bâtiment et le génie civil, producteur géant de matériaux par son entreprise Eurovia, on peut constater que Vinci est implantée partout où l’on peut réaliser des bénéfices. Et surtout au moment où la société tout-automobile (que les décideurs capitalistes promeuvent depuis cinquantes ans) est décriée fort, à l’image du système de consommation dans son ensemble, nous voyons que Vinci continue de se remplir les poches en construisant des routes et en développant ce secteur si lucratif.
Si l’on se penche sur le fonctionnement d’ASF, sur ses façons de faire, nous constatons rapidement que l’intêret du peuple occitan est contraire aux intêrets du groupe. Depuis le début de l’implation, nous savons bien qu’ASF a déployé son filet gris et bruyant sans respecter vraiment la volonté des peuples concernés, et sans tenir compte de leurs protestations –et cela souvent avec l’aval des élus locaux, séduits par les enjeux économiques à court terme qui vont avec la construction d’une autoroute. Ainsi, ASF a entrainé des dizaines d’expropriations de propriétaires, la dévastation du milieu naturel, des villages détruits et des nuisances de toute sorte (sonores, visuelles, écologiques).
Tout ceci la plupart du temps sans servir la population locale : nous savons que ceux qui profitent des autoroutes sont les transporteurs routiers, les vacanciers et ceux qui doivent parcourir de longues distances, mais pas les habitants des villages gâtés par l’arrivée de l’autoroute. Et surtout avec les prix pratiqués par ASF : comme si le prix payé «en nature» par les habitants ne suffisait pas, ceux ci doivent en plus payer lorsqu’ils veulent ou doivent emprunter ces voies, et le moins que l’on puisse dire c’est que les tarifs sont douloureux (17,30 pour aller de Bordeaux à Toulouse, 7,10 de Bayonne à Pau). Il ne semble pas inutile de rappeler qu’en 2008 le chiffre d’affaire d’ASF s’élevait à 2,3 milliards d’euros.
La situation est claire : nous avons avec ASF une entreprise internationale implantée ici en grande partie contre la volonté des occitans, et qui pourtant s’approprie ses richesses (le territoire) et lui vole son argent (en le faisant s’arrêter au péage matin et soir). On peut encore ajouter la situation d’exploitation vécue par les travailleurs de l’entreprise. Le processus colonialiste (même si ce n’est pas l’armée qui vient s’accaparer les terres, encore que dans certains cas les gendarmes aient eu à intervenir, par exemple lors des manifestations contre l’A65) est donc bien réel ici. La population occitane doit bien s’en rendre compte, et savoir s’organiser pour trouver les moyens de sortir de cette situation.

Advertisements

Accions

Information

One response

14 05 2010
GRAVA E PROFITS CAPITALISTAS « A Huèc !

[…] de l’accion de las Autoroutes du Sud de la France suu territòri occitan e suus poblants (A Huèc #25, junh de 2009). Un aute cas, benlèu mei caracteristic encara de la situacion que patissem, es lo de […]




%d bloggers like this: